top of page

Laurent Pruneta : « Le Red Star a pris de l'avance grâce à sa stabilité »

Nouvel épisode de la Zone Mixte de La Tribune Mancelle qui, lors de chaque match à l'extérieur, permet d'interroger une personnalité connaissant bien le prochain hôte du Mans FC, afin d'avoir son analyse sur l'équipe et le match à venir.


C'est vraisemblablement le déplacement le plus difficile de la saison. Le Mans FC rend visite au leader, invaincu à domicile, le Red Star FC. Pour ce premier opus de l'ère post-Ray, les Sarthois vont-ils faire déjouer les pronostics ? Pour en savoir plus sur l'adversaire des Manceaux, qui d'autre que le spécialiste du football francilien du Parisien, en la personne de Laurent Pruneta, qui nous a fait le plaisir de répondre à nos questions.





Bonjour Laurent. Les fidèles lecteurs de cette rubrique te connaissent bien désormais, mais pour les autres pourrais-tu te présenter et nous dire ton lien avec le club du Red Star ?


Bonjour à tous. Je suis Laurent Pruneta, journaliste au Parisien, spécialité foot et cyclisme. Au niveau foot, je suis la L1 mais aussi plus particulièrement les clubs franciliens en L2 (Paris FC) et National (Red Star, Versailles) depuis de nombreuses années. J'en profite pour dire que je contribue au site 13HeuresFoot où l'on écrit des portraits longs formats sur les acteurs (entraineurs, présidents, joueurs, clubs...) de la L2 au foot amateur. Je vous invite à nous suivre sur nos réseaux sociaux.



C’est une saison de rêve que vit le Red Star, large leader au 2/3 du championnat. Quelles sont les raisons qui peuvent expliquer cette si nette domination des Audoniens sur le reste des équipes ?


Dans le foot moderne, il y a un concept qui devient de plus en plus rare : la stabilité. Le Red Star l'a trouvé depuis deux ans. Cette stabilité fait sa force. La saison dernière, le Red Star a terminé 3e à deux points de la montée. Le club a conservé 95 % de son groupe avec seulement deux départs chez les titulaires (Butelle, Cadiou). Cinq joueurs seulement sont arrivés. Beunardeau dans les buts et Eickmayer au milieu ont vraiment apporté un plus.  Le Red Star avait terminé très fort la dernière saison, il a attaqué la nouvelle saison avec des certitudes et un groupe stable. Ce qui lui a permis de trouver d'entrée la bonne carburation malgré l'accident à GOAL FC lors de la 2e journée (défaite 3-1), d'engranger une série de victoires et de vite se détacher en tête. Les autres équipes, qui étaient pour la plupart en reconstruction (Niort, Sochaux, Martigues...) ou avaient beaucoup changé d'effectif, ont mis plus de temps à démarrer. Le Red Star a pris de l'avance grâce à sa stabilité.




Au petit jeu des individualités, si tu devais nous donner un nom à chaque fois pour indiquer pour toi qui est la satisfaction, la révélation et la déception de l’équipe cette saison, et pourquoi ?


La satisfaction: Merwan Ifnaoui.  Plus qu'une satisfaction, c'est une confirmation. Il était arrivé du Racing (N2) en janvier 2023. Il s'est vraiment affirmé cette saison. Il est technique, créatif. C'est le dépositaire du jeu offensif du Red Star. Quand il est moins bien comme lundi à Rouen (défaite 1-0), les effets se font vite ressentir...


La révélation: Kémo Cissé même s'il a déjà 27 ans. C'est sa deuxième saison au Red Star après avoir évolué au Paris 13 Atletico en N2. C'est un ailier à la base et il a été repositionné en piston droit. Il s'est vraiment affirmé à ce poste et a enchainé les titularisations. Il a marqué 4  buts.


La déception: Jovany Ikanga qui s'était révélé la saison dernière (9 buts). Il a, certes, été blessé mais plusieurs fois, le coach ne l'a même pas convoqué dans le groupe. Il compte 9 apparitions pour 168 minutes de jeu et une seule titularisation.



Ifnaoui, le danger audonien | © Mickabrn_pix



« Ils vont être sacrés champions de National plusieurs journées avant la fin »

Un ancien manceau figure dans l’effectif, il s’agit de Quentin Beunardeau, arrivé cet été. Peux-tu nous parler de son intégration et de l’importance qu’il a pris ?


Pour moi, pour son retour dans un championnat français, il s'est affirmé comme l'un des meilleurs gardiens, et peut-être même le meilleur du National. Il est rassurant et très souvent décisif.


Ancien du club, Quentin Beunardeau réalise une saison de qualité | ©Mickabrn_pix


Qu’est-ce qui aujourd’hui pourrait faire que le Red Star tremble jusqu’à la fin ? N’y a-t-il aucun motif d’inquiétude ?


La défaite lundi à Rouen, la 3e de la saison seulement, peut résonner comme un avertissement. Mais en interne, le discours a toujours été de dire que ce n'était pas du tout fait pour la montée. Je ne crois pas à la décompression et je sais que dès mardi, le staff a remobilisé le groupe. Sept points d'avance sur le 3e, Martigues avec en plus un match en retard à jouer, ça reste une marge appréciable. Ça leur laisse au moins 2 ou 3 jokers. Vu ce qu'elle a montré jusque-là, je ne vois pas cette équipe s'effondrer. Ils vont être sacrés champions de National plusieurs journées avant la fin.



Parlons évidemment de l’ultra-médiatique coach Habib Beye. Il semble avoir à la fois une cote de popularité rarement vue pour un entraineur à ce niveau, tout en pouvant aussi réunir beaucoup de critiques notamment sur une sorte de mépris qui serait ressenti par les adversaires. Que penses-tu de lui, comme technicien et comme personnage ?


Ce qu'il a construit au Red Star depuis qu'il a pris l'équipe en septembre 2021, ses résultats, le jeu pratiqué et la dimension prise par certains de ses joueurs, tout ça, ça parle pour lui. Il est aussi épaulé par un staff très performant. Il a eu Pierre Sage (aujourd'hui à Lyon en L1) comme adjoint et désormais Sébastien Bichard, qui a une grosse expérience internationale. Quant aux critiques sur sa supposée attitude, je n'ai pas envie de rentrer dans ce débat. Mais en décembre dernier, on avait écrit un long portrait sur lui dans le Parisien avec mon collègue Arnaud Detout. Un entraineur de National nous avait dit qu'il était « dans la communication, quand son équipe joue bien c’est grâce à lui et quand elle perd c’est à cause des joueurs ».  Mais on a eu plus de retours positifs que négatifs sur lui.


La star de l'équipe, Habib Beye | © TM - Jordan Ory


« Le Red Star s'est construit un vrai avenir avec ce stade Bauer rénové »

Le stade Bauer, qui était menacé de destruction il y a quelques années, va connaitre de grands changements dans un avenir proche. Peux-tu nous en parler et nous confier ton sentiment sur cette évolution ?


C'est positif. Bien sûr la destruction de la tribune historique construite en 1922 a été vécu difficilement par les supporters historiques. Mais le Red Star s'est construit un vrai avenir avec ce stade Bauer rénové, moderne et qui aura 12 000 places lorsqu'il sera achevé au premier semestre 2025. Je rappelle que lors de ces trois dernières saisons en L2, le Red Star a dû aller jouer deux saisons à Beauvais et une saison au stade Jean Bouin, celui du Stade Français en rugby où évolue Versailles. Là, il va pouvoir enfin jouer en L2 chez lui, dans son stade. Cela change tout.




Si tous les voyants semblent au vert pour le club, il reste quelques inquiétudes concernant le propriétaire du club 777Partner dont le nom est régulièrement mêlé à des affaires (financières et autres) qui pourraient venir assombrir l’avenir… Est-ce une réelle inquiétude à ce jour ?


En interne, il n'y a pas d'inquiétude. 777 a laissé les dirigeants en place et les laisse travailler. Financièrement, leur apport a permis au Red Star d'avoir un peu plus d'aisance et de se structurer. Après, les enjeux financiers pour un club de National ne sont pas les mêmes que dans les autres clubs que possède 777 comme le Standard de Liège ou le Genoa.


Le Red Star était sorti vainqueur au match aller (1-2) | © Mickabrn_pix



Alors que le Paris FC semble en phase de stagnation, que Versailles n’arrive pas à fédérer une grosse communauté, que le Paris 13 ou Créteil sont pour le moment au niveau inférieur, est-ce que le Red Star n’a pas une voie royale pour devenir le 2e club francilien ? Est-ce un objectif ?


En terme de popularité, le Red Star est déjà au-dessus. Le nouveau stade va encore y contribuer. Après, c'est le sportif qui décidera. Le premier qui montera en L1 deviendra, de fait, le 2e club francilien. Mais ça va devenir de plus en plus dur de monter en L1. Le Paris FC s'en aperçoit... Pour le Red Star, il y aura une première phase indispensable de stabilisation en L2 avant de penser à la L1.



On finit avec le traditionnel pronostic : quel sera le score du match selon toi ?


Le Red Star est invincible à domicile et voudra se racheter après sa défaite lundi à Rouen. Je dirais donc 2-0.



Un immense merci à Laurent Pruneta d'avoir pris le temps de nous répondre. Vous pouvez le lire régulièrement dans Le Parisien.

89 vues0 commentaire

Comments


bottom of page