top of page

Nîmes, la déchéance des Crocos

Relégué en National après un exercice 2022/2023 catastrophique, où le club aura terminé avant-dernier de Ligue 2, le Nîmes Olympique doit vite stopper l'hémorragie pour éviter une chute totale. Où en sont les Crocos à deux semaines de la reprise ?




Carte d’identité


· Année de création : 1937

· Stade : Stade des Antonins (8033 places)

· Budget : environ 6 millions d'euros

· En National depuis 2023

· Distance avec Le Mans : 649 km

· Nombre de confrontations avec Le Mans : 19 (7V, 6N, 6D)



Le club


Fondé en 1937 sur les cendres du Sporting Club nîmois, le Nîmes Olympique évolue pendant très longtemps parmi les deux premières divisions du championnat français. Dès 1950, le club s'offre un premier titre en remportant la Division 2. En 1958, 1959 et 1960, Nîmes termine à chaque fois deuxième de D1 derrière le Stade de Reims. Deux ans plus tard, le club fait ses premiers pas européens à l'occasion de l'International football cup (ancêtre de la Coupe Intertoto). Hormis une descente en 1967 suivie d'une remontée éclair, les Nîmois ne quittent plus l'élite jusqu'en 1981.


Les années 1980 ne portent pas chance au "NO" qui doit malgré lui s'installer en deuxième division. Malgré deux courtes remontées, le club chute finalement en National en 1995. Il remonte deux ans plus tard, mais est de nouveau relégué en 2002. S'en suit l'une des pages les moins glorieuses du Nîmes Olympique, avec six saisons passées en troisième division avant de retrouver la Ligue 2 en 2008. À l'exception de la saison 2011-2012, les Crocos évoluent au deuxième échelon français jusqu'en 2017-2018. Portés par une attaque de feu (24 buts pour Umut Bozok, 17 pour Rachid Alioui), les Crocos retrouvent la Ligue 1 après une très belle deuxième place !


La suite de l'histoire est moins belle. Après avoir terminé 9e de Ligue 1 pour son retour parmi l'élite, le NO va entamer une chute inexorable dont la responsabilité revient en grande partie au président Rani Assaf. Relégué en Ligue 2 en 2021, Nîmes va ensuite plonger en National deux ans plus tard. Un cataclysme qui s'explique par plusieurs facteurs…



La saison 2022/2023


Alors que Nîmes vient d'achever sa saison 2021-2022 à la 9e place, l'objectif fixé par l'entraîneur Nicolas Usaï et le président Rani Assaf est le même : le maintien en Ligue 2 BKT. Si les cinq premières journées peuvent être qualifiées d'encourageantes, avec notamment deux succès glanés (1-0) contre Rodez et Laval, la suite tourne rapidement au vinaigre. Plongeant dans la zone rouge au soir de la neuvième journée, le NO sort la tête de l'eau quelques semaines plus tard en prenant sept points sur douze possibles, dont une victoire (1-0) contre Bordeaux pour la der' aux Costières. Mais cette série est coupée par l'éviction surprise du coach Nicolas Usaï, alors que Nîmes est seizième.



Sous la houlette de son "remplaçant" Frédéric Bompard, l'équipe nîmoise ne fait pas mieux. Pire, elle s'enfonce définitivement dans la zone rouge dès la 23e journée, malgré une courte embellie fin janvier. Dans un stade des Antonins quasiment déserté par les fans, Nîmes coule en silence. Finissant la saison avec seulement six victoires, les Crocos retrouvent le National quatorze ans après l'avoir quitté. Seul Niort fait pire en terme de points avec 29 unités au compteur (36 pour Nîmes).


Autour du club, tout le monde s'accorde à dire que le principal responsable de cet effondrement reste Rani Assaf, homme d'affaire franco-libanais à la tête du Nîmes Olympique depuis 2016. Entre ses projets immobiliers et sa gestion financière scabreuse, l'avenir sportif du club est devenu bien flou au fur et à mesure des années. Plus tard, certains joueurs n'hésiteront pas à fustiger leur ancien boss à travers des interviews. Recrutement limité, absence quotidienne, clash avec les supporters, les raisons de l'échec nîmois sont nombreuses.



Le mercato


Ça bouge pas mal dans le Gard cet été. Forcément, avec la relégation, pas mal de joueurs ont pu ou du faire leurs valises, à commencer par les deux néo-lavallois Tchokounté et Vargas. D'autres éléments importants sont partis, à l'image de Pablo Pagis, du gardien Axel Maraval (à Rouen) ou encore des buteurs Rafiki Saïd et Moussa Koné.

Mais le NO conserve une force d'attraction pour les nouveaux joueurs. L'équipe de Frédéric Bompard commence à se renforcer intelligemment, notamment avec des guerriers du National comme Jonathan Mexique et Formose Mendy.


La nouvelle recrue Formose Mendy | © NO

Arrivées : Mathis Picouleau (Valenciennes), Jonathan Mexique (Châteauroux), Formose Mendy (Avranches), Paul Wade (Nice B), Namakoro Diallo (Boulogne-sur-Mer), Brahima Doukansy (Aubagne), Orphé Mbina (Chamalières), Gauthier Laurens (Castanet), Axel Thoumin (Mâcon), Dagui Paviot (Pau B)


Départs : Rafiki Saïd (Troyes), Moussa Koné (LASK), Jens Thomasen (Elfsborg), Malik Tchokounté (Laval), Axel Maraval (Rouen), Thibaut Vargas (Laval), Steve Ambri (libre), Joseph Lopy (libre), Mehdi Zerkane (MC Alger), Nicolas Benezet (libre), Guessouma Fofana (libre), Benoît Poulain (libre), Pablo Pagis (Lorient, retour de prêt), Jean N'Guessan (Nice, retour de prêt), Lys Mousset (Bochum, retour de prêt), Nasser Djiga (Bâle, retour de prêt), Scotty Sadzoute (Louvain, retour de prêt)



La pré-saison


Les Crocos ont repris le chemin de la Bastide depuis le lundi 3 juillet, avec 5 rencontres amicales au programme. Premier sparring-partner malheureux de l'Olympique de Marseille, Nîmes a ensuite pu croiser le fer avec un rival de sa nouvelle division (Marignane) avant de s'imposer difficilement faces aux pensionnaires de N3 istriotes.


Le XI face à Marignane | © NO

15 juillet : Marseille (L1) 2-0 Nîmes

22 juillet : Marignane-Gignac (N1) 0-0 Nîmes

25 juillet : Istres (N3) 2-3 Nîmes

buts: Orphé Mbina, Léon Delpech, Mahamadou Doucoure


29 juillet : Alès (N2) - Nîmes, Stade Pierre-Pibarot

04 août : Nîmes - GOAL FC (N1), Stade des Antonins



L'homme à suivre


Même s'il est encore jeune, la recrue offensive nîmoise Axel Thoumin fait partie des joueurs à connaître à l'approche de la reprise du National ! À seulement 21 ans, l'ailier gauche poursuit sa trajectoire fulgurante vers le monde professionnel. Né le 14 décembre 2001 à Mâcon, c'est à Sennecé-lès-Mâcon, au club des HL2S, qu'Axel fait ses débuts dans le foot. Un club qui l'accompagne dans sa progression jusqu'aux U15, lui permettant notamment d'être sélectionné parmi les meilleurs joueurs de Bourgogne.


L'attaquant s'engage ensuite avec l'ASPTT Dijon, où il découvre le niveau National avec les U19. À son passage dans le monde sénior, c'est l'UF Mâconnaise, club d'enfance d'Antoine Griezmann, qui met le grappin sur lui. En trois ans, le jeune ailier participe à une superbe aventure avec le club de sa ville natale, remontant de Régional 1 au National 2 ! Récemment champion de N3, Mâcon peut remercier Axel Thoumin et ses 14 buts. Des performances remarquées aux étages supérieurs.


Alors que le Mâconnais s'attend à recevoir des propositions en National 2, c'est finalement un club de National, relégué en Ligue 2, qui lui propose un contrat professionnel de 3 ans. Et ce n'est pas du club phare de la région, Dijon, que provient l'offre, mais bien du Nîmes Olympique. Le directeur sportif Sébastien Larcier (ancien de… Dijon) a été séduit par le profil du Bourguignon et a rapidement convaincu l'intéressé. La marche peut sembler haute, mais ce transfert s'apparente à un vrai bon coup des Nîmois. Pari gagnant ?




L'effectif (au 28/07)


Gardiens : Lucas Dias, Amjhad Nazih


Défenseurs : Formose Mendy, Patrick Burner, Namakoro Diallo, Maël de Gevigney, Kelyan Guessoum, Ronny Labonne, Formose Mendy, Dagui Paviot, Sanasi Sy


Milieux : Mathis Picouleau, Jonathan Mexique, Léon Delpech, Brahima Doukansy, Gauthier Laurens, Hamza Sbaï, Paul Wade


Attaquants : Mahamadou Doucouré, Orphé Mbina, Wesley Ngakoutou, Axel Thoumin



Le prono


Alors que le mois de juillet touche à sa fin, les interrogations sont encore nombreuses vis-à-vis du Nîmes Olympique. Plusieurs recrues, dont un gardien titulaire, sont attendues pour venir compléter un effectif qui prend forme petit à petit. Neuf joueurs de l'effectif Ligue 2 devraient poursuivre l'aventure sauf mouvement de dernière minute, et quelques bons coups ont été réalisé sur le marché des transferts, comme le dernier en date Mathis Picouleau (ex-Valenciennes) mais aussi Formose Mendy et Jonathan Mexique. Mais les garanties sportives de ce mercato restent cependant très faibles lorsque l'on regarde les autres noms, pour la plupart venus de division inférieures (N2, N3, voir R1). Ainsi, il est difficile d'être optimiste quant à une remontée immédiate des Nîmois, surtout au vu des dysfonctionnements internes qui rongent le club. L'objectif maintien dans ce championnat si compliqué devra être assuré en priorité pour éviter une trajectoire semblable à celle de Nancy, relégué sportivement à l'issue de la saison 2022-2023...

139 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page