Le match de Krasso contre Laval

Défaits 2 buts à 1 face au Stade Lavallois, les joueurs du Mans FC n'ont pas réalisé l'une de leurs meilleures performances. Une des rares satisfactions des supporters manceaux depuis son arrivée, Jean-Philippe Krasso est un joueur polyvalent, évoluant sur tous les fronts de l’attaque. Il était aligné seul en pointe durant le derby du Maine. Voyons comment il s’en est sorti...


LES ÉQUIPES

(Petit rappel des compositions des équipes : d'une part le système proposé par Olivier Frapolli, d'autre part celui proposé par Didier Ollé-Nicolle)


Contrairement à ce qui est indiqué, il jouera dans l’axe. Certes il va lui arriver de permuter et de jouer sur le côté, mais ce ne sera que ponctuellement, JPK aura donc les deux centraux lavallois pour adversaires directs.


EN BREF

Soyons clair tout de suite : ce n’est pas son meilleur match.

Il n’aura pas pesé directement comme on peut l’attendre d’un attaquant. Il ne disposera que d'une unique occasion à la 68e, profitant d’un mauvais placement de la défense pour recevoir le ballon seul, il dribblera un défenseur et tentera une frappe déviée par le portier lavallois.

(Bon placement car il est absolument seul sur le service de Bernauer)

(Il va se retrouver face à un défenseur adverse dans son dos et

s'orienter vers l'intérieur pour se libérer un angle de frappe)

(Pas beaucoup de choix pour frapper, l'angle étant réduit. Il tirera sur le gardien ce qui amènera le corner et le but de Brahimi)


Néanmoins il aura quand même réussi de bonnes choses dans un registre différent du pur renard des surfaces.


OFFENSIVEMENT

Appels vers le ballon

Sur ce match Krasso n’est pas un pur 9 terminant les actions. Il est plutôt utilisé en 9 et demi. C’est un joueur qui aime redescendre pour participer au jeu. Au début des phases de possession, il est placé entre les deux défenseurs afin de les fixer et de les empêcher d’intervenir dans l’espace devant eux. Cela peut, par exemple, laisser plus de temps au porteur de balle au milieu pour prendre sa décision et avancer.

(Le placement de Krasso)


Si l’espace entre lui et le milieu est important, il va souvent s’avancer vers le ballon. Cela peut avoir deux effets : 1) proposer une solution de passe en soutien ; 2) créer de l’espace derrière en attirant son défenseur à lui et permettre à un coéquipier de faire un appel.

(Il ne sera pas servi mais voici un exemple où il redescend demander le ballon)


Il se démarque également lors des phases de déséquilibre :

(Deuxième exemple où il prend l’espace libre pour se démarquer et se rendre disponible)

(Il peut, désormais, recevoir le ballon en profitant d'un temps d'avance)


Appels en profondeur

Un autre type d’appel qu’il utilise : celui en profondeur. Néanmoins, JPK n’en fera que très peu, qui ne seront pas très utiles.

Par exemple, ici où il prendra la profondeur vers l’extérieur, malheureusement côté densité adverse. Cela est dû au fait que, dès le départ, il ne prend pas l’information. Pourtant, il y a un gros espace libre vers l’intérieur du terrain. Avant la prise de balle de Donisa, il est dos au but adverse et ne voit pas le placement des défenseurs : il se tourne donc vers l’extérieur, sans savoir que ce n’est pas le bon choix.

Éventuellement, cela pourrait s’avérer utile afin d’attirer ses défenseurs vers l’extérieur pour qu’un partenaire prenne l’axe mais là, JPK est absolument seul devant et ne fait que s’isoler. Finalement il ne sera pas servi.


Pivot

Krasso a aussi un rôle de pivot. Il est cherché en priorité sur les attaques placées avec les longs ballons de la relance. Profitant de sa taille, les joueurs manceaux vont vouloir jouer sur sa tête et profiter de son jeu dos au but pour faire remonter le bloc ou bien créer des déviations. Quand cela fonctionne c’est intéressant avec Etuin et Hafidi qui se projettent beaucoup. Ce genre d’actions va amener, d’ailleurs, une des premières occasions mancelles avec une remise de Krasso pour Hafidi suivie d’une frappe au-dessus (21e).

(Krasso est cherché par Lemonnier qui gagne son duel. Hafidi reste à bonne distance afin d’être à la réception de la remise. Il accélère pour se libérer un angle de tir mais sa frappe passe nettement au-dessus)


Certes, avec ballon dos au but, il est difficile de lui prendre le ballon, mais malheureusement il y aura beaucoup de déchets dans son jeu :

- Des remises interceptées ou carrément loupées ;

- Des duels de la tête perdus où l’on note clairement un manque d’agressivité, d’envie.


Percussion

Il sait aussi percuter et jouer de son corps pour garder le ballon quand il accélère. Un exemple à la 75e qui est intéressant car tout se joue au début de l’action : sa position de profil lui permet d’avoir une vision d’ensemble et de gagner du temps lors de la prise de balle. Avec une position dos au but cela le ralentirait. Son orientation est donc rapide, ce qui lui permet de garder le ballon malgré le retour d’un lavallois.


Mais il ne fait pas toujours le bon choix. Ci-dessous, on voit qu’il a de l’avance sur ses poursuivant mais à cause d’une prise d’information inexistante, il ne voit pas Etuin seul à gauche et perd le ballon en s’encastrant dans l’axe mayennais. De par l’orientation de son corps, il ne peut pas la mettre côté droit et le dribble est compliqué en 1 contre 2 ; le choix d’Etuin était donc le seul possible.


DÉFENSIVEMENT

En bloc

Il est clair que Krasso et toute l’équipe avaient comme consigne de ne pas presser la relance lavalloise, et quand il tente un minimum il est seul à le faire et est donc inutile. Étant seul en pointe, on aurait pu lui imaginer un rôle comme Gope-Fenepej contre Concarneau : ne pas forcément presser mais au moins orienter le porteur sur le côté ou s’interposer entre les centraux pour couper leur relation de passe. Il n’en a rien été. Certes les lavallois seront orientés vers les côtés mais à cause de la densité axiale mancelle et non d’une quelconque course de Krasso.

(Le bloc manceau avec Krasso seul devant)


Cette passivité sera fatale aux manceaux sur l’action du pénalty. De par sa position et celle des milieux manceaux, la zone de construction lavalloise passe par les côtés. Le central droit Cros ne se fera pas prier : le premier adversaire est à une dizaine de mètres, il a donc tout le temps de faire une belle ouverture dans la surface mancelle et qui entrainera la faute de Tomi. Le joueur Tango aura plusieurs occasions de la sorte pendant le match car toujours laissé seul avec le ballon…


COUPS DE PIED ARRÊTÉS

Hormis le but, les manceaux n’ont pas été dangereux sur phases arrêtées. Toutefois, on peut voir comment a été utilisé Krasso.


Défensivement

Sur corner défensif, il va se placer en zone dans les 5m50 côté ballon. Ce sera le premier rempart en cas de balle au premier poteau. Aucun ballon ne lui parviendra car toujours frappé au-dessus de lui.


Offensivement

Sur corner ou coup-franc offensif, il va se placer un peu comme pour les CPA défensifs à savoir entre les 5m50 et le point de pénalty. Il va faire son appel au premier poteau afin de potentiellement dévier le centre ou attirer avec lui son défenseur.


CONCLUSION

Le joueur prêté par Saint-Étienne n’aura pas assez pesé sur la rencontre. Une mauvaise justesse technique couplée d’un manque d’agressivité lui feront perdre beaucoup de ballons. Il n’en reste pas moins un joueur doté de plusieurs qualités différentes : pivot, créateur d’espace et même meneur de jeu dans le dernier tiers, il peut donc s’avérer utile et complémentaire à ses partenaires. S’il aspire à jouer en Ligue 1 à son retour de prêt, il lui faudra néanmoins travailler ses points faibles. Il serait quand même intéressant de le voir jouer dans un autre système, peut-être à côté d’un autre attaquant afin de lui donner une solution de plus devant lui.

145 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout