Stéphane Véron, dernier verrou de l’US Créteil !


Après une première partie de saison très intéressante, pendant laquelle les béliers se sont hissés à la 4ème place du championnat, l’US Créteil semble accuser un sérieux coup de moins bien. Depuis le 4 décembre et un match nul 0-0 à Sète, les cristoliens ont toujours encaissé au moins un but. Il tarde vraiment à l'USCL de réaliser un nouveau clean-sheet. Si Bendjaloud Youssouf avait égalisé en fin de match, au Stade Dominique Duvauchelle, c’est dans un autre état d’esprit que les manceaux devront aborder cette rencontre, espérons qu’ils ne butent pas sur le portier cristolien.


Partons à sa découverte !


Stéphane Véron, originaire de Sens, est né en Janvier 1986. C’est à ses 4 ans qu’il découvre le football au sein du club de Saint-Clément puis celui de Sens. Le football prend davantage de sens (sans mauvais jeu de mot) lorsqu’il rejoint le centre de formation de l’AJ Auxerre. Lors de la saison 2004-2005, Véron, 18 ans, intègre l’équipe réserve auxerroise. Le portier progresse mais ne parvient pas à obtenir une place de titulaire, à vrai dire la concurrence était de mise lorsqu’il y évoluait (Olivier Sorin, Rémy Riou et Denis Petric entre autres). Il s’en va découvrir le Paris-Saint-Germain, pour la saison 2008-2009, où il prend part à 28 matchs de N2, il était alors sous la houlette de Mickaël Landreau. Sa saison est intéressante mais, à 23 ans, il se retrouve sans challenge après des essais à Orléans et à l’étranger (Chypre, Angleterre, Roumanie, Allemagne) où il n’avait pas trouvé la convivialité désirée.


(Stéphane Véron sous les couleurs auxerroises

© Anciens Centre AJA)


Un an sans jouer, l’originaire de l’Yonne reçoit une offre de Belfort, tout juste promu en N2. Au sein d’un club familial, Véron joue plus de 200 matchs en 7 saisons, accédant même au National en 2015. Dans l’effectif se trouvait notamment Loïc Baal, formé au Mans, aujourd’hui partenaire de Véron à l’US Créteil. L’aventure prend fin en 2017, après 7 années, sous les ordres de Maurice Goldman, et une 18ème place de N1 synonyme de relégation en N2. Une courte aventure le conduit au FC Fleury en 2017 mais ça ne dure qu’un temps, titulaire indiscutable en N2, le coach floriacumois ne souhaite pas le conserver.