Zana Allée, enfin on espère pour le Mans…


Le Stade Briochin a perdu cet hiver l’un de ses meilleurs éléments en la personne de Yohan Le Méhauté, présenté lors du match aller, qui défend les couleurs choletaises désormais. Récemment, Maxime D’Ornano a lâché les commandes pour laisser son adjoint, David Le Goff, mener la troupe briochine jusqu’à la fin de saison. Force est de constater que le promu a bien géré cette seconde partie de saison. La Tribune Mancelle vous propose un petit aperçu sur un ailier, qui a passé de nombreuses années en terres bretonnes.


(Zana Allée, sous les couleurs briochines)

© Stade Briochin


Zana Allée, franco-irakien, est né en mars 1994 à Duhoq et espère bien un jour représenter son pays d’origine, et pourquoi pas avec son frère cadet, Ahmad, qui évolue lui aussi au Stade Briochin. Rapidement arrivée en France, c’est en Bretagne que s’est installée la famille Allée, l’occasion pour le jeune Zana de commencer le football au sein de l'AS Ginglin-Cesson. Considéré comme la pépite du centre d’entraînement rennais, La Piverdière, d’où est sorti un certain Maxime Bernauer, Zana Allée a franchi quelques étapes en Bretagne mais aurait pu découvrir un club prestigieux d’outre-manche bien plus tôt que prévu. En 2008, Arsenal et son mythique coach Arsène Wenger s’étaient intéressés au jeune franco-irakien de 14 ans, qui avait passé un essai à Londres. Finalement, il décide de rester à Rennes pour passer d’autres caps en restant proche des siens. Quelques années plus tard, ce sont les ordres de Philippe Montanier que les débuts de Zana Allée, dans le monde professionnel, voient le jour alors qu’il n’est âgé que de 19 ans.