Versailles, le promu aux dents longues



Le club


Sans expérience du National mais pourtant gros prétendant aux deux premières places, tel est le paradoxe du FC Versailles. Il faut dire que la trajectoire du club yvelinois a pris la voie rapide récemment. Fondé en 1989 suite à une fusion de deux entités locales, le FCV a pourtant végété longtemps dans les divisions régionales, pointant même en huitième division dans les années 2000.


L’arrivée au poste d'entraîneur en 2014 de Youssef Chibhi coïncide avec une montée en puissance qui va notamment permettre à l’équipe versaillaise de passer du N3 à la N2 à l’issue de la saison 2019/2020. Puis, en 2021, une nouvelle étape fondamentale est passée avec l’arrivée d’un nouvel investisseur: le promoteur immobilier Fiducim City. Non sans heurt toutefois puisqu’il précipite le départ au bout de quelques mois du président historique Daniel Voisin, plus en accord avec les nouvelles valeurs proposées, et l’arrivée d’une nouvelle équipe dirigeante symbolisée par le médiatique Jean-Luc Arribart au poste de manager général.



Avec un budget non communiqué, estimé autour de 3,5 à 4 millions d’euros, le FCV a de quoi rivaliser d’entrée avec les autres gros du championnat. Signe que le club grandit (trop?) vite, son stade Montbauron ne pourra être utilisé cette saison, ne bénéficiant pas d'éclairage homologué pour les rencontres nocturnes. C’est donc à Jean-Bouin, dans Paris, qu’auront lieu les matchs à domicile. Celui face au Mans le 12 octobre sera la toute première opposition officielle dans l’histoire des deux équipes (il y eut toutefois 2 matchs amicaux en 2020 et 2021).


La saison 2021/2022


Le cru 2021/2022 restera dans les annales du club sans aucun doute. Pour sa deuxième saison de suite en N2, le FCV survole littéralement son groupe A. Il prend la tête dès la trêve pour ne plus jamais la céder, avec au final une avance de plus de 8 points sur son poursuivant (Lorient B) et 14 sur le troisième (Chartres). L’équipe de Chibhi ne concèdera en tout que 2 défaites sur toute la saison, et s’appuiera sur une défense de fer, la meilleure du championnat, qui n’encaissera que 16 buts. Niveau offensif, les Versaillais inscrivent 47 buts, soit la 4e attaque de la poule, grandement aidée par la réussite de son attaquant phare Christopher Ibayi (16 buts).


Mais en plus de performer en championnat, les Yvelinois ont vécu un parcours historique en Coupe de France. Qualifié de manière discrète lors des premiers tours, en sortant Poissy, Sarre-Union et La Roche, le grand coup sera porté en huitièmes de finale avec l’élimination de l’ogre Toulouse FC (1-0), puis confirmé aux tirs aux buts en quarts-de-finale face à un autre pensionnaire de N2, Bergerac. L’histoire s’arrête en demi face à Nice, dans un match délocalisé à l’Allianz Riviera (2-0).


Le mercato


Difficile de savoir que le club n’est que promu quand on analyse le mercato effectué par le board versaillais. De l’ossature de la montée, quelques éléments, pas beaucoup, n’ont pas été conservés. C’est le cas du meilleur buteur Christopher Ibayi, qui reste au niveau en-dessous à Rouen, mais aussi de Maël Durand de Gevigney qui tente l’aventure professionnelle à Nîmes. Touré, Traoré et Alledji sont d’autres noms qui disparaissent des feuilles de matchs, tout comme l’ancien capitaine Oussama Berkak.


Dans le sens inverse en revanche, c’est l’affluence! Et le choix de la direction sportive a été de cibler des joueurs très expérimentés. Les nouvelles recrues cumulent ainsi plus de 800 matchs en Ligue 2! On pense évidemment à Romain Armand qui a lui seul a disputé plus de 280 rencontres dans l’antichambre de l’élite, inscrivant près de 60 buts. C’est le cas aussi de Pierre Gibaud, l’ancien Manceau arrivé du Havre. Et on peut continuer à dérouler la liste: Jordan Leborgne (20 matchs de L1 au compteur en plus de son passage à Rodez), Grégoire Lefebvre, Emeric Dudouit, Sébastien Renot, Pierre-Yves Polomat…


Ajoutez à cela les arrivées de Loïc Damour et Thibault Jaques, bien rodés au National désormais. Saupoudrons d'une petite touche bling-bling en la personne de l'international néerlandais Jeremain Lens, dont le CV affiche des passages, entre autres, par Sunderland, Dinamo Kiev, Besiktas et le PSV Eindhoven. Enfin, cerise sur le gâteau, l'arrivée du grand espoir haïtien Mondy Prunier, canonnier du FC Rouen en N2 et pisté par de nombreux clubs cet été (Le Mans inclus).


Voilà de quoi annoncer la couleur. Versailles ne peut se contenter de jouer un rôle de figurant avec cet effectif.



Arrivées : Jordan Leborgne (Rodez, libre) ; Grégoire Lefebvre (Nancy, libre) ; Emeric Dudouit (Dunkerque, libre) ; Pierre Gibaud (Le Havre, libre) ; Romain Armand (Pau, libre) ; Sébastien Renot (Troyes, libre) ; Florian Lapis (Orléans, libre) ; Loïc Damour (Le Mans via Heart of Midlothian) ; Thibault Jaques (Bourg) ; Pierre-Yves Polomat (libre) ; Jeremain Lens (Besiktas, Turquie) ; Mondy Prunier (Rouen)


Départs : Kévin Bru (Chartres, libre) ; Makan Traoré (Fleury, libre) ; Wilfried Alledji (Poissy, libre) ; Bissourou Touré (Thonon Evian, libre) ; Mamadou Savané (Aubagne, libre) ; Christopher Ibayi (Rouen, libre) ; Maël de Gevigney (Nîmes) ; Ludovic Fardin (fin de carrière) ; Zakaria Grich ; Mickaël Gnahoré ; Benjamin Basse ; Amine Kheche ; Koren Kerkour ; Titouan Guillou ; Oussama Berkak


La pré-saison


12 juillet : Paris FC (L2) - Versailles 3-1 (but de Michel)

16 juillet : Versailles - Red Star (N) 2-1 (buts de Armand et Vieira)

23 juillet : Caen (L2) - Versailles 0-0

27 juillet : Chambly (N2) - Versailles 1-1 (but de Akueson)

30 juillet : Châteauroux (N) - Versailles 0-0

7 août: Strasbourg (L1) - Versailles





L’homme à suivre


A 28 ans, Kevin Pham Ba va enfin découvrir le National. Lui, le spécialiste du National 2 où il aura disputé plus de 160 matchs sous 7 maillots différents.


Car, passés les premiers espoirs nés d’une formation à Sochaux, puis d’une présence dans l’équipe réserve doubiste, le franco-vietnamien n’a pu passer le cap et intégrer le groupe professionnel à l’époque. C’est au Pontet qu’il fera ses vraies premières armes, entrecoupé d’un passage d’une saison par la réserve de l’ESTAC, là encore sans pouvoir passer l’échelon supérieur. Après une nouvelle saison en N2, cette fois à Marignane-Gignac, Kevin Pham Ba connait un passage à vide et c’est Martigues, un autre promu, qui le relance complètement en 2019.


Après un an et demi en Provence, le voilà du côté de l’Alsace, à Schiltigheim où ses performances attirent l'œil du FCV. La saison passée, il est un des hommes clés du groupe de Youssef Chibhi, avec plus de 30 matchs disputés au sein de la défense yvelinoise, principalement côté droit. Il se paye même le luxe de terminer meilleur passeur de l’effectif, avec 9 offrandes, dont 3 lors du parcours épique en Coupe de France.



A 28 ans, et encore sous contrat pour un an, c’est désormais le moment ou jamais pour lui de se révéler dans un championnat National qui aime mettre en valeur des joueurs au parcours méconnu. Si c’était lui la révélation de la saison à venir?


L’effectif (au 04/08)


Gardiens : Sébastien Renot ; Dan Delaunay ; Aly Yirango


Défenseurs : Pierre Gibaud ; Waly Diouf ; Thibault Jaques ; Gustave Akueson ; Pierre-Yves Polomat ; Florian Lapis ; Salimo Sylla ; Emeric Dudouit ; Kévin Pham Ba


Milieux : Inza Diarrassouba ; Melvyn Vieira ; Jordan Leborgne ; Grégoire Lefebvre ; Loïc Damour ; Kapokyeng Sylva ; Diego Michel


Attaquants : Jeremain Lens ; Romain Armand ; Yohan Brun ; Kapit Djoco ; Mondy Prunier


Entraîneur : Youssef Chibhi


Le prono


Statut envisagé: favori Classement estimé: 4e


Les 7 pronostiqueurs de la Tribune Mancelle ne s’y trompent pas: bien que néophyte à ce niveau, Versailles a le potentiel pour faire coup double et enchainer une seconde promotion de suite. Deux de nos rédacteurs place même le FCV comme l’un des deux ultra-favoris avec Orléans, quand un seul l'imagine juste comme un simple outsider. Pour les autres, le rôle de favori semble lui aller comme un gant et le club francilien récolte la 4e meilleure moyenne de notre classement.


108 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout