Aymes, une belle aventure et quelques regrets

La belle aventure mancelle est désormais terminée pour Jérémy Aymes. Le gardien, né à Martigues, ne rempilera pas pour une quatrième saison en Sarthe et rejoint sa ville natale. Retour sur son passage en Sang & Or.



C’est début juin 2018 que les suiveurs manceaux découvrent Jérémy Aymes, arrivé quelques jours après que le club ait décidé de ne pas conserver Cédric Mensah, le gardien de la montée en National. Il n’est pas totalement un inconnu puisqu’il avait notamment fait parler de lui en 2016 lors d’une épopée de Coupe de France qui l’avait vu affronter en quarts-de-finale l’OM, son club de cœur. Il évoluait alors à Granville, où il sera resté près de cinq ans, enchainant deux montées de la DH au CFA sous les ordres de Johan Gallon.


Sa venue au Mans représente un véritable défi pour ce passionné de golf, alors âgé de 30 ans. Pas assuré d’être titulaire, il vient se mettre en danger pour un dernier gros challenge dans sa carrière, comme il aime à le dire alors, avec l’espoir de regoûter à terme à la Ligue 2 qu’il a effleuré comme 3e gardien sur le banc d’Istres plusieurs années auparavant.


La première saison, sous les ordres de Richard Déziré, démarre idéalement. Même si la hiérarchie est officiellement toujours mouvante, il est de fait le n°1 dans les cages devant Thibault Ferrand et Nicolas Kocik. Ses prestations sont unanimement saluées. Il joue ainsi les 28 premières journées de National, laissant sa place uniquement pour la Coupe, et réalise déjà 10 clean sheets. Il se met en évidence notamment le 27 septembre face à QRM en arrêtant un penalty de Jonathan Nanizayamo.



Le premier couac dans son parcours manceau intervient malheureusement début avril juste avant le derby à Laval. Une fracture du poignet stoppe son élan. Il ne terminera pas la saison, supplanté de manière brillante par Nicolas Kocik. Néanmoins, la montée en Ligue 2 actée, Jérémy peut déjà toucher du doigt le rêve qu’il avait formulé en arrivant. En juillet, Yohann Thuram débarque en Sarthe. Richard Déziré souhaite de nouveau instaurer une hiérarchie entre les deux hommes. Et c’est bien le futur Amiénois qui est propulsé numéro 1 pour le début de saison. Jérémy se contente alors de la Coupe de la Ligue et sort en héros de la confrontation contre Orléans, remportée après une intense série de tirs aux buts.



Déjà fragilisé par ses prestations, Thuram se blesse au genou en septembre. Jérémy peut enfin goûter à la Ligue 2. Si le baptême du feu à Guingamp le 30 septembre (3-0) est violent, ses trois autres prestations seront d’un haut niveau, obtenant même 2 clean sheet contre Chambly (1-0) et Niort (1-0) au MMArena. De quoi