top of page

Dijon, la moutarde lui monte au nez…

Retour au troisième échelon du football français pour la formation bourguignonne, qui n’avait plus connu ce niveau depuis 2011 et sa première accession dans l’élite. Une dure réalité qu’il devra rapidement surmonter pour ne pas connaître une nouvelle désillusion. Attention, dangers…



Carte d’identité


Année de création : 1998

Stade : Gaston Gérard (18 376 places)

Budget : non connu

En National depuis 2023

Distance avec Le Mans : 484 kilomètres

Nombre de confrontations avec Le Mans : 6 (3V, 1N, 2D)


Le club


Relégué du championnat de France de L1 en compagnie du Nîmes Olympique à l’issue d’une piètre saison 2020/2021, les Bourguignons auront vécu l’enfer jusqu’au bout la saison dernière, jusqu’à boire le calice jusqu'à la lie et connaître ainsi une seconde descente en trois ans, les propulsant à nouveau dans une situation sportive dangereuse.


Car depuis leur maintien acquis in extremis dans l’élite du football français face au Racing Club de Lens en match de barrage lors de l’exercice 2018/2019, la situation sportive du DFCO ressemble à un long chemin de croix, une sorte d’agonie dont le sort ne pouvait que mal se terminer, un jour ou l’autre…


Sauvé par le gong l’année du COVID ayant entrainé l’arrêt complet de la saison 2019/2020, la situation sportive du club présidé par Olivier Delcourt (depuis 2012), était sur le fil du rasoir depuis plusieurs mois.



Dans pareille situation, l’euphorie qui avait accompagné les hommes du coach Carteron lors de la montée historique du DFCO au plus haut niveau (2012) puis de la remontée dans l’élite en 2016 avec Olivier Dall'Oglio, est retombée comme un soufflet au fur et à mesure des résultats mitigés d’une équipe dijonnaise en nette perte de vitesse.


Dans le sport et le football en particulier, tout peut aller très vite, alors sans être dramatique, le DFCO est aujourd’hui très clairement à la recherche de son second souffle et va devoir rapidement (re)mettre le « bleu de chauffe » afin de ne pas connaitre de nouvelles désillusions, les exemples de ces dernières années étant légion. A Dijon, il faudra donc faire très attention… Au Mans, on sait de quoi il en est !


La saison 2022/2023


Ne nous le cachons pas, il est grand temps de tirer un trait définitif sur ce dernier exercice qui ne restera pas dans les annales du côté des supporters rouge et blanc ! Pour son 25ème anniversaire, cette relégation en guise de cadeau empoisonné aura gâché les festivités et laissé un goût plus qu’amer à la communauté dijonnaise.


Pourtant bien pourvu à l’intersaison, l’effectif bourguignon, entrainé par l’ancien sochalien Omar Daf, avait bien démarré en alignant quatre victoires d’affilée lors de ses premières rencontres, laissant penser que cette équipe, pourtant expérimentée sur le papier, possédait assez d’armes pour se mêler à une possible accession en fin de saison…


Malheureusement, ce bon début n'était qu'un feu de paille, tant au fil des mois le jeu dijonnais fut en peine, au point de se réveiller début avril dans une position peu reluisante d’un relégable en puissance, avec sept points de retard à neuf matchs du terme de la saison et une tension palpable au sein du vestiaire et de l’environnement du DFCO.


"Quand on ne respecte pas le football, le football ne nous respecte pas". Telle était la réaction pleine d’à propos de l'attaquant Mickaël Le Bihan, au terme d'un nouveau match perdu par une équipe de Dijon apathique, peu combative et extrêmement maladroite face à Caen, au soir de la 27ème journée.


Ne trouvant pas la solution et sous la pression d’une descente en National, de plus en plus inévitable, le président actionna le levier « limogeage ». Au revoir l’ancien Sochalien et bonjour Pascal Dupraz.



Appelé à la rescousse pour tenter un coup de poker comme il en a l’habitude et le savoir-faire ces dernières années, ses joueurs n’auront malheureusement pas réussi à renverser une situation sportive déjà très délicate, à la prise de fonction de ce dernier.


Le club de la Côte-d’Or totalisait déjà 9 points de retard sur le peloton des premiers non relégables lors du remplacement d’Omar Daf. Englué dans une énième crise sportive, cet état de fait l’aura fragilisé de plus en plus dans une course au maintien devenu hypothétique, malgré un léger mieux, il faut le reconnaitre, lui donnant ainsi l’espoir de pouvoir renverser une montagne longtemps infranchissable. Mais les dieux du football n’auront pas été avec eux, cette fois-ci.


Le DFCO rejoint donc le troisième échelon du football français, avec beaucoup d’incertitudes. Charge à Benoit Tavenot et son staff technique de relever ce nouveau défi de taille afin de s’extirper d’un championnat devenu extrêmement difficile. En renouvelant la moitié de son effectif, le DFCO veut aujourd’hui définitivement tourner la page. Son président, en amenant des garanties financières pour son passage de la drastique DNCG, se veut résolument optimiste afin de ramener son club sur de bons rails et ne pas s’éterniser en National… Avant de laisser, probablement, les rênes du club bourguignon à un nouvel actionnaire, la vente du DFCO n’étant plus un secret de polichinelle.


Le mercato


Subir une relégation n’est jamais chose facile et lorsque vous avez un effectif sous contrat dont la plupart des joueurs souhaitent changer d’air à l’intersaison, la tâche du nouvel entraineur Benoit Tavenot, ancien adjoint de Frédéric Antonetti à Strasbourg où il a participé à l’obtention du maintien du Racing en Ligue 1 la saison dernière, ne sera pas chose aisée…


Le mercato estival du DFCO devrait donc, à croire les dirigeants bourguignons, encore être animé ces prochaines semaines, avec des arrivées et des départs qui se profilent.



Arrivées : Rayan Souici (Saint-Priest), Cédric Makutungu (Avranches), Pierre Sagna (SD Santa Clara, POR), Souleymane Cissé (Clermont), Cyriaque Irié (Real du Faso, Burkina Faso), Kader N'Chobi (Stade Lavallois), Arnold Temanfo (Annecy), Mohamed Ben Fredj (AJ Auxerre), Lenny Montfort (Nantes B), Zakaria Fdaouch (Martigues), Robin Risser (Strasbourg, prêt)


Départs : Alexandru Dobre (Famalicao, POR), Ousseynou Thioune (Anorthosis Famagouste, CHY), Mattéo Ahlinvi (FK Cukaricki, SRB), Valentin Jacob (AC Ajaccio), Senou Coulibaly (Omonia Nicosie, CHY), Ahmad Ngouyamsa (Rodez), Zargo Touré (Corum FK, TUR), Thomas Roche (FC 93), Didier Ndong (libre), Christopher Rocchia (libre), Bapriste Reynet (libre), Jessy Pi (libre), Daniel Congré (libre), Reda Benchaa (libre), Paul Joly (AJ Auxerre, retour prêt), Marley Aké (Juventus, retour prêt), Loum Tchaouna (Rennes, retour prêt), Xande Silva (Atlanta, USA, prêt)


La pré-saison


Réuni autour de leur nouveau staff technique composé de Benoit Tavenot (entraineur principal), Frédéric Sammaritano (adjoint), Magno Macedo Novaes (entraineur des gardiens) et du préparateur physique Fabien Tissier, le groupe professionnel a repris officiellement le chemin de l’entrainement, le mercredi 5 juillet au centre d’entrainement de Saint-Apollinaire.


S’en est suivi un stage de préparation à Aix-les-Bains du 16 au 22 juillet avant d’entamer une série de 5 matchs amicaux.


Large victoire sur Annecy | © @DFCO_Officiel

14/07/2023 : Dijon FCO 0-1 AJ Auxerre (L2)


22/07/2023 : Dijon FCO 0-2 RC Lens (L1)


26/07/2023 : Dijon FCO 1-1 Epinal (N1)

but : Mohamed Ben Fredj


29/07/2023 : Dijon FCO 4-1 Annecy (L2)

buts : Moco, Mouanga (csc), Ben Fredj, Le Bihan


04/08/2023 : Dijon FCO - Bourg-en-Bresse (N2)


Le joueur à suivre


A 23 ans et une saison où il vient de déjouer tous les pronostics, au sein d’une formation du Puy, pourtant à la peine une bonne partie de ce dernier exercice, ce jeune attaquant prometteur, pourrait être l’une des révélations de sa nouvelle équipe, qui comptera sur ses talents d’altruiste pour martyriser les défenses adverses !


Né dans la cité provençale à Toulon, Mohamed Ben Fredj intègre le centre de formation de l’Olympique de Marseille en 2017 pendant 3 ans. En 2020, il décide de quitter son sud natal pour lancer sa jeune carrière en rejoignant la Bourgogne et le club cher à Guy Roux afin de parfaire ses gammes au sein de l’équipe réserve en National 2.


Une expérience qui lui permettra de faire ses preuves et d’intégrer, petit à petit, le groupe professionnel de Jean-Marc Furlan, en course pour rejoindre l’élite. Pas insensible à son profil, le nouvel entraineur du Stade Malherbe de Caen n’hésita pas à lui faire confiance en lui confiant un rôle de doublure, loin d’être négligeable.


En onze apparitions sous le maillot auxerrois, il trouvera tout de même six fois l’ouverture, inscrivant un triplé face à Limonest en Coupe de France et, surtout, un but très important dans la quête à la montée en Ligue 1, avec une égalisation dans les dernières minutes de jeu sur la pelouse du stade Furiani face à Bastia (1-1).


Afin d’acquérir du temps de jeu, ce qu’il n’aurait sans doute pas eu au plus haut niveau, Mohamed Ben Fredj fut donc prêté l’année passée en National, au Puy Foot. Auteur d’une saison pleine avec 17 buts inscrits et 3 passes décisives en 37 matchs, l’attaquant se montra décisif à de nombreuses reprises, ce qui n’échappa à personne dans le milieu !



Conscient d’avoir franchi un nouveau palier, le jeune attaquant franco-tunisien ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et ne se fixe pas de limite. En décidant de parapher un contrat de deux années en faveur du DFCO jusqu’en 2025, sa signature en faveur de l’ex-pensionnaire de Ligue 2 est avant tout un choix mûrement réfléchi, preuve que le garçon sait où il veut aller.


Franchir les étapes pour s’installer durablement au sein de l’élite est son objectif avoué et à observer le cheminement de sa jeune carrière, il y a fort à parier que l’on entendra parler de lui dans les prochaines années !


L'effectif (au 03/08)


Gardiens : Saturnin Allagbé, Robin Risser, Lenny Montfort


Défenseurs : Arnold Temanfo, Souleymane Cissé, Adama Fofana, Cédric Makutungu, Cheick Traoré, Pierre Sagna


Milieux : Rayan Souici, Jordan Marié, Yanis Chahid, Loïc Etoga, Zoran Moco, Bersant Celina, Bryan Soumaré, Rayane El Khamali


Attaquants : Idrissa Camara, Walid Nassi, Mickaël Le Bihan, Mohamed Ben Fredj, Kader N'Chobi, Roger Assalé, Zakaria Fdaouch


Entraineur : Benoît Tavenot


Le prono


Au regard des statistiques concernant les formations reléguées de L2 en National, la remontée immédiate du DFCO ne sera pas chose aisée ! Si le discours présidentiel est de circonstance, vouloir remonter à tout prix, le terrain en décidera et seul le carré vert donnera son verdict en mai prochain.


Après avoir été malmené ces dernières saisons, pas certain que les Bourguignons, à l’effectif séduisant mais largement renouvelé cet été, trouvent les ressources nécessaires pour renverser une situation sportive demandant avant tout de la patience et de la sérénité à tous les étages afin de retrouver une nouvelle dynamique qui permettra au DFCO de rebondir.


Les structures sont en place, certes, mais dans pareille situation, repartir de presque zéro afin d’évacuer cette double relégation en trois ans n’est pas si simple que l’on pourrait le penser. Les exemples sont légion à tous les niveaux donc Dijon devra apprendre et prôner la patience afin de rallier à nouveau supporters et partenaires et retrouver de sa superbe.


Le championnat de National est un véritable piège ou il n’y a pas de vérité établie, nous le constatons saison après saison et il est fort à parier que le DFCO ne dérogera pas à la règle. Dijon pourrait connaitre une année de transition, ce qui semble assez logique au regard du chamboulement vécu à l’intersaison.


Entre les joueurs souhaitant quitter le navire, les éléments dont le club souhaite se séparer pour une question financière ou n’ayant pas donné satisfaction et ceux désireux de relever le défi auprès de leur nouvel entraineur, l’amalgame du nouvel effectif « rouge et blanc » demandera donc un peu de temps.

134 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Commenti


bottom of page