top of page

Bilan des Anciens : National 1

19 ex-joueurs manceaux ont disputé cette saison le championnat de National. Revue d'effectif par ordre du classement final.


1er - Concarneau


Fahd El Khoumisti : 19 matchs (17 tit.), 13 buts, 1 passe décisive

Si son histoire avec Le Mans FC s’est achevée sur un goût très amer, il faut reconnaitre à FEK sa capacité d’avoir su rebondir efficacement. Arrivé début décembre à Concarneau, l’attaquant a quasiment joué toutes les rencontres ensuite et inscrit la bagatelle de 13 buts en 19 matchs, faisant de lui (par l’ajout de ses trois réalisations avec les Manceaux) le meilleur buteur de la division. Naturellement, il est honoré d'une présence dans le XI de la saison du National. La Ligue 2 lui était promis il y a un an, il devrait cette fois y goûter pour de bon avec les Thoniers.


© FFF
Maxime Etuin : 30 matchs (30 tit.), 3 passes décisives

Artisan majeur de la montée de Concarneau, Maxime Etuin a été indispensable à Stéphane Le Mignan cette saison, ne manquant que 4 rencontres seulement dans la défense bretonne. Toujours sous contrat avec l’USC, il devrait donc retrouver dès le mois d’août les pelouses de Ligue 2, qu’il a arpenté à plus d’une trentaine de reprises sous le maillot du FC Lorient.


Georges Gope-Fenepej : 18 matchs (10 tit.), 1 passe décisive

Saison à deux visages pour la pépite néocalédonienne. Homme de base au début de saison, enchainant plusieurs titularisations, Gope va connaitre une année 2023 quasi-blanche avec l’équipe première, ne disputant que 10 minutes sur la phase retour du championnat. Aligné régulièrement avec l’équipe B, qui évoluait en R1, il a pu inscrire avec elle plusieurs buts. Assez proche de Le Mignan, restera-t-il au club pour apporter son expérience ?


3e - Red Star


Issouf Macalou : 27 matchs (9 tit.), 7 buts, 1 passe décisive

On avait entrevu son talent la saison passée sous le maillot manceau, cette fois-ci ce sont les Audoniens qui ont pu en profiter. Mais si Macalou a régalé par plusieurs golazos, sa présence dans le XI d’Habib Beye fut de plus en plus discrète à mesure que le championnat suivait son cours, en témoignent ses 9 titularisations seulement dont 7 lors des 10 premiers matchs. Mais son ratio de buts par minutes disputées prouve qu’il est un danger permanent, qui pourrait faire le bonheur de beaucoup d’équipe à l’avenir.



Thibault Vialla : 6 matchs (0 tit.), 1 passe décisive

Que s’est-il passé du côté du stade Bauer pour que Thibault Vialla passe une saison quasi-blanche? Apparu en cours de matchs sur 6 des 7 premières journées, il s’était illustré dès la 1e par une passe décisive. Mais depuis fin septembre, plus trace de son nom sur les feuilles de match. Son départ est inéluctable de fait.


4e - Martigues


Jérémy Aymes : 34 matchs disputés, 8 clean sheets

S’il n’est plus une révélation aux yeux des supporters sarthois, Aymes a cette saison conquis l’ensemble des suiveurs du National. Impérial dans les cages martégales, il n’a tout simplement pas raté une seule minute du championnat. Distingué logiquement comme meilleur gardien de la saison, il n’a malheureusement pas pu fêter une montée qui semblait promise. Malgré seulement 4 défaites enregistrées sur toute la saison, le promu provençal a échoué au pied du podium.



Romain Montiel : 33 matchs (29 tit.), 9 buts, 7 passes décisives

Son compère de l’attaque Romain Montiel n’a pas été en reste. Lui a raté une seule rencontre, en février, mais s’est surtout illustré par son sens du but : 9 au total, un score qu’il n’avait plus atteint depuis son passage à Chambly en 2017/2018. En fin de contrat fin juin, l’attaquant de 28 ans va-t-il rester chez les Martégaux ou bien tenter une nouvelle aventure ?


Raphaël Calvet : 23 matchs (17 tit.)

Dans le trio d’ex-Manceau, il est celui qui a le moins joué, n’étant titularisé qu’une fois sur deux. Mais indéboulonnable depuis mars, le natif d’Auxerre a finalement pris toute sa place dans l’effectif de Grégory Poirier, prenant position en défense centrale après avoir démarré la saison au milieu. Il sera malheureusement auteur du but contre-son-camp qui va précipiter la défaite des siens à Borgo lors de l’avant-dernière journée, empêchant son club d’obtenir la montée.


5e - Versailles


Loïc Damour : 28 matchs (23 tit.), 1 but, 1 passe décisive

Dans un effectif taillé pour la montée, Loïc Damour a réussi à s’y faire une place, enchainant plus d’une vingtaine de titularisations, notamment au cours de la seconde partie de saison. Il aura eu l’occasion de retrouver Cris, le coach qui l’avait dirigé l’an passé au Mans.



Pierre Gibaud : 20 matchs (19 tit.)

Absent entre novembre et mars, Pierre Gibaud a sans doute beaucoup manqué à la défense versaillaise. Aligné depuis son retour à presque toutes les rencontres, il n’a pu éviter la lente descente au classement de son club, finalement privé de montée. Âgé de 35 ans, quel sera l’avenir à court terme pour le défenseur ?


Mathieu Dossevi : 12 matchs (4 tit.), 1 but, 1 passe décisive

La greffe de Mathieu Dossevi à l’effectif versaillais n’aura pas pris malheureusement. Ne démarrant que 3 matchs sur la première partie de saison, le milieu de terrain avait tout de même pu s’illustrer en inscrivant un but contre Sedan. Mais 2023 sera encore pire. Appelé une seule fois par Cris depuis la mi-mars, il est officiellement mis à l’écart du groupe à 3 matchs du terme de la saison pour des likes sur les réseaux sociaux contre son coach. Pas d’année de contrat supplémentaire donc pour lui, qui devait atteindre les 15 apparitions pour pouvoir activer cette clause.


7e - Sedan


Omaré Gassama : 19 matchs (14 tit.)

Beaucoup de satisfaction pour Gassama cette saison. Lui qui découvrait ce 3e échelon national aura mis un peu de temps avant de prendre ses marques chez les Sangliers avant de petit à petit intégrer la rotation et participer ainsi à la totalité des rencontres depuis la mi-mars. Des prestations qui semblent avoir convaincu Amir Abdou, le sélectionneur de la Mauritanie, qui l’a convoqué pour la première fois ce mois de juin.


Jeffrey Quarshie : 15 matchs (12 tit.), 2 buts, 1 passe décisive

Son transfert fin janvier entre deux clubs concurrents (Le Mans et Sedan) avait surpris bon nombre d’observateurs. Pas assez souvent titulaire en Sarthe où il avait tout de même pu inscrire 4 buts, le frère d’Edwin a donc tenté un rebond dans les Ardennes. Plutôt payant puisqu’il a participé à toutes les rencontres depuis le 10 février. Il aura en revanche un peu moins marqué (2 fois).


10e - Orléans


Vincent Viot : 33 matchs, 13 clean sheets

Comme les saisons précédentes avec Concarneau, Vincent Viot s’est imposé comme l’un des meilleurs gardiens de ce championnat. Titularisé à chaque match hormis le tout dernier, il s’est très souvent illustré, de quoi apparaitre régulièrement dans le Top Arrêts de chaque journée. Dans une équipe orléanaise peu inspirée, il a surnagé et a même été désigné meilleur joueur de la saison par la presse locale.


11e - Châteauroux


Bendjaloud Youssouf : 28 matchs disputés (28 tit.), 6 buts, 7 passes décisives, 2 sél. int.

Dans une saison plus que compliquée pour son club, Youssouf a réalisé un exercice très satisfaisant. Buteur à 6 reprises, un record sur une saison pour lui, il a été un des acteurs majeurs du maintien des Berrichons. A tel point que Niort semble en avoir fait une priorité de recrutement.



13e - Nancy


Ibrahim Cissé : 15 matchs (6 tit.)

Il n’aura pas eu la saison rêvée en Lorraine. Rarement titulaire, souvent bloqué sur le banc, puis carrément plus appelé à partir de début février, il obtient finalement un bon de sortie à la mi-mars qui lui permet de s’engager dans le championnat finlandais.


Victor Glaentzlin : 0 match

Arrivé courant octobre après une période creuse suite à son départ de Créteil, Victor Glaentzlin n’aura jamais eu l’occasion de montrer ses talents de buteur en National. Quelques minutes jouées en Coupe de France contre Repertswiller pour une élimination tragique, et c’est tout. L’avant-centre sera régulièrement aligné en revanche avec l’équipe réserve de N3, avec qui il marquera 3 buts en 7 apparitions.


15e - Saint-Brieuc


Aimeric Gomis : 31 matchs (26 tit.), 5 buts, 2 passes décisives

Bien que conclue par une descente sportive, la saison d’Aimeric Gomis restera très positive. D’abord car l’attaquant a enfin été débarrassé de ces soucis physiques qui l’ont souvent mis sur la touche les années précédentes. Grâce à cette saison pleine, où il n’a raté que 3 rencontres, Gomis-Maillard a certes inscrit un peu moins de buts que l’an passé (5 contre 7), mais il a pu prouvé son niveau.



16e - Le Puy


Loïc Baal : 33 matchs (32 tit.), 2 buts, 2 passes décisives

Sentiment mitigé pour Loïc Baal, qui aura fait une saison pleine avec les Ponots, ne ratant qu’une seule rencontre de championnat. Il se payera même le luxe d’inscrire deux buts dont l’un face à son ancien club. Malheureusement la sanction en championnat reste une descente. Il pourra toutefois conserver comme souvenir mémorable cette qualification en Coupe de France acquise en janvier face à l’OGC Nice où il était titulaire.


Tom Duponchelle : 22 matchs (21 titul.), 3 passes décisives

A contrario, Duponchelle a été moins présent dans le groupe de Roland Vieira. La faute à une blessure notamment qui l’a éloigné des terrains à la fin de l’hiver. Il aura eu le temps toutefois de démontrer sa qualité de passe, déjà entrevue chez les Sarthois.


119 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page