Le jour où... Le Mans battait Cholet pour la première fois

Sur une bonne dynamique en National, Le Mans accueille Cholet ce mardi 25 janvier. Deux équipes qui pouvaient ambitionner légitimement une montée en Ligue 2 à la fin de saison, mais qui restent actuellement de simples outsiders. Car même si rien n’est mathématiquement perdu, les espoirs se sont quand même amenuisés. Une situation qui ressemble beaucoup à celle connue en 1987/1988. Le 7 novembre 1987, le MUC72 reçoit alors le SOC. Retour sur ce match oublié.



C’était il y a 34 ans. Manceaux et Choletais évoluaient déjà ensemble au troisième niveau national, dans ce championnat amateur alors appelé Division 3. Créé deux ans plus tôt, le club sarthois se retrouve opposé pour la 3e fois de son histoire au SOC, après leurs premiers affrontements en 1985/1986 ponctués d’un nul et d’une défaite à Bollée. La saison précédente, les deux équipes étaient réparties dans 2 groupes différents et s’étaient évitées. C’est donc pour une première victoire dans ce derby que s’avançait le XI muciste de l’époque.


Et on peut dire que ce succès commençait à devenir une urgence. L’équipe sarthoise, entrainée pour la deuxième saison consécutive par Christian Gourcuff, n’avait pas caché son objectif d’obtenir pour la première fois de son histoire son ticket pour la D2. Mais les premières semaines sont assez frustrantes. Bien que déployant un jeu nettement attrayant et faisant saliver les observateurs, les résultats tardent à suivre : 4 victoires, 4 nuls et 3 défaites avant ce match. Et une place de 7e au classement, avec 12 points (et un match en moins). Pire, les Mucistes restent même sur deux défaites consécutives contre l’UCK Vannes et la réserve lavalloise (1-2 à chaque fois), et des premières voix se font entendre pour évoquer un retrait du coach de l’époque. Mais le président Roland Grandier fait confiance totalement à Gourcuff.


De son côté, Cholet a beaucoup moins d’aspirations à la montée. Pourtant la saison a bien démarré. Après une nouvelle victoire face à Thouars (4-0), les joueurs de Kéké Ibrahim sont installés un rang devant les Sarthois, à la 6e place avec 13 points.


Les compos annoncées par Ouest-France (7 novembre 1987)

Ce 7 novembre 1987, 1 351 personnes ont bravé le temps glacial pour s’installer dans les tribunes de Léon-Bollée. Christian Gourcuff aligne ce soir-là sa quasi équipe-type. Régis Beunardeau, incertain toute la semaine, est bien présent. L’entraineur s’aligne en numéro 10 pour peser sur le pressing, faisant reculer de fait Alain Larvaron en milieu défensif. Gilles Papillon est titularisé pour la première fois depuis 8 matchs également. On note aussi le retour sur le banc de Claude Taruffi. Le défenseur, qui joua un temps en Division 1 avec Metz, avait fait scandale quelques semaines auparavant pour avoir tenu des propos pour le moins désobligeants envers la direction du club, ce qui lui avait valu une suspension à titre conservatoire d’entrainement et de match.


Côté Choletais, peu de changement non plus si ce n’est le retour de Bruno Hivon, après 3 semaines d’indisponibilité. On vient pour créer la surprise, sans prétendre à la victoire non plus.


Vaincus les deux matchs précédents malgré du spectacle, c’est une toute autre partition que vont livrer les Mucistes. Pas aidé par une météo polaire, le match sera plus que lénifiant d’après les observateurs. Pourtant cette fois cela tourne dans le bon sens. A la demi-heure de jeu, après un numéro de Philippe Loison sur son côté, ce dernier dépose un centre sur la tête de François Rémy qui ouvre le score pour son 4e but de la saison. Le plus dur est sans doute fait alors.


Cholet n’est pas ridicule loin de là, et en particulier son défenseur Christian Penaud, de très loin le meilleur joueur adverse du match. Qui peut s’imaginer alors qu’il évoluera plus tard à 443 reprises en match officiel sous le maillot manceau, devenant par la même le 2e joueur le plus capé de l’histoire muciste ? L’attaquant Bideau sera également très menaçant mais perdra un face-à-face avec le gardien et capitaine sarthois Alain Jacotin avant la mi-temps, avant de se voir refuser un penalty par M. Sitruk, qui aurait pu faire basculer le match.


Les 45 dernières minutes n’élèveront pas le niveau technique du match. Le feu-follet Rémy doit céder sa place à Trinita pour une gêne musculaire. Et c’est finalement dans les toutes dernières secondes que les spectateurs vont pouvoir se lever de leur siège, grâce à une reprise de volée de Pascal Affaire qui double la mise. L’attaquant muciste est l’homme de ce début de championnat : il inscrit déjà son 10e but d’une saison où il en plantera en tout 27 (record jusqu’ici encore inégalé dans l’histoire du club).


Cette fois c’est fait. Les Manceaux relèvent la tête et empochent les 2 points de la victoire. Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, les équipes de tête (UCK Vannes et La Rochelle) chutent de leur côté et relancent complètement la course à la montée. Les Sang & Or remontent à la 5e place à 4 points des leaders.


Le point après la 13e journée de D3

Remporté difficilement, sans éclat, ce match va pourtant poser les fondations d’une suite de saison ébouriffante. Car les hommes de Gourcuff vont enchainer 6 nouvelles victoires de plus consécutivement, et de façon souvent spectaculaire comme à Guingamp B, 4 jours plus tard (6-1), à La Rochelle, le premier d’alors (3-0, le 21 novembre) ou encore contre Redon (3-0 le 12 décembre). Leader à 3 reprises, le MUC72 terminera finalement à la 2e place, juste derrière la réserve du FC Nantes. Suffisant donc pour accrocher le précieux sésame d’une première saison en deuxième division. Le SOC, lui, finira à une honorable 7e place, 9 points derrière leur adversaire du jour.


34 ans plus tard, les hommes de Cris arriveront-ils, comme leurs prédécesseurs, à profiter de la venue des Choletais pour lancer définitivement une saison sous le signe de la gagne ?



 

LE MANS - CHOLET : 2-0 (1-0).

Arbitre : M. Sitruk

1351 spectateurs.

BUT : Rémy (30'), Affaire (90')


LE MANS : Alain Jacotin (cap.) – Christophe Jarno, Pierre Crimetz, Régis Beunardeau, Thierry Savignard - Gilles Papillon, Alain Larvaron, Christian Gourcuff - Philippe Loison, François Rémy (puis Jean-Marc Trinita, 67'), Pascal Affaire. Non entré en jeu : Claude Taruffi. Entraîneur : Christian Gourcuff.

CHOLET : Christophe Jeannet - Jean-Paul Radigois, Jacky David, Christian Penaud, Mard Lila - Raynald Pichetti, Daudet, Patrick Aldaya - Patrick Abraham, Bruno Hivon, Jean-Christophe Bideau. Entraîneur : Kéké Ibrahim.

48 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout