Rencontre avec US Créteil 1936

A l'occasion de la rencontre de mardi entre Le Mans FC et l'US Créteil, la Tribune Mancelle a eu le plaisir d'échanger ses impressions avec son homologue cristolien, US Créteil 1936, sur les deux clubs, leur histoire et la saison actuelle.


Pouvez-vous nous présenter US Créteil 1936 ?

US Créteil 1936 est un média supporter, fait par des supporters pour les supporters. Il est né quand Créteil était en Ligue 2 en 2015, suite au constat que la communication du club ne faisait pas son travail, dans le but d'informer sur l'actualité de l'équipe, et avec l'ambition de faire la lumière sur notre club trop souvent délaissé par les médias, même locaux.



Pouvez-vous nous présenter rapidement l'US Créteil ?

Pendant près de 20 ans, l’US Créteil a été le deuxième club de la région parisienne, juste

derrière le Paris-SG, même si ces dernières années, il a été relégué à la 4ème place... L'USC a été créé en 1936 et a connu ses premières heures de gloire dans les années 1960 quand il a fait deux saisons dans l'élite amateur. Un excellent niveau quand on sait qu'à cette époque, il n'y avait pas de montée/descente entre amateur et professionnel. Mais l'histoire moderne du club débute réellement en 1985/86 sous l’impulsion de Laurent Cathala, notre maire depuis 1977, qui décide d'aider le club.

Alors en DH, les Béliers connaissent 3 montées consécutives et rejoignent la Division 2 en 1988. Dès lors, Créteil navigue entre Ligue 2 et National sans jamais réussir à approcher de près la Ligue 1.

Au niveau de l'histoire récente du club il faut parler de l'arrivée en 2002 du président Lopes qui a imposé la particule Lusitanos (toujours combattue par la majorité des supporters), le titre de National en 2013 amené par des joueurs tels que Cheikh Ndoye et Jean-Michel Lesage et enfin, le titre de National 2, suite à la descente de 2018 qui récompense la refonte complète de l'effectif et du staff, à l’image que la Direction souhaite donner au club.


Que pensez-vous de la saison de Créteil pour le moment ?

Le football est un sport d'émotion, et cette saison n'en manque pas, c'est clair ! L'équipe nous aura fait passer à la fois par l'espoir de la montée, à la crainte réelle de la relégation. En fait, Créteil a fait une très bonne première partie de saison, mais le départ de Secretário a complètement enrayé la machine. Malheureusement, sans reprise en main immédiate, tout le travail effectué par l’équipe et le staff pour faire progresser le club ces trois dernières années pourrait être réduit à néant.


Comment voyez-vous la fin de saison de Créteil ?

La situation est alarmante. On est aujourd'hui dans la zone de relégation, ce qui aurait semblé invraisemblable début janvier. J'ai peur que le club continue de descendre au classement, et qu’il ne termine la saison qu'à la 15ème ou la 16ème place, ne se maintenant que grâce à des décisions administratives. Il faudrait un changement radical que je ne vois pas arriver, mais je prie pour que Da Costa me donne tort.


Comment analysez-vous le (court) passage de Richard Déziré sur le banc de Créteil ? Pourquoi ce départ précipité selon vous ?

Le problème de Richard est d'être arrivé seul. Il était attendu au tournant car il ne venait pas pour remplacer un coach qui avait échoué et dont les méthodes étaient à changer, mais un coach dont le départ n’était pas lié au sportif. Le staff de Secretário, en place depuis plusieurs années, a probablement veillé à ce qu’il reste dans les traces du prédécesseur et était soutenu par la Direction. C’est pourquoi il était impossible pour lui de mettre en place ce qu'il souhaitait.

Cet isolement s'est vu très vite sur le terrain. A Cholet, par exemple, il a passé le match en dehors de sa zone technique, accoudé sur la main courante, comme un étranger au sein de sa propre équipe. Je crois que malheureusement, c'était voué dès le départ à l'échec dans ces conditions, même s'il a démarré par un succès à Laval, ce qui n’a pas dû passer inaperçu auprès des supporters manceaux...



Que pensez-vous de l'arrivée de Da Costa sur votre banc ? Est-ce un choix approuvé par les supporters du club ?

Emmanuel Da Costa a montré qu'il savait gagner en National, mais il reste sur un échec à

Lyon et ces derniers temps n’ont pas été très fastes pour lui. Je suis donc sceptique, mais je suis aussi prêt à lui laisser sa chance. Le gros problème de sa nomination, c'est qu'elle semble s'être jouée sur des critères non sportifs liés à l'identité que la Direction souhaite imposer au club. Ça a le don d'agacer les supporters qui préféraient qu'elle se recentre sur le local et sur les performances. Karim Mokeddem aurait été un choix beaucoup plus apprécié je pense.


Quels Béliers les Manceaux devront-ils particulièrement surveiller selon vous?

Il y en a plusieurs ! Dans le champ, s'ils sont aptes et jouent à leur niveau, le principal danger devrait venir d'Abdelmalek Mokdad. Notre ailier algérien est un vrai feu follet capable de dribbler plusieurs joueurs avant de donner une passe décisive. Fabio Pereira sera aussi un danger pour Le Mans. Pas tant en attaque mais à la récupération et à la relance. Il est un très bon meneur qui se place entre la défense et le milieu de terrain, capable d'interceptions importantes, mais aussi d'accélérer ou ralentir le jeu quand il le faut. Enfin, s’ils veulent gagner, ils devront passer Stéphane Véron. Notre gardien est peut-être le meilleur du championnat et il nous aura rapporté pas mal de points !


Pouvez-vous nous donnez votre avis sur nos deux anciens Manceaux de l'effectif Jason Buaillon et Loïc Baal, aussi bien l'apport sur le terrain que dans le groupe ?

Jason est le capitaine emblématique de l'équipe depuis plusieurs années. L’un des rares

joueurs à être resté après la purge de 2018. Il a montré son attachement au club et est l'un des piliers de l'équipe, sur le terrain comme dans les vestiaires. Il a été repositionné il y a 2 saisons au milieu du terrain, en numéro 10, avec beaucoup de succès. Mais en cette année 2021, l'accumulation de blessures en défense et l'émergence d'autres joueurs à son poste ont conduit le staff à le remettre derrière, dans son couloir droit. A l'image de toute l'équipe, il est en difficulté depuis plusieurs matchs.

Loïc est un peu plus en retrait. C'était aussi l'un des artisans de la remontée en National, mais depuis, il peine à élever son niveau de jeu.



Kamel Chergui était pressenti au Mans l’été dernier, pensez-vous que notre club a bien fait de ne pas se positionner définitivement sur lui ?

Kamel était l'une des très bonnes surprises du National 19/20, et je pense que Créteil a fait une excellente affaire sur le moment. Malheureusement, Carlos Secretário a toujours eu du mal à intégrer des nouveaux joueurs à l'équipe, et je ne suis même pas certain qu'il ait eu son mot à dire sur ce transfert. Il semblait que le profil de Kamel ne correspondait pas au 4-3-3 du coach, c'est plutôt un 9 et demi ou un 10 derrière l'attaquant. On a d'ailleurs essayé de le balader à plusieurs endroits sur le terrain, sans réelle réussite. Dans ces conditions, il semble qu'il soit jusqu’à présent un flop, mais l'arrivée d'un nouveau coach rebat toujours les cartes, et il a su montrer à Richard Déziré qu'il pouvait intégrer l'équipe. Personnellement, je crois en ce joueur et ce sera à lui de montrer à Da Costa qu'il peut apporter ce petit plus qu'il nous manque à chaque match.


Créteil a quitté la Ligue 2 il y a déjà 5 ans, est-ce que vous craignez que le club ne retrouve jamais ou dans très longtemps le monde professionnel ? Pensez-vous que la place du club soit en National objectivement ?

Malheureusement, les résultats ne mentent pas. On peut penser que la descente en National 2 était un accident au vu des infrastructures et de l'histoire du club, mais force est de constater que malgré les annonces des dirigeants, la place de Créteil est, pour le moment, bien en National.

On espère tous que le club va progresser, mais une montée ne se joue pas que sur le terrain : c'est tout un club qui doit participer. Les joueurs ont un rôle direct, bien évidemment, mais aussi les administratifs et les formateurs. Et là, j'ai peur que sans une prise de conscience profonde du travail à faire et des compétences à atteindre pour atteindre le niveau de la Ligue 2, elle ne reste encore longtemps qu'un doux rêve. Il faudrait prendre exemple sur des clubs comme Chambly, Orléans ou Dijon qui ont su franchir les étapes unes à unes, se remettre en question en permanence, et ont appris de leurs erreurs pour progresser.


Quelle image avez-vous du Mans FC depuis Créteil ?

Pour ma part, j'ai surtout le souvenir du MUC72. Mais force est de constater que Le Mans FC est un bon club dans une région où il y a une forte concurrence ! Angers, Laval et Tours il n’y a pas si longtemps. Pas facile de jouer des coudes pour se faire une place au très haut niveau… Je vois aussi dans Le Mans un club comme Grenoble ou Sedan avec un passé assez glorieux et qui cherche à retrouver le niveau qui était le sien. Va-t-il retrouver le haut niveau comme Bastia et Strasbourg ? Végéter comme Grenoble et Sedan ? Ou s'écrouler comme Valence et Gueugnon ? Je pense que cela sera intéressant à suivre dans les années à venir.


Un grand merci à l'équipe de US Créteil 1936 pour avoir pris le temps de nous répondre. Vous pouvez les retrouvez sur leur site internet uscreteil1936.fr, mais aussi sur Twitter (@uscreteil1936), et Facebook (@uscreteil1936fr).


Vous pouvez également retrouvez ici l'interview que nous avons accordé à USC1936 dans le cadre de cet échange.


Cet article a été initialement publié le 11 avril 2021.


114 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout