Zone Mixte - Cap sur Concarneau grâce à Denis !

À l’affiche sur Canal + ce lundi, la rencontre US Concarneau - Le Mans FC s’annonce tout aussi alléchante que décisive. Les Bretons sont seuls leaders du championnat avec 46 points alors que les Sarthois pointent à la huitième place. 10 points séparent donc les deux protagonistes de ce match mais les esprits manceaux sont ailleurs : aborder match après match pour approcher le podium … qui se trouve à six longueurs avant cette 24ème journée de championnat. À l’aube des 10 derniers virages, c’est un vrai combat d’endurance qui s’annonce dans le groupe des poursuivants composé de Bourg-en-Bresse, Annecy, Sedan, Châteauroux, Villefranche, le Mans et Orléans.



Avant ce choc, La Tribune Mancelle est partie à la pêche aux informations du côté de Concarneau et c’est Denis Vergos qui est notre interlocuteur ! Suivi par plus de 2000 personnes sur Twitter, Denis se révèle être une référence du côté du Finistère, découvrons-le ensemble et lisons ces réponses !


Denis, peux-tu te présenter et nous raconter ton histoire avec l’US Concarneau ?


“J'ai 64 ans depuis lundi dernier. J'ai longtemps joué au foot, gardien de but, à un niveau régional. Après avoir été journaliste, je suis retourné à mon premier métier, CPE, tout en restant correspondant de presse, 45 ans d'ancienneté ! J'assure le suivi de l'US Concarneau pour "Le Télégramme" depuis 22 ans. Au début, le club venait de remonter de DH à CFA 2. Depuis, ce n'est que du bonheur et ce n'est pas fini.”


L’envahissement du centre d’entraînement, juste avant le début de championnat, avait sans doute bouleversé le club. Comment avait-il géré cette déconvenue et toi, comment l’as-tu vécu ?


“L'envahissement des terrains d'entraînement du complexe de Kerhun, cet été, par plus d'une centaine de caravanes a surtout impacté les équipes de jeunes et les seniors autres que le groupe National qui a pu assez facilement trouver des terrains d'accueil, notamment grâce à la solidarité des clubs environnants et des communes voisines. Mais c'était quand même très choquant car en raison de la remise en état des terrains il a fallu attendre novembre pour retrouver des conditions normales d'entraînement... Juste avant que la pluie n'arrive et ne vienne encore perturber la situation car il n'y a pas encore de synthétique à Concarneau.”


Julio Donisa est le seul manceau à avoir porté les couleurs des deux équipes © Mickaël Bruneau Photographie

Depuis son accession en National en 2016, Concarneau se positionnait dans le ventre mou du championnat. Qu’est-ce qui a changé ces deux dernières saisons pour que les pensionnaires du stade Guy Piriou prétendent à jouer la montée en Ligue 2 ?


“Pour moi le grand changement c'est l'arrivée de Stéphane Le Mignan au poste d'entraîneur. Il connaît très bien le National (niveau, joueurs, adversaires, confrères, styles de jeu, etc) et gère son tout petit effectif, en quantité, de main de maître. Il est bon avant, pendant et après les matchs. Et le fait que, pour des raisons budgétaires, l'effectif soit si réduit, ça tourne avec 18 joueurs, donne une plus-value: les joueurs se sentent tous concernés et font preuve d'une grande solidarité en se serrant les coudes et en jouant beaucoup les uns pour les autres.”


Que penses-tu de la programmation Canal + un lundi soir à 18:45 ?


“Pour la programmation à 18h45, je suis partagé, pour la presse, c'est plus confortable, on a du temps après le match pour récupérer des réactions des coachs et des joueurs pour mettre du "son" dans nos papiers, mais pour le public c'est bien sûr trop tôt. Et en plus le lundi c'est vraiment moche pour tout le monde! Comme l'affichent les supporters du Red-Star "Le foot c'est le week-end"! Mais les télés commandent…”


V. Viot, L. Baal, M. Etuin et G. Gope-Fenepej, comment se portent les anciens joueurs du Mans en terre bretonne ?


Vincent Viot est excellent alors qu'il avait une succession très délicate à assurer puisqu'il a remplacé Enzo Basilio dont les brillantes prestations lui ont permis d'intégrer le monde professionnel à Guingamp. En retrouvant ses racines bretonnes Maxime Etuin a également retrouvé un niveau de Ligue 2 en jouant très très souvent en position de latéral gauche très offensif dès que son équipe a la possession. Georges Gope-Fenepej est trop souvent blessé pour pouvoir être jugé et Ludovic Baal vient d'arriver et n'a encore joué que deux bouts de match.”


Deux ex-manceaux figurent sur cette photo, saurez-vous les retrouver ? © Mickaël Bruneau Photographie

La perte, sur blessure, d’Antoine Rabillard constitue-t-elle un gros manque pour l’effectif concarnois ?


“Oui c'est une lourde perte car il totalisait trois buts et quatre passes décisives et son absence oblige l'équipe à jouer différemment au moins au niveau offensif. Il s'entendait très bien avec Fahd El Khoumisti et leur complicité montait en régime. Et puis, compte tenu encore une fois de l'effectif limité de Concarneau, c'est un joueur de moins.”


Fahd El Khoumisti est le meilleur buteur du championnat, en concurrence avec T. Robinet, G. Durbant et P. Meïssa Ba notamment. Est-il nécessaire, selon toi, qu’une équipe qui veut monter possède un sérial buteur dans son effectif ?


“Fahd El Khoumisti est le Monsieur + de cette équipe. Oui il faut un buteur de sa trempe pour pouvoir prétendre jouer les premiers rôles. Il bonifie et concrétise au tableau d'affichage les qualités de son équipe.”


Seuls Cholet, Avranches et Orléans ont su s’imposer face à l’équipe de Stéphane Le Mignan. Quelle a été la recette “miracle” de ces trois écuries ?


“Je crois que sur ces trois matchs, Concarneau en a surtout raté un: à Cholet (4-2). Sinon, contre Avranches (match aller: 1-3), l'équipe domine mais se fait prendre deux fois en contres en toute fin de match, et face à Orléans (0-1), les Thoniers sont surtout tombés sur un gardien en état de grâce, Franck L'Hostis. Donc pas de recette "miracle".


Loïc Damour, sortant suite à son expulsion, ne pourra pas jouer le choc contre Concarneau © Mickaël Bruneau Photographie

Quels sont les principes de jeu de Stéphane Le Mignan et qui sont ses cadres sur le terrain ?


“Stéphane Le Mignan ne veut pas une équipe qui subit, il veut qu'elle impose son jeu et se montre fin stratège pour tenter de surprendre l'adversaire par des positionnements de certains joueurs qui dézonent beaucoup. Je ne peux/veux pas en dire plus pour des raisons évidentes. Les cadres? Un par ligne: Viot, Jannez, Boubaya, El Khoumisti.”


Pourrais-tu nous donner un pronostic pour cette rencontre ?


3-2 pour Concarneau à l'issue d'un match de folie.”



74 vues0 commentaire