Willy BOLIVARD

125px-Logo_Le_Mans_Union_Club_72_1995.svg.png
© Cyril Yvon Archives (1).png

Né le 11 février 1975 au Mans

Taille : 1,80m

Nationalité : Française

Poste : Défenseur Central

Situation sportive : Entraîneur de la JS Coulaines depuis 2017

Carte d'identité

terrain.PNG
Défenseur latéral

Statistiques

cliquez sur l'icône "info" pour avoir le détail

Statistiques toutes compétitions confondues

SON PREMIER MATCH OFFICIEL

J26 de D2 - contre Bastia (0-0) le 15/01/94

800px-Logo_SC_Bastia_1970s.svg.png

SON DERNIER MATCH OFFICIEL

J38 de L2 - contre Amiens (1-1) le 23/05/03

1024px-Logo_Amiens_SC_1998.svg.png

SON PREMIER BUT MARQUÉ

J21 de D2 - contre Alès (1-0) le 26/11/94

Olympique_Alès_écusson_ales_fra-1-.gif

Biographie

Premier joueur formé au MUC 72 à faire carrière dans le milieu professionnel, Willy Bolivard débuta chez les « grands » dans un contexte compliqué, le MUC 72 étant relégable et bon dernier lors de la réception du Sporting Club de Bastia, un soir de janvier 1994 au stade Léon Bollée.

Qu’importe l’enjeu de cette rencontre, le duo Thierry Froger/Bernard Guedet, tout juste promu à la tête de l’équipe fanion, n’hésita pas une seconde à le lancer dans le grand bain à cette occasion, preuve en est que le talent n’atteint pas les années ! 

Gros travailleur et toujours avide de conseil de la part des anciens qui surent l’encadrer à bon escient, Mario Acard, Christian Penaud et Régis Beunardeau notamment, ce défenseur polyvalent fit son petit bonhomme de chemin, saison après saison, démontrant ainsi à chaque exercice, tout le bien que l’on pensait de lui malgré les aléas du milieu.

Bon joueur de tête et intraitable sur le carré vert, son mental à toute épreuve, lui permit de devenir une valeur sûre de ce championnat de Ligue deux ou il évolua dix ans durant, disputant, s’il vous plaît, près de deux cent matchs sous les couleurs du MUC 72 !

Le point d’orgue de sa longue carrière sous les couleurs « sang et or » se terminera en apothéose, avec une montée historique du Mans au plus haut niveau, récompensant ainsi une fidélité sans faille à son club de cœur.

Son parcours

1993-2003: MUC72

Archives

Sans titre (11)
press to zoom
Sans titre (13)
press to zoom
© Cyril Yvon Archives (6)
press to zoom
Sans titre (14)
press to zoom
Sans titre (12)
press to zoom
© Cyril Yvon Archives (1)
press to zoom
1/1
© Archives Cyril Yvon

Le saviez-vous

Dans la famille Bolivard, on connaît Willy, forcément, et l’on découvre doucement, Noah son fiston, joueur en équipe réserve (N3) au Mans FC ! Mais saviez-vous qu’avant d’embrasser une carrière de footballeur professionnel, notre ancien défenseur s’était essayé à une tout autre discipline avec succès jusqu’à l’âge de 8 ans ?

Des rollers aux pieds, « Moquette » (son surnom) a d’abord usé ses patins du côté de l’Île aux Sports juste en bas de son immeuble, avant de bifurquer vers le ballon rond au CS Sablons puis au MUC 72, laissant son frère aîné Mickael, excellé dans ce sport. Ce dernier trustant les titres : champion de France, champion d’Europe, vice-champion du monde sur piste en 1994 et membre de l’équipe de France de roller-skating, s’il vous plaît !

Sa carrière en bref

Homme fidèle, c’est simple, sa carrière professionnelle se résume en un seul club, le MUC 72 ! Difficile de faire mieux dans un milieu propice aux nombreux changements de maillot, signe que la cohabitation entre son club et ses aspirations ont toujours été au beau fixe malgré les aléas du métier.

Du sport études à Sablé au club « sang et or » où il connaîtra les plus belles heures de sa carrière, il rejoindra ensuite Arnage/Pontlieue comme entraîneur-joueur puis successivement La Suze et la réserve du Mans en CFA2 avant de s’épanouir aux JS Coulaines en DH depuis 2017.

Le chiffre... 10

Comme le nombre de saisons consécutives où Willy Bolivard a joué au moins un match officiel avec le MUC 72 ! De 1993/1994

 (1 apparition) à 2002/2003 (19 matchs), il sera toujours intégré dans les rotations défensives des différents coachs, montant même à

33 rencontres disputées en 1998/1999.
Preuve du joueur emblématique qu’il est, seuls Régis Beunardeau (14 saisons) et Christian Penaud (11) le devancent dans ce classement des « historiques » manceaux.