top of page

Lucas Jacquet : "Le Puy est une équipe qui aime bien jouer les gros"

Demain soir, Le Mans FC affronte un concurrent direct au maintien, Le Puy Foot (15ème) à l'extérieur. Victorieux de Cholet la semaine passée, les Manceaux devront réitérer leur performance face à cette équipe du Puy qui a surpris le leader martégal (2-2), vendredi dernier.

A cette occasion, nous avons sondé le journaliste Lucas Jacquet, qui écrit pour la presse locale, l'Eveil de la Haute-Loire. Suiveur du club ponot, il a accepté de nous faire un point sur la situation actuelle du Puy Foot.





Pouvez-vous vous présenter ?


Bonjour, je suis Lucas Jacquet, journaliste pour L'Eveil de la Haute-Loire au Puy-en-Velay, depuis 2021. J'ai 23 ans donc je suis en début de carrière. Chargé des sports, j'ai un suivi presque quotidien de l'actualité du Puy Foot.

Promu cette saison, Le Puy Foot est est né en 2009 d'une fusion entre l'USF Le Puy et l'AS Taulhac, c'est un jeune club à ce niveau, pourtant le club de la Haute-Loire a une histoire par le passé (dans les années 80 en D2), pouvez-vous nous expliquer le projet du club ponot ?


Le Puy et le football ont un vécu commun particulier. Le club local a connu son apogée en D2, au milieu des années 1980, avec les frères Bargas, Fred Antonetti... Puis tout s'est compliqué jusqu'à l'arrivée du président actuel Christophe Gauthier. Il s'est rapidement entouré d'hommes clés. Notamment Roland Vieira qui est au club depuis plus de dix ans. L'objectif pour eux est de pouvoir enfin s'installer durablement au troisième échelon du football français. Surtout, si le National est amené à se transformer en Ligue 3 et donc en championnat professionnel.


Les U19 (ici face à Metz) évoluent à un niveau national | © Log'Photos / Le Puy Foot


Le Puy Foot est un club qui évolue bien, avec une équipe féminine en D2 depuis plus de 10 ans, une équipe masculine en U19 Nationaux, est-ce qu'on peut imaginer le club à un niveau supérieur dans les années à venir ?


C'est difficile de se projeter. Le Puy Foot est un petit poucet. Il n'y a qu'à voir le terrain du Père Fayard sur lequel évoluent féminines et U19. C'est aussi sur cette pelouse que joue une équipe de D3 locale... Pour l'instant, les trois équipes qui sont au niveau national sont relégables, même si elles sont toujours dans la course. Vivre trois descentes d'un coup, ça pourrait faire mal. Mais, avoir des équipes de ce niveau pour une ville comme Le Puy, c'est déjà énorme.




15èmes au classement, les Auvergnats sont pourtant des adversaires coriaces à domicile, ils ont accroché le leader Martigues, vendredi dernier (2-2), quelles sont les qualités de cette formation ?


Cette équipe n'est pas si coriace à domicile. Elle a du mal à proposer du jeu sur sa pelouse du stade Massot, qui est en difficulté depuis le début de saison. C'est pourquoi les supporters n'ont assisté qu'à deux victoires à domicile en championnat. Le Puy Foot est allé chercher la majorité de ses points à l'extérieur. C'est surtout une équipe qui aime bien jouer les gros. Les Ponots ont été capables de gagner Versailles et de faire nul là-bas, d'aller chercher un point à Concarneau et chez Martigues, mais surtout de s'imposer 2-3 au Red Star.

Dans les rangs du Puy, nous comptons deux anciens manceaux, Tom Duponchelle (2017-2020) et Loïc Baal (2012-2013), quel bilan pouvez-vous tirer de leur aventure sous le maillot du Puy ?


Pour Loïc Baal, c'est un cadre du groupe depuis la saison passée déjà. Il n'a loupé qu'une rencontre de championnat, à cause d'une commotion. C'est un joueur généreux qui a pu dépanner comme piston. Toujours bon, son entraîneur attend désormais un peu plus de lui pour qu'il devienne excellent. Cela passe par du dépassement de fonction et de l'agressivité afin d'être plus décisif.

En ce qui concerne Tom Duponchelle, sa saison est moins linéaire. Il avait débuté comme titulaire avant d'être gêné par des pépins physiques. Il a ensuite perdu sa place quand Maxence Rivera a offert des prestations de haute volée sur le couloir droit. Avec la blessure du Stéphanois, Duponchelle a retrouvé sa place dans le onze de départ. Il reste sur deux belles prestations à Avranches et face à Martigues. Il n'hésite pas à se projeter pour amener du danger.



Seba et Baal avaient eu des difficultés à l'aller | © Mickaël Bruneau Photographies


Au match aller, Le Puy était passé complètement au travers au Mans (5-1), cette défaite peut-elle être une source de motivation supplémentaire pour une revanche? Et au-delà de ce match, quelle image le club du Mans a-t-il du côté de la Haute-Loire?


Forcément, c'est dans toutes les têtes. Cette claque avait permis à l'équipe de rebondir. Je pense que ce qui va surtout peser, c'est le fait que Le Mans est un concurrent direct. Mais le staff va sans douter rappeler aussi ce qu'il s'était passé en novembre.


Du côté du Puy, Le Mans a l'image d'un club pro. Tous les membres du club qui avaient fait le déplacement à l'aller ont été marqués par les infrastructures. Pour les anciens joueurs, ils ont pu se rendre compte que la pression des supporters est moins importante en Haute-Loire.

Pour finir, un petit prono ?


Les matchs de National sont les plus difficiles à décrypter. Le Puy est à six points du Mans, premier non-relégable, donc il va prendre tous les risques. Je m'attends à une rencontre spectaculaire. Les Manceaux ont du mal à s'exporter donc je vais me risquer à un 4-2 en faveur des locaux.



52 vues0 commentaire

Comments


bottom of page