top of page

Ralph Neplaz : « Aujourd'hui le groupe est dans le dur, sans être désuni »

Nouvelle édition de la Zone Mixte de La Tribune Mancelle qui, lors de chaque match à l'extérieur, permet d'interroger une personnalité connaissant bien le prochain hôte du Mans FC, afin d'avoir son analyse sur l'équipe et le match à venir.


Le FC Villefranche-Beaujolais est devenu un adversaire récurrent désormais des Manceaux. Le club caladois figure toujours parmi les équipes difficiles à jouer chaque saison, et ce prochain déplacement à Armand-Chouffet n'y échappera pas. Pour mieux appréhender ce match, Ralph Neplaz, journaliste spécialisé dans les clubs locaux pour Le Patriote Beaujolais, nous dit tout ce qu'il faut savoir.




Bonjour Ralph! Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaitraient pas encore ?


Je suis correspondant de presse depuis 20 ans à Villefranche et dans le Rhône. Je m'occupe du suivi du FC Villefranche et du GOAL FC en National, deux clubs réunis pour la première fois à ce niveau, la même saison. Cela donne un éclairage assez intéressant sur le foot régional, au-delà des rivalités habituelles.


Ce qui me lie au club de Villefranche, comme pour beaucoup de personnes du Beaujolais, vient de l'enfance. Pour tous les copains de ma génération, la Calade ça reste quand même un gros village où tout le monde se connaît. On y a tous plus ou moins joué, en jeunes, et suivi, plus tard, l'évolution du CFA à la N2 jusqu'à la montée en National, en 2018. Alors, même si on essaie d'être le plus objectif possible, le lien avec le FCVB reste affectif, dans les bons comme dans les moments les moins joyeux.


Les gens d'ici se définissent souvent à travers deux appartenances parmi tant d'autres : le club de foot, le FCVB ; et les conscrits, une fête organisée en janvier. On peut dire qu'aucun gars d'ici n'y échappe comme on n'échappe pas à sa propre histoire d'ailleurs. Enfin, je dis ça surtout pour ceux qui s'y intéressent…


Au tiers du championnat, quel est ton bilan de ce début de saison des Caladois, actuellement 5e à 4 points de la montée ?


Leur bon début de saison - leur première défaite n'est arrivée qu'à la 5ème journée à Dijon (2-0) - a pu faire croire à beaucoup de suiveurs que cette équipe avait tout pour jouer le haut de tableau, malgré le discours toujours modéré de son coach Romain Revelli. Il avait certainement raison. C'est le temps qui dit ce qu'est une équipe. Il ne faut pas oublier que cet été, sur le onze de la saison passée, il ne reste que peu de monde. À part les milieux Blanc, Sergio, le défenseur Bonenfant (de retour d'une longue blessure), les attaquants M'Buyi et Ba, il a fallu tout renouveler.


Dans ce sens, annoncer le maintien est plutôt une manière raisonnable d'avancer. Et sur ce point, ce que font le staff et le directeur sportif Edouard Chabas, ne pas vouloir brûler les étapes, correspond aux moyens et ambitions du club. Villefranche ne fait pas partie des plus gros budgets de National, et ne joue pas la montée en Ligue 2. Quand bien même cela arriverait vite, il faudrait tout accélérer : rénovation du stade, effectif…


Bref, aujourd'hui, au tiers du championnat, le visage de cette équipe renouvelée est plutôt séduisant. Ils présentent les défauts de leurs qualités, pour résumer les choses. Jusqu'ici, l'énergie déployée pour assumer un jeu plus direct leur coûte souvent des buts, derrière. Défensivement, des frilosités demeurent même si, individuellement, des personnalités émergent : le gardien Péan, les défenseurs Moussadek et Dekoke. Mais, de manière globale, jamais leurs matches ne sont ennuyeux. Pour ça, le public d'Armand-Chouffet est bien servi, depuis le début de la saison.





« Moussadek, à part le coach et le directeur sportif, personne ici ne le connaissait »

Quel sera pour toi LE joueur à surveiller en priorité pour Le Mans ce vendredi et pourquoi ?


C'est une question pas simple. Pour le moment, c'est plutôt collectivement que cette équipe tient la route en National. Bien sûr il y a des joueurs essentiels, dont les absences, comme souvent, soulignent davantage encore leur importance (le milieu Sergio est revenu de suspension en Coupe de France contre Grenoble alors que Blanc, Louzif, Kouadio, Ba n'étaient pas là), mais on a l'impression que le coach Revelli voudrait voir d'autres personnalités prendre plus de responsabilités.



Au tiers du championnat, tout le monde, ici, trouve que le créatif Mourad Louzif au milieu, est un sacré pari pour le moment réussi. Il semble marquer le pas, ces derniers temps mais quand il est en pleine possession de ses moyens, on se dit qu'un joueur capable de faire autant de différences, ne restera pas longtemps dans le Beaujolais.


L'attaquant en forme, et c'est seulement sa seconde saison en National, est M'Buyi. C'est le buteur du moment - 4 en championnat, 1 en coupe - et il a la particularité de marquer presque tout le temps en début de match. Il combine bien avec Sergio, notamment, prend les espaces quand il faut, et démontre une qualité que l'on ne connaissait pas vraiment jusqu'ici : un relâchement dans la surface qui peut surprendre les défenseurs les plus attentifs du National. C'est assurément un des points forts du FCVB, en ce moment, surtout quand Ba est blessé.


Parmi l’effectif du FCVB, un joueur a été formé au Mans : Djamal Moussadek. Son départ du club vers la L2 semblait précipité il y a 2 ans et, après une saison blanche au Havre, le voilà en prêt à Villefranche. Comment juges-tu son début de saison ?

Moussadek, à part le coach Revelli et le directeur sportif Edouard Chabas, personne, ici, ne le connaissait. C'est une vraie trouvaille. Le signe aussi que sans avoir trop de moyens, le club sait sentir les bons coups. Moussadek est monté progressivement en puissance, dans une défense à trois où il a souvent été un patron à l'égal de Dekoke. Il y a, chez lui, des interventions propres, mais surtout une propension à jouer vite, dès la première relance qui entre dans la volonté du coach de vite occuper le camp adverse. Si le FCVB parvient à conserver le rythme actuel, dans la seconde partie de saison, Moussadek aura sans doute franchi un cap dans le leadership, là où on sent qu'il manque un petit quelque chose dans cette équipe.


Moussadek, la bonne pioche du mercato | © FCVB

Quels souvenirs garde-t-on ici des deux actuels Manceaux passés par le club : Edwin Quarshie (2017/2018) et Alexandre Lauray (2020/2021) ?


Ce ne sont que de très bons souvenirs ! Quarshie appartient au groupe qui a obtenu la montée en National en 2018 sous l'ère d'Alain Pochat. Il était primordial aux côtés de Maxime Jasse, dans un milieu de récupérateurs très joueurs dans l'âme. On a gardé de lui, sa capacité à casser des lignes, à ne jamais trop en faire balle au pied, l'expression "jouer juste" lui allait comme un gant. Il n'aura joué qu'une saison ici, mais il a laissé le souvenir d'un joueur élégant et décisif.



Quant à Lauray, il était en prêt des Girondins de Bordeaux à Villefranche. Il n'a jamais déçu cette saison-là et était de la formidable épopée du club qui était passée de relégable en hiver à jouer la montée en Ligue 2 en mai 2021 lors de ce barrage perdu à Niort. Il a laissé le souvenir d'un défenseur propre qui avait, lui aussi, comme qualité essentielle, de jouer juste, sans jamais trop en faire. Il était très apprécié du groupe. Tout comme Quarshie d'ailleurs, à l'époque. Deux belles personnalités.


« Armand-Chouffet est un stade plus vivant, désormais»

Parlons un peu du stade Armand-Chouffet. Comment pourrais-tu qualifier cette enceinte ? Est-ce que le public y joue un rôle important ?


On va dire que c'est un vieux stade qui, en National, atteint ses limites, d'où l'idée de le rénover assez rapidement. La municipalité devrait annoncer un projet allant dans ce sens, début 2024. La capacité d'accueillir sera agrandie. Une tribune couverte devrait voir le jour en plus de la principale. Ce sont des attentes pour le club depuis plusieurs saisons où les partenaires privés sont de plus en plus nombreux. Le club, du président Philippe Terrier à son Manager général Gaëtan Mazzola, bosse bien dans ce domaine, c'est indéniable.



Le public des anciens est toujours là. Mais depuis peu, des plus jeunes prennent leur place dans l'animation du stade. Un kop a vu le jour, récemment, les Ca'lads ! Et cela redonne de la vie au stade ! Il n'y a pas longtemps, mon collègue Arnaud Clément (du Progrès) a passé un match à leurs côtés. Il en a dit que du bien. Et je veux bien le croire : ça chante tout le temps, et ça soutient l'équipe du début à la fin. Armand-Chouffet est un stade plus vivant, désormais.


Romain Revelli est arrivé au club cet été. Il a déjà une belle expérience en National (Cholet, Dunkerque) et succède à des coachs très emblématiques dans la région (Alain Pochat, Hervé Della Maggiore). Comment as-tu trouvé ses premiers mois à la tête du club ?


Romain Revelli a vraiment démontré, dès son arrivée, une connaissance du club qui a surpris beaucoup de monde. Il a fait preuve d'humilité avant de présenter son projet de jeu, en voulant changer les choses progressivement, tout en prenant compte des moyens du club. Il s'est appuyé sur les joueurs qui sont restés au club - Blanc, Sergio, Ba - dès le début de la saison. C'est un coach exigeant. Il a tiré les enseignements de ce qui avait constitué le point fort du FCVB ces dernières saisons, à savoir un jeu de possession qui était devenu inoffensif. Il demande un jeu plus direct qui nécessite une vraie débauche d'énergie et une capacité athlétique plus grande.


Quand l'été était encore présent, avec une pelouse de qualité, son équipe a souvent mieux terminé ses matches que ses adversaires, mais aujourd'hui, et il le reconnait, son groupe est dans le dur, sans être désuni. L'effectif qui a perdu l'un des attaquants - Gromat parti à Nancy - aura besoin d'être renforcé sur le plan offensif à la trêve, pour tenir la distance, tout au long d'un hiver qui dit souvent ce qu'est l'endurance collective d'un groupe, en National.


« Les infrastructures ne sont pas au niveau de ce qui est attendu en Ligue 2 »

Lors du focus consacré à GOAL FC avec Arnaud Clément, il avait évoqué la forte concentration de bons clubs dans le Rhône et les départements alentours. Malgré la montée en puissance du club de Fabien Pujo, il indiquait que Villefranche avait plus le statut pour être le club n°2 du bassin derrière l’OL. Est-ce que tu partages son analyse ?


Je partage totalement l'avis d'Arnaud Clément. Le foot dans le 69 se porte très bien et regorge de talents souvent méconnus. Villefranche, historiquement a toujours voulu occuper cet espace, vide, derrière l'OL. Les échecs récents de Lyon-Duchère, dans cette volonté de devenir le club numéro 2 du Rhône, ont renforcé la place du club caladois dans le paysage local. Et puis, il y a, un public Beaujolais qui commence à se faire entendre - la moyenne à Chouffet grimpe souvent à 2000 spectateurs en National - car au niveau club de haut niveau ici, c'est plutôt le désert…


La rivalité avec le GOAL FC est plutôt sympa. Il n'y a pas de véritables animosités entre les deux clubs qui ont même planché sur une entente cet été, avortée depuis… Le premier derby en National, mi-octobre, s'est terminé sur une victoire caladoise (2-1) mais le GOAL FC aurait tout aussi pu arracher le nul. Sur le plan sportif, dans ces deux équipes, où deux coachs font très bien leur job d'ailleurs (Pujo et Revelli), je trouve plus de similitudes que d'oppositions.



Toujours bien placés, jamais gagnants… c’est un peu le leitmotiv des Caladois ces dernières saisons en National. Quelles ambitions à court ou moyen terme pour le FCVB ?


Pour l'instant, un bon maintien - dans le top 5 - est plus dans les cordes du FCVB. La Ligue 2, les barrages pour y accéder ces dernières saisons, ont mis en exergue une capacité à fédérer les énergies locales mais les infrastructures ne sont pas au niveau de ce qui est attendu en Ligue 2. Cela ne veut pas dire que le club n'y travaille pas, au contraire. Le stade sera rénové bientôt, et cela prendra du temps. La vraie question sera de savoir si le modèle actuel du National va perdurer longtemps encore ou si la Ligue 3 va voir le jour. C'est là, le principal des enjeux pour Villefranche.


Le traditionnel pronostic : quel sera le score du match selon toi ?


On va dire que ça devrait être encore un match à rebondissements ! Avec des buts, ce qui est presque tout le temps le cas à Chouffet cette saison. Le Mans et Villefranche se suivent au classement (5e et 6e). Donc je vois bien une victoire caladoise, un bon vieux 2-1 sur la fin, pour renouer avec la tradition de cet été… Mais en matière de pronostics, je tape tout le temps à côté !



Un grand merci à Ralph Neplaz d'avoir pris le temps de nous répondre. Vous pouvez lire ses articles dans Le Patriote Beaujolais.



© Ralph Neplaz

346 vues0 commentaire
bottom of page