top of page

Thomas Jobard : « On sent une vraie âme qui se dégage de cette équipe »

Premier déplacement et donc première Zone Mixte 2024 pour La Tribune Mancelle qui, lors de chaque match à l'extérieur, permet d'interroger une personnalité connaissant bien le prochain hôte du Mans FC, afin d'avoir son analyse sur l'équipe et le match à venir.


C'est dans la capitale de la Bourgogne, Dijon, que Le Mans effectue son premier voyage de l'année. Face à un adversaire proche au classement, les hommes de Ray auront-ils la force nécessaire pour se relever de la nouvelle désillusion contre Niort ? Attention, en face, l'adversaire a du talent à revendre. Notre grand témoin pour discuter sur le DFCO n'est autre que Thomas Jobard, fondateur du Dijon Show.





Bonjour Thomas, et merci de prendre le temps de nous répondre. D’abord, pour ceux qui ne te connaitrais pas, pourrais-tu te présenter et nous raconter ton lien avec le club de Dijon ?


Bonjour. Je m’appelle Thomas donc, j’ai 26 ans. Mon histoire avec Dijon a commencé en 2004, j’ai été voir un match avec mon père à Gaston-Gérard, j’avais 7 ans. C’était la première fois que je mettais les pieds au stade. Je suis tombé amoureux du DFCO et depuis ce jour-là je ne l’ai plus quitté, alors que je vis en région parisienne depuis toujours. Donc je suis un supporter « à distance » on va dire.


Tu as fondé Le Dijon Show il y a presque 8 ans. Peux-tu nous raconter cette aventure et nous décrire ce projet ?


Et oui, j’ai créé le Dijon Show il y a huit ans ! Ça me rajeunit pas tout ça (rires)  ! C’était en septembre 2016. Sur un coup de tête, un soir, j’ai créé une page Facebook que j’ai tout de suite appelé le Dijon Show. Au début je partageais uniquement des vidéos et, de fil en aiguille, j’ai ajouté ensuite des photos, des visuels… Au bout de quelques mois, j’ai été rejoint par plusieurs bénévoles. Aujourd’hui encore on est une équipe de 6-8 bénévoles très actifs autour du DFCO, et on partage des photos, des vidéos, des lives Twitch, des articles, des interviews, des portraits de joueurs… On est une super équipe, c’est vraiment une belle aventure.


On n’a pas été impacté par les différentes descentes. Comme bénévoles, on est passionné de base par le club donc peu importe les résultats. On est là, on est motivés. Après bien sûr, étant donné que ça fait 8 ans que le Dijon Show existe, on a tous grandi, on a tous un métier à côté. On a pas toujours tout notre temps à consacrer au DFCO. Donc on se relaie, mais tout le monde est toujours aussi motivé, même en National.



« En terme de spectacle, on ne s’ennuie pas. C’est une équipe joueuse, qui marque des buts… qui en encaisse aussi »

Le club est passé en trois ans de la Ligue 1 au National… Est-ce que tu avais senti venir une telle descente aux enfers et comment l’as-tu vécu ?


Non, on n'a pas vu venir cette descente aux enfers !... Il y a 4 ans on jouait contre le PSG en Ligue 1 et aujourd’hui on est en National… C’est comme ça, c’est la vie d’un club.


Moi mon premier match, en 2004, c’était de la Ligue 2 à l’époque et j’ai connu des années et des années de Ligue 2, donc ça me dérange pas du tout de supporter un club de « l’ombre », de seconde zone. Moi ce qui m’importe c’est les émotions véhiculées au travers des résultats, des moments passés au stade. C’est ça le plus important au final. Et c’est pas plus mal en 2024 je trouve de supporter un club avec un petit peu moins d’ambitions, un petit peu moins d’argent que les mastodontes du football français. C’est un peu original et en même temps on se plait aller au stade Gaston-Gérard en plein mois de janvier pour jouer contre Le Mans !


Faisons un petit bilan de cette première partie de saison. Avec son étiquette de favori, Dijon a plutôt bien commencé le championnat avant de connaitre un gros trou d’air. Les dernières semaines étaient plutôt positives. Quelle est ton analyse de cette phase aller ?

On a vécu un début de saison en dent de scie. Mais c’est logique, on a eu énormément d’arrivées, énormément de départs à l’intersaison. Il fallait un temps d’adaptation. On a un nouveau coach qui est arrivé, novice à ce niveau là. Il fallait du temps, et je trouve qu’en terme de spectacle, on ne s’ennuie pas. C’est une équipe joueuse, qui marque des buts… qui en encaisse aussi. Et on a notre place au classement. On a eu des matchs qu’on aurait pu gagner, qu’on a pas gagné. Des matchs qu’on aurait du ne pas gagner et qu’on a gagné.


Je pense donc qu’on est vraiment à notre place au milieu de tableau. Par contre je trouve qu’on monte en puissance ces dernières semaines malgré la défaite contre Sochaux juste avant la trêve et celle contre Martigues, où on est passé à côté mais avec des absents importants. On sent une vraie âme qui se dégage de cette équipe et je pense qu’on va poser beaucoup de problèmes à de nombreux clubs en cette deuxième partie de saison.



Au niveau des individualités, si tu devais choisir le meilleur joueur dijonnais jusqu’ici, mais aussi la bonne surprise et la déception ?


Le meilleur joueur dijonnais pour l’instant est sans aucun doute Zakaria Fdaouch, qui est le meilleur en terme de stats (4 buts, 4 passes décisives) et en terme d’impact sur le terrain. C’est vraiment une top individualité. C’est étrange qu’en National on puisse avoir un profil de ce type, un joueur qui peut décanter un match à lui tout seul. C’est un vrai danger pendant 90 minutes sur son aile gauche.


Fdaouch aux côtés de l'ex-sarthois Mendes | © @dfco.photos

La belle surprise pour moi c’est Cyriaque Irié, qui a pas eu beaucoup de temps de jeu mais qui a fait à chaque fois des différences en entrant en fin de match. C’est un jeune joueur dont on attendait pas grand-chose en début de saison, et finalement on le découvre à un niveau qui lui va bien.


La révélation Cyriaque Irié | © @dfco.photos

Et en déception, je dirai Daniel Congré. Il a été blessé une bonne partie de la première moitié de saison. C’est un joueur expérimenté, certainement un gros salaire aussi de l’effectif, et c’est dommage de pas pouvoir compter sur lui à 200%. Mais je pense que dans le vestiaire, il reste un cadre important.


« L’équipe a beaucoup de personnalité, beaucoup de caractère, elle lâche rien »

Que penses-tu du mercato hivernal à cette date ?


Le mercato, c’est le calme plat… On attend surtout des départs. On a trop de gros contrats dans l'effectif encore. On peut penser à Bryan Soumaré, à Roger Assalé, Cheick Traoré ou encore Adama Fofana.


Et il n'y aura pas d'arrivées sans départ ! Mais pour moi il faut un 9 car Mendes est H24 blessé, et si Soumaré part il faudra le remplacer aussi.


Deux anciens joueurs manceaux jouent désormais au DFCO : Kevin Schur et Joseph Mendes, arrivés tous deux à l’intersaison. Ont-ils réussi leur intégration dans l’effectif ?


Kevin Schur s’est très bien intégré même s’il est arrivé sur le tard. C’est un très bon joueur techniquement, qui apporte beaucoup à l’équipe. Pour Joseph Mendes,  je peux moins me prononcer. Il est arrivé, il s’est blessé. On a après traversé une mauvaise phase quand il était là en début de saison. Difficile de se prononcer mais c’est vrai qu’on en attend beaucoup de lui en deuxième partie de saison.




Pour sa reconstruction, le club a fait appel à Benoit Tavenot, un coach qui n’avait jusque là que rarement été manager principal d’un club. Quel bilan peux-tu tirer de ses premiers mois au club ? A-t-il réussi à imprimer un style de jeu personnalisé à l’équipe ?


L’arrivée et le bilan de Benoit Tavenot sont très positifs. Même si on est en milieu de tableau et que certainement de nombreux supporters dijonnais espéraient être parmi les deux premiers à ce stade de la saison. Il est arrivé avec un effectif tout nouveau, avec des idées nouvelles aussi. Il a su imprégner sa patte. On a une équipe qui est très très bonne en transition offensive, avec des ailiers qui centrent beaucoup, qui dribblent beaucoup. L’équipe a beaucoup de personnalité, beaucoup de caractère, elle lâche rien. Même si on a pris quelques claques (Niort, Nancy, Sochaux) mais c’est parce qu’on continue d’attaquer, peu importe le résultat du match. Des fois ça passe, des fois ça casse. Mais j’aime beaucoup cette philosophie là, qui se rapproche un peu des clubs de Bundesliga. Donc j’aime beaucoup Benoit Tavenot, pour le moment.


© @dfco.photos

« Le club ne peut pas rester éternellement en National. Il faut absolument remonter d’ici deux ans »

Un petit mot sur le public dijonnais de Gaston-Gérard ? Le DFCO bénéficie-t-il d’un soutien sans faille pour ces matchs à domicile ?


Je suis agréablement surpris du public de Gaston-Gérard. On est 6000 à chaque match, en moyenne, donc c’est top pour du National. Je me souviens de matchs de Ligue 2 où on était 3500, donc les 5 années en Ligue 1 ont été utiles de ce point de vue là. Après on a quand même un public qui est assez impatient. On entend les gens râler parfois sur des passes en retrait. Mais c’est parce qu’ils ont eu l’habitude ces dernières années de voir des équipes de Ligue 1 à Gaston-Gérard, donc ça change un peu de voir le jeu du National, qui est un peu plus direct et moins technique. Mais ils vont s’y faire. Et globalement les résultats à domicile sont très bons (5 victoires) .


Un peu de prospective pour finir. Quelle est l’ambition du club pour cette fin de saison ? La remontée est-elle impérative ? Et dans le cas contraire, as-tu des inquiétudes pour la suite ?


L’objectif ça reste la montée évidemment. Le président ne s’en est pas caché. Je pense pas qu’on aura de problème si on ne monte pas en fin de saison parce que le président ne fera pas couler le club. Il l’aime, il a investi de son temps et de son argent depuis des années donc il ferait tout pour le sauver s’il y a un problème. Pour l’instant  on est pas inquiétés par la DNCG. Donc si on ne monte pas, ça n’aura pas d’impact direct. Après c’est clair que le club ne peut pas rester éternellement en National. Il faut absolument remonter d’ici deux ans. Cette année ça va être juste je pense. Je suis optimiste sur le fait qu’on terminera dans les 5 premiers, mais compliqué d’aller titiller les deux premières places. Ce serait vraiment une belle surprise.



Traditionnelle question de fin : quel sera le score du match selon toi ?


Je vais dire 3-1 pour Dijon. On a une équipe très joueuse et qui marque des buts. Malheureusement pour Le Mans, je crois que vous allez vous incliner au stade Gaston-Gérard (rires).


Un grand merci à Thomas Jobard d'avoir pris le temps de nous répondre. Vous pouvez retrouver Le Dijon Show sur leur site internet ainsi que sur les différents réseaux sociaux.


Sur le pelouse de Marie-Marvingt | © Thomas Jobard

105 vues0 commentaire

Comments


bottom of page