TDF - US Orléans

Compagnon de route bien connue maintenant de notre club favori, l’US Orléans n’a d’autre choix, maintenant, que d’accrocher rapidement le bon wagon pour retrouver un niveau plus conforme à ses ambitions, c’est-à-dire la Ligue 2 BKT ! Mais pour cela, il faudra rapidement se montrer et être constant dans ses résultats, sous peine de nouvelles désillusions.



Un mot sur le coach…


Un an et puis s’en va. L’aventure pourtant alléchante sur le papier entre le club du Loiret et Claude Robin la saison passée, avait tout du bon coup pour les coéquipiers de Franck Lhostis afin de retrouver les sommets. On connaît ce qu’il en a été…


Pour redonner un nouvel élan aux résidents du stade de la source, Xavier Collin, jeune coach habitué à ce niveau et habile bâtisseur, a été choisie par le président Boutron avec un objectif bien connue ! Ne pas végéter à ce niveau plus longtemps…


Ancien joueur professionnel, ce technicien reconnu de 46 ans arrive des Vosges et du club d’Epinal où il vient de passer cinq saisons d’affilée, avec notamment un quart de finale de coupe de France disputé la saison dernière.


Très courtisé à l’intersaison, l’ancien défenseur passé par Epinal, Amiens, Gueugnon en Ligue deux ainsi que l’AC Ajaccio où il connut l’élite et enfin Montpellier a paraphé un contrat de deux saisons, seulement quelques semaines après avoir validé son diplôme du BEPF.


Quelques chiffres !


31 comme les années qui séparent la première rencontre entre le MUC 72 et l’US Orléans, datant de la saison 1990/1991 ! Le Mans était entrainé par un certain Christian Letard, Orléans par Jean-Pierre Destrumelle et pour la petite histoire, c’est par un match nul, un partout, que ce petit monde s’était séparé au stade Léon Bollée sur une réalisation de Christophe bentoumi coté « sang et or » (1-1) !


Quelques manceaux et orléanais


Pour les habitués du stade Bollée, deux joueurs emblématiques de l’USO ont porté fièrement les deux tuniques avec plus ou moins de succès.


Notre ancien attaquant de poche Emmanuel Lerat et son compère Stéphane Béasse, un habile milieu de terrain fin technicien, ont en effet tous deux porté les couleurs du MUC 72 au début des années 90. Si des blessures auront gâché quelque peu leurs séjours sur les bords de la Sarthe, ils auront marqué leur passage sous nos belles couleurs « Sang et Or » !


Plus récemment, Anthony Le Tallec a évolué du côté de l’USO (janvier 2018 à mai 2019) pour un bilan mi-figue, mi-raisin, avec un total de 39 matches et 8 buts au compteur de l'ancien joueur de Liverpool…


Aujourd’hui, Bendjaloud Youssouf, arrivé libre après une saison très convaincante l’année dernière, perpétue cette tradition des joueurs naviguant entre ces deux clubs, distants de 192 kilomètres.



La raison d’y croire


Reparti d’une page blanche avec un nouvel homme fort à sa tête, Orléans reste cependant un prétendant sérieux à l’accession et son effectif paraît assez armé aussi bien qualitativement que numériquement, pour bien figurer dans ce championnat de national.


Après un début de préparation poussif, les choses semblent se mettre en place tout doucement et la récente victoire acquise avec la manière face à l’AJ Auxerre montre que le groupe en place monte en puissance.


La raison de douter


Quelle est la vraie place de l’US Orléans aujourd’hui parmi les 18 équipes présentes sur la ligne de départ de ce marathon ? Difficile de le savoir tellement la concurrence sera féroce entre des prétendants affichés comme la Berrichonne de Châteauroux, Cholet, Le Mans et d’autres formations ambitieuses, qui ne mettront pas de temps à montrer le bout de leur nez…


Un peu à l’image du Mans FC, Orléans a tout pour réussir mais reste malgré tout sur deux échecs d’affilée sportivement parlant, avec une première relégation de L2 en national et une sixième place l’an dernier après avoir eu toutes les cartes en main pour figurer sur le podium.


Le prono de la rédac’


Favori ou très sérieux outsider ? C'est pour la deuxième solution que penchent les avis au sein de la Tribune Mancelle. L'US Orléans jouera, sans doute, cette année une place dans le haut du classement. Cependant, le doute subsiste vis-à-vis de la future copie rendue par la guêpe du Loiret, ceci expliquant donc le statut de sérieux outsider.

100 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout