Aymes, une belle aventure et quelques regrets

La belle aventure mancelle est désormais terminée pour Jérémy Aymes. Le gardien, né à Martigues, ne rempilera pas pour une quatrième saison en Sarthe et rejoint sa ville natale. Retour sur son passage en Sang & Or.



C’est début juin 2018 que les suiveurs manceaux découvrent Jérémy Aymes, arrivé quelques jours après que le club ait décidé de ne pas conserver Cédric Mensah, le gardien de la montée en National. Il n’est pas totalement un inconnu puisqu’il avait notamment fait parler de lui en 2016 lors d’une épopée de Coupe de France qui l’avait vu affronter en quarts-de-finale l’OM, son club de cœur. Il évoluait alors à Granville, où il sera resté près de cinq ans, enchainant deux montées de la DH au CFA sous les ordres de Johan Gallon.


Sa venue au Mans représente un véritable défi pour ce passionné de golf, alors âgé de 30 ans. Pas assuré d’être titulaire, il vient se mettre en danger pour un dernier gros challenge dans sa carrière, comme il aime à le dire alors, avec l’espoir de regoûter à terme à la Ligue 2 qu’il a effleuré comme 3e gardien sur le banc d’Istres plusieurs années auparavant.


La première saison, sous les ordres de Richard Déziré, démarre idéalement. Même si la hiérarchie est officiellement toujours mouvante, il est de fait le n°1 dans les cages devant Thibault Ferrand et Nicolas Kocik. Ses prestations sont unanimement saluées. Il joue ainsi les 28 premières journées de National, laissant sa place uniquement pour la Coupe, et réalise déjà 10 clean sheets. Il se met en évidence notamment le 27 septembre face à QRM en arrêtant un penalty de Jonathan Nanizayamo.



Le premier couac dans son parcours manceau intervient malheureusement début avril juste avant le derby à Laval. Une fracture du poignet stoppe son élan. Il ne terminera pas la saison, supplanté de manière brillante par Nicolas Kocik. Néanmoins, la montée en Ligue 2 actée, Jérémy peut déjà toucher du doigt le rêve qu’il avait formulé en arrivant. En juillet, Yohann Thuram débarque en Sarthe. Richard Déziré souhaite de nouveau instaurer une hiérarchie entre les deux hommes. Et c’est bien le futur Amiénois qui est propulsé numéro 1 pour le début de saison. Jérémy se contente alors de la Coupe de la Ligue et sort en héros de la confrontation contre Orléans, remportée après une intense série de tirs aux buts.



Déjà fragilisé par ses prestations, Thuram se blesse au genou en septembre. Jérémy peut enfin goûter à la Ligue 2. Si le baptême du feu à Guingamp le 30 septembre (3-0) est violent, ses trois autres prestations seront d’un haut niveau, obtenant même 2 clean sheet contre Chambly (1-0) et Niort (1-0) au MMArena. De quoi aborder sereinement le choc contre une Ligue 1, Nice, en Coupe de la Ligue.


La suite on l’a connait. Malheureusement pour l’ancien pensionnaire du centre de formation de l’OL, il se blesse dès le début du match (11e minute) et doit laisser sa place au 3e gardien sarthois, Pierre Patron. On ne le sait pas encore mais la saison du martégal s’arrête déjà. Sa blessure le trainera loin des terrains tout le reste de la saison, terminée dès le mois de mars avec comme issue une relégation sur décision administrative.



Son contrat de deux ans expiré, Jérémy rempile toutefois avec le club. L’été 2020 se passe même très bien. Didier Ollé-Nicolle, le nouveau coach, qui souhaite également ne pas instaurer de hiérarchie fixe entre ses gardiens, opte tout de même pour Aymes comme titulaire au départ de la saison, après une campagne de matchs amicaux jugée plus concluante. Il garde les cages mancelles lors du déplacement à Annecy, match soldé par trois buts encaissés, mais surtout dernière apparition du n°30 en championnat sous les couleurs sang et or.


Car la semaine suivante, nouvelle désillusion. Blessé à l’échauffement, il doit laisser sa place, de nouveau, à Pierre Patron, pour la réception de QRM. Comme l’année précédente, l’intérim de l’ancien Clermontois se transforme en CDI. Rétabli dès la 6e journée à Bastia-Borgo, Aymes doit cependant s’asseoir sur le banc. Il ne réenfilera ses gants qu’à deux reprises, pour le compte de la Coupe de France, à Saint-Sébastien puis Châteaubriant.


Ce 29 mai, l’annonce de son départ est désormais officielle. Direction sa ville natale, Martigues, en National 2. En regardant dans le rétro, on ne pourra qu’avoir des regrets pour Jérémy, qui par 3 fois a vu son corps le lâcher alors qu’il était parti pour régner sur la hiérarchie des gardiens manceaux. Les chiffres sont rudes: il aura quasiment raté autant de matchs sur blessure qu'il en aura disputé. Heureusement pour Le Mans, ses suppléants, Kocik puis Patron, ont toujours réussi à pallier avec brio ses absences.


Arrivé pour pour un dernier pari, essayer d’accrocher la Ligue 2, il aura toutefois réussi à vivre cette expérience à 4 reprises. Le challenge est donc en définitive réussi. On lui souhaite désormais le maximum de réussite dans son nouveau club, en espérant, pourquoi pas pour lui, qu'il connaisse de nouveau les joies d'une montée en National dès cette saison...




Les chiffres de Jérémy Aymes au Mans


Nombre de matchs disputés: 38 (4 en Ligue 2, 29 en National, 3 en Coupe de France, 2 en Coupe de la Ligue)

Minutes jouées : 3252 (14e temps de jeu parmi les gardiens du Mans)

Buts encaissés: 38

Clean sheet: 12 (soit 32% de ses matchs)

Cartons reçus: 0

Victoires: 15

Nuls: 13

Défaites: 10


1er match disputé: Chambly/Le Mans (3 août 2018)

Dernier match disputé: Châteaubriant/Le Mans (30 janvier 2021)

Matchs manqués pour blessure: 36

Matchs sur le banc: 30



© FC Martigues

215 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout