Gope, au revoir l’artiste !

Le 3 juin dernier, Le Mans FC publiait un communiqué annonçant le départ d’une dizaine de joueurs. Une onde de choc pour les supporters, symbolisée notamment par le cas de Jérémy Choplin, capitaine et enfant du club, mais aussi par Bendjaloud Youssouf, auteur d’une saison pleine. Toutefois, le joueur le plus capé dans l’effectif à devoir faire ses valises est bien Georges Gope-Fenepej. Retour sur son parcours en Sarthe.



Comme Jérémy Aymes, récemment parti à Martigues, Georges Gope-Fenepej arrive au Mans à l’été 2018, au sein d’un club qui vient tout juste d’accéder au National. Une belle pioche puisque qu’il était très courtisé (Red Star, Laval, Avranches, Tours) mais aussi au vu du CV de l’attaquant, qui a déjà goûter à la Ligue 1, de façon sporadique avec Troyes, et qui a également connu une montée en Ligue 2 avec Amiens. Pour faciliter son acclimatation il retrouve alors d’anciens coéquipiers croisés dans de précédents clubs comme Vincent Créhin (Amiens) ou Stephen Vincent (Boulogne). Enfin, avantage non négligeable pour un coach, le néo-calédonien a la possibilité de jouer à tous les endroits de l’attaque, voire plus reculé, même s’il préfère évoluer côté gauche.


Les débuts en Sang et Or sont plutôt prometteurs. L’attaquant participe ainsi aux 11 premiers matchs de la saison, alternant 5 titularisations et entrées en fin de match. Contre Villefranche, le 7 septembre, il entre à la 88e minute, le temps pour lui d’inscrire son tout premier but au club, offrant dans le même temps 3 points salvateurs à son équipe (2-1).



Fin novembre, il récidive en marquant l’unique but sarthois à Lyon-Duchère. Cela sera malheureusement son dernier fait d’arme de la saison, puisqu’il sort sur blessure lors de cette rencontre. Trainant de longues semaines ses pépins physique, il ne réapparait sur les pelouses qu’une seule fois, contre Cholet en avril 2019, l’espace de quelques minutes.


Le Kanak est néanmoins toujours bien présent à la reprise, alors que le club évolue désormais en Ligue 2, qu’il a déjà fréquenté une trentaine de fois avec Amiens et Troyes. Le début de saison ressemble toutefois à la précédente. Un peu juste physiquement, il n’est pas appelé lors des premiers matchs, à l’exception du 1er tour de Coupe de la Ligue à Lorient où il entre en fin de rencontre. Puis ce sont de nouveau des blessures qui vont l’empêcher d’intégrer le groupe. Ce n’est que le 18 octobre, à Troyes, son ancien club, qu’il peut enfin démarrer sa saison. Et de quelle manière ! Si les Sang et Or s’incline (1-2), Georges nous régale d’une frappe magnifique, couronnée « but de la journée » par la Ligue. Une prestation qui lui permet aussi d’être dans l’équipe-type France Football de la journée.




Une belle parenthèse d’un bon mois et demi s’ouvre pour le Kanak qui enchaine alors 8 matchs, et inscrit deux nouveaux buts, à Clermont et à Caen. A nouveau mis sur la touche pour quelques semaines, il fait son retour fin janvier 2020 à Valenciennes. Moins décisif, il doit de nouveau sortir blessé lors du match contre Guingamp fin février. C’est donc sans lui que Le Mans concède le nul à Chambly et termine la saison relégué administrativement.


Jamais deux sans trois, la saison 2020/2021 du néo-calédonien va ressembler malheureusement aux deux précédentes. Jusqu’à mi-octobre, il n’apparait ainsi qu’une seule fois, contre Bastia, où il joue la seconde période. La plupart du temps blessé, parfois juste non sélectionné par DON, il sera en revanche bien présent jusqu’à la fin de l’année 2020. Il marque son premier but de la saison à Avranches fin novembre, ouvrant la voie d’un précieux succès (0-2).


En décembre/janvier, il enchaine pour la première fois 4 titularisations consécutives! Enthousiasme refroidi très vite par d’autres pépins physiques qui viennent pourrir son 1er trimestre 2021. Mais il est opérationnel lorsque les Sang et Or entament une folle remontée, malheureusement inutile. Il joue les 6 derniers matchs de la saison (5 victoires et 1 nul) et s’offre son dernier but manceau lors de l’ultime journée contre Annecy, le seul qu’il aura inscrit à domicile.



Alors que retenir du passage de Georges Gope-Fenepej au Mans ? Un peu comme Aymes, beaucoup de regrets resteront. Ses prestations ont très souvent séduit les suiveurs et supporters. L’homme est un artiste. Il n’hésitait pas à tenter des gestes improbables, parfois avec succès. Sa présence sur le terrain garantissait en tout cas toujours du spectacle. Mais c’était aussi souvent avec beaucoup de crainte qu’on le voyait subir des fautes, appréhendant à chaque contact une nouvelle blessure qui l’éloignerait de longues semaines. Il n’a jamais pu s’imposer, ni avec Déziré ni avec Ollé-Nicolle, et ce n’est pas son niveau de jeu qui était en cause à chaque fois, mais bien ses fichus problèmes physiques, tantôt la cheville, tantôt le mollet ou parfois la cuisse.


A plus de 32 ans, on espère pour Georges désormais un nouveau défi dans sa carrière sportive, voire pourquoi pas dans son autre vie de musicien avec son groupe Hnamus. C’est le moins que l’on puisse lui souhaiter. Ici, on regrettera assurément ses éclairs de génie et son sourire communicatif.






Les chiffres de Georges Gope-Fenepej au Mans


Nombre de matchs disputés: 48 (12 en Ligue 2, 30 en National, 4 en Coupe de France, 2 en Coupe de la Ligue)

Titularisations : 25 (remplacé 19 fois, entré en jeu 23 fois, resté sur le banc 2 fois)

Minutes jouées : 2148 (44 minutes en moyenne par match)

Buts marqués : 8 (3 en Ligue 2, 5 en National)

Cartons reçus: 6 avertissements, 0 expulsion

Victoires: 25

Nuls: 12

Défaites: 11

1er match disputé: Chambly/Le Mans (3 août 2018)

Dernier match disputé: Le Mans/Annecy (15 mai 2021)

1er but marqué : Villefranche/Le Mans (7 septembre 2018)

Dernier but marqué: Le Mans/Annecy (15 mai 2021)


238 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout