Ray et Gomez en conférence de presse

Si vous n'avez pas eu l'occasion de voir la conférence de presse donnée par le président Thierry Gomez et le nouvel entraineur Réginald Ray, on a retranscrit pour vous ce qu'il s'y est dit.



Réginald Ray : « Je veux vous dire mon bonheur de revenir pour la deuxième fois. Mon premier passage comme joueur remonte au siècle dernier. Je veux vous dire ma fierté d’être de nouveau l’entraineur. Je veux remercier le club et le président de me témoigner de nouveau de leur confiance. Ce n’est jamais simple quand on arrive en cours de saison. C’est que les résultats ne sont pas ceux qu’on attendait. Quelle que soit la situation, j’arrive plein de détermination et d’énergie, pour contribuer à faire que l’équipe soit la plus haute possible dans un mois, dans quatre mois, dans sept mois… »


Revenir après l’épisode 2020


Réginald Ray : « Sans revenir sur le passé, l’objectif est de regarder devant. On avait une discussion à l’époque avec le président. On n’était pas tombé d’accord pour continuer ensemble. On était dans une période particulière, inédite dans l’histoire du foot. C’est tombé sur moi. C’était une période difficile à vivre pour tout le monde : le club, le président, moi-même… On a eu l’éventualité de continuer à collaborer suite à cette période Covid… on ne s’est pas entendu comme ça peut arriver souvent. Le plus important c’est qu’on se soit retrouvé, ce qui paraissait inenvisageable même il y a 5 jours, des deux côtés. Comme deux ex, on s’est fait un peu de pied, et on est là aujourd’hui devant vous."


Quelque part, si on retrace l’histoire, même si j’aime bien regarder devant, c’est qu’il y avait un petit gout d’inachevé et que l’histoire n’était pas terminée. C’est bien de pouvoir se retrouver maintenant et de pouvoir bosser sur la durée. La dernière fois cela avait été un peu court, même si on avait collaboré pendant trois mois à distance, en espérant que le club puisse se maintenir. Mais on ne va pas refaire l’histoire. L’important est ce qui vient. »


L’état d’esprit du nouveau coach


Réginald Ray : « Extrêmement motivé. J’ai eu une période sans entrainer, ce qui décuple ma motivation, mon envie de retrouver mon terrain de jeu, ce qui fait l’essence de notre métier. Le Mans est en National mais c’est Le Mans. Ce n’est pas des structures, un stade, un centre d’entrainement qui font la réussite d’un club, mais ça y contribue. Le club a une histoire, récente et ancienne, même sous un autre nom. Il y a des ambitions à court terme, à moyen terme. C’est ce qui m’a motivé. C’est un club dont je connais les codes. Je connais pas mal de monde, j’y suis identifié. Cela permet de gagner du temps en cours de saison. Après, on procédera par étapes en ce qui concerne l’équipe et les résultats. Je viens pour amener le club le plus haut possible.»


Deux ans sans entrainer…


Réginald Ray : « Je n’ai pas besoin de me dérouiller. Je suis allé voir des choses à droite, à gauche. J’ai consulté. Moi-même je me suis amélioré sur certains aspects. Ce sont des périodes difficiles mais qui sont fondatrices par rapport à ce qu’on est humainement. Cela permet de prendre du recul et de voir ce qui se fait ailleurs, l’évolution des uns et des autres. J’ai eu des sollicitations, mais c’est toujours une histoire de choix, de ma part ou des clubs dans lesquels je voulais m’associer et qui ont choisi d’autres entraineurs. Je suis toujours resté proche du terrain, de la L1, la L2 et le National. Je pense qu’il va falloir que je me freine un peu car j’ai beaucoup d’énergie.»


Les méthodes quand on reprend un club en cours de saison


Réginald Ray : " Si on fait le parallèle avec la première fois, la situation n’est pas la même. Il restait 11 matchs en 2020. Là, il y a eu 12 matchs. Ce n’est pas la même configuration. Il y avait une forme d’urgence la première fois. Le travail à faire là c’est de faire un constat sur le contenu des matchs, pourquoi ces résultats. De m’appuyer sur le staff et sa connaissance du groupe, des joueurs individuellement. Très rapidement, emmagasiner un maximum de connaissances et d’informations sur les hommes, les comportements. Rapidement, même si le fait d’être éliminé de la Coupe laisse du temps, c’est de faire savoir ce que j’attends de chacun, dans le staff et chez les joueurs. De refixer des objectifs individuels et collectifs. De remettre certains sur pieds, car une saison n'est jamais linéaire. De permettre à certains de reprendre le train et le remettre en marche. Beaucoup de changements formels et informels, et puis beaucoup de choses vont se passer sur le terrain par rapport à ce que moi j’attends, qui peut différer de ce que disait l’ancien entraineur. Je vais voir si c’est en concordance avec le potentiel de l’effectif. Il faut que rapidement on apprenne à se connaitre. Cela prendra un peu de temps, et pendant ce temps-là il faudra gagner des matchs, le but ultime.»


Son regard sur l’effectif et le début de saison


Réginald Ray : « C’est difficile d’analyser car il y a un travail fait par l’entraineur d’avant, et je le respecte. On fait des constats et mon rôle est de voir qui aurait pu mieux aller. Dans les résultats, ça manquait de constance, c’est pour ça que l’équipe est à cette place. Vous avez suivi les matchs, vous savez lire les chiffres… Il faut mieux défendre collectivement, dégager plus de force… Cela va être un travail quotidien, de longue haleine, en espérant que les joueurs s’approprient ce que je leur demanderais assez rapidement.»


Le staff en place


Réginald Ray: « J’ai de bons échos sur le staff en place. Il y a deux personnes qui étaient là il y a deux ans et demi : Yohann Feurprier, qui a vécu d’autres aventures entre-temps, et Kevin De Blasiis. Il faut vite apprendre à se connaitre pour être efficace par rapport à ce que je vais demander. »


Le premier match à Châteauroux


Réginald Ray: « Sur le début de saison, il y a eu des matchs à l’extérieur avec des résultats un peu plus difficiles qu’à la maison. C’est bien de prendre beaucoup de points à la maison, mais c’est bien d’en prendre à l’extérieur. On va travailler pour continuer à gagner à domicile, et être plus performant à l’extérieur. Après, c’est aussi un état d’esprit collectif à avoir, une ambition, une audace supplémentaire à mettre en place. Mais ça se fera à travers le jeu, le travail au quotidien. Evidemment les résultats sont très importants, mais il y a aussi ce qu’on met en place. Des fois les résultats ne sont pas là mais on sent que ça commence à prendre. Il suffit d’un poteau sortant, de trois face-à-face ratés, et on ne gagne pas un match. Mais le plus rapidement possible il faut que les joueurs adhèrent à ce qu’on va leur proposer avec le staff. Être plus performant à l’extérieur et plus hermétique en général va participer à tout cela.»


Des objectifs?


Réginald Ray : « Le président ne m’a fixé aucun objectif. Bien évidemment, le but c’est d’être performant sur chaque match, compétitif sur chaque match. De rapidement quitter cette zone, même si le championnat est très compact. On est à un point du premier relégable, et à quatre points de la deuxième place. Tout est serré. Il faut rapidement se donner de l’air par rapport à cette zone, car c’est une année particulière avec 6 descentes. Les objectifs seront fixés à travers le jeu qu’on va produire. Quand on parle de résultat, ce n’est qu’une conséquence de ce qu’on met en place, de la dynamique, de la force collective dégagée. Pour moi, ce sont les moyens à mettre en œuvre qui feront les résultats une conséquence.»


Thierry Gomez : « J’essaye depuis sept ans de vous expliquer que je ne fixe jamais comme objectif une accession. En revanche, il y a des objectifs de fixés. Le premier est de gagner en régularité. C’est notre premier problème. La deuxième chose c’est de montrer le chemin et que ce chemin qui doit mener à la performance soit compris et qu’il y ait une adhésion du groupe. Si on arrive à cela, le reste suivra dans 15 jours, 1 mois, 2 mois… On va être très attentifs sur notre identité de jeu, notre capacité à développer notre collectif tout en gagnant en aspect défensif, car c’est notre point faible, notamment à l’extérieur. Les résultats viendront d’eux-mêmes.


Il y a une chose qui a fait du bien à Réginald, même si dans l’absolu j’étais déçu qu’il parte la 1e fois, c’est qu’il a su partir proprement. C’est important. On s’est dit les choses entre nous et c’est très clair. Je pense qu’au fond de lui comme au fond de moi on a toujours eu cette petite sonnerie qui disait que peut-être un jour on se retrouverait. Il fallait qu’il y ait une démarche de faire, cette démarche a été faite et aujourd’hui on est très heureux de se retrouver car je pense qu’il fait partie des entraineurs en capacité d’imprimer leur équipe, de montrer une direction, d’avoir une vraie vision sur le jeu et une capacité à développer un vrai collectif, de donner des missions claires à chacun des joueurs pour que sur le terrain chacun sache ce qu’il a à faire. Je suis impatient de voir les prochaines semaines avec tous les membres du club.


Recruter un entraineur, c’est ce qu’il y a de plus difficile. Quand on y va, c’est que tous les voyants sont au vert, et là c’est le cas. Maintenant on a hâte de voir ce que ça va donner sur le terrain, mais encore une fois on est tous là pour voir Le Mans gagner, performer, donc ne soyez pas trop impatients. Je ne changerai pas d’entraineur si on perd à Châteauroux. Donnez-nous du temps. Ce qui est important, c’est le quotidien, la relation que Réginald aura avec la formation aussi. Et il faut rendre hommage à Cris pour cela parce qu’il avait créer ce relationnel. »


Les rumeurs


Thierry Gomez: « Je ne vais pas répondre sur des choses qu’on n’a jamais annoncées. Dans le foot, il y a beaucoup de gens qui aiment faire savoir qu’ils sont au courant. Mais ils ne sont pas forcément au courant. Être président d’un club de foot, ça demande beaucoup d’énergie et je n’ai pas envie de disperser mon énergie pour répondre aux rumeurs lancées sur les réseaux. Il peut y avoir des choses vraies mais ça me fait penser aux agents qui vous appellent en disant qu’il faut prendre untel ou untel, et que celu-ci cartonne plus tard, mais à côté de ça il avait proposé 100 autres noms. Là, on aurait pu sortir encore Jeandupeux, Pédémas… si on n’avait pas fait le choix tout de suite d’autres noms seraient encore sortis. Nous, au club, on travaille par rapport à une stratégie bien défini, pas dicté par les réseaux sociaux. On est honnête dans notre travail et on fait ce qui est le mieux.


Réginald, on le connaissait, et je pense qu’il est attaché au club et qu’il a une identité club, ce qui est important. Ce n’est pas un critère unique mais quand on est compétent et qu’on a une histoire avec le club, ce qui est le cas aussi pour Romain Dupont, Greg Cerdan, Thibault Ferrand ou Olivier Thomas, c’est un élément important. Et je pense que c’est un entraineur qui a de vraies idées, pas forcément le plus facile pour un président mais peu importe. C’est quelqu’un de compétent, un fort caractère important pour gérer un vestiaire, mais foncièrement honnête et loyal.


J’en profite pour remercier aussi le staff actuel et notamment Yohann Feurprier d’avoir fait l’intérim de manière très professionnelle et sérieuse. Je remercie également Réginald de m’avoir fait confiance et davoir accepté de venir travailler avec le staff, ce qui n’est jamais évident pour un entraineur qui arrive. On va tout faire pour lui prouver que le staff est à la hauteur, pour travailler en harmonie.»



55 vues0 commentaire