top of page

Mélanie Durot : "Avec six descentes, la peur de la relégation est plus que grande"

Cette semaine, La Tribune Mancelle a échangé avec Mélanie Durot, supportrice du Stade Briochin mais également animatrice du podcast "100% Foot National". Ensemble, nous avons fait un point sur la situation du Stade Briochin, lanterne rouge de championnat et qui vit également un début de saison mouvementé.





Bonjour Mélanie, peux-tu te présenter ?





Je suis briochine de naissance, je vis à Rennes depuis des années mais je reviens régulièrement au stade Fred Aubert suivre les Griffons. J’y ai connu mes premiers matchs à mes 6 ans, dans les années 90. J’y ai également vécu mes premières émotions footballistiques aussi ! Si je suis mordue de foot, c’est d’abord grâce au Stade Briochin.


Aujourd’hui, je suis animatrice radio sur le réseau France Bleu. De plus, en parallèle de mon emploi, j’ai créé un podcast cet été qui s’appelle « 100% Foot National ». Le but est de mettre en valeur à travers des interviews audios, des personnes qui œuvrent dans et pour les clubs du championnat National. Une division trop peu exposée à mon goût et pourtant, passionnante à suivre !


Le Stade Briochin reçoit Le Mans FC vendredi soir, les Bretons sont au plus mal dans ce championnat, quel constat tires-tu à l'approche de la trêve ?


Avec une victoire en 14 matchs, difficile de tirer un constat positif ! Il y a plusieurs petits cycles depuis ce début de saison pour Saint-Brieuc.

D’abord, nous avons eu 3 entraîneurs différents ! Didier Santini, Guillaume Allanou pour l’intérim (président du club et coach de la réserve) et enfin, Karim Mokeddem. Après un début de saison franchement mauvais, il y a eu par séquences de bonnes choses dans les matchs suivants puis (enfin !), cette victoire quasi héroïque à Versailles, acquise à 10 contre 11.

Là, on s’est dit : « c’est bon, la machine est lancée, les gars vont travailler sereinement pendant la trêve et ça va repartir ! ».

Finalement, cette victoire n’aura pas été bonifié avec la défaite contre Cholet. J’espère que le nul encourageant contre La Berrichonne le week-end dernier sera le début d’un nouveau cycle plus positif.


Si on analyse, les derniers résultats, Saint-Brieuc ouvre souvent la marque (contre Châteauroux, Cholet ou encore Borgo) mais les trois points ne sont pas là au coup de sifflet final… Manque de concentration ou d'expérience dans cette équipe peut-être ?


Je crois qu’il y a surtout une certaine panique sur le terrain. Le problème c’est que le scénario des derniers matchs ressemble à celui des premiers. Par exemple, sur le premier match contre le Red Star (2-2), l’égalisation des Audoniens arrivent à la 93’. Contre Bourg-en Bresse Peronnas (3-3), ça survient à la 95’ !

Je pense que des doutes s’instaurent dans les têtes sur la capacité à garder un résultat positif. Si on ajoute à cela quelques faits de jeu contraires, on se retrouve avec une équipe en manque de confiance.

Avec les six descentes, la peur de la relégation est plus que grande, c’est difficile de jouer libéré. Et à jouer en étant tendu, les erreurs sont inévitables malheureusement.


On va être un peu plus positif, les Griffons ont marqué lors de 8 rencontres sur 10 en championnat, quels sont les points forts de cette formation ?





Effectivement, offensivement c’est positif. C’est l’équipe qui marque le plus de buts dans la zone de relégation, elle dépasse même Nancy et Orléans. Les difficultés sont plutôt défensives. Après, il y a eu des blessures et des suspensions dans ce secteur de jeu, cela fait plusieurs matchs que Karim Mokeddem joue avec seulement deux défenseurs de métier dans sa défense.

Malgré tout, les joueurs sont assez polyvalents, c’est une bonne chose ! L’une des qualités de l’équipe c’est malgré tout le caractère. Il y a eu ces buts encaissés par « panique » mais il y a aussi cette capacité à ne rien lâcher quand elle encaisse le premier but et à revenir au score comme contre Borgo récemment.

Concernant le jeu, nous avons assisté à trente premières minutes de qualité contre La Berrichonne. La patte de Karim Mokeddem se fait sentir. Le jeu en profondeur est également de plus en plus intéressant, notamment avec un Fodé Guirassy rapide et puissant. Et puis je suis obligée de citer la grande force de l’équipe sur coups de pied arrêtés. Si on enlève les pénaltys, le Stade Briochin n’a pas marqué un but grâce à un corner ou à un coup-franc sur les neuf premières journées de championnat. Sur les cinq derniers matchs, sept buts ont été inscrits dont trois grâce à ces phases de jeu. Quatre si on inclut les pénaltys. C’est une vraie plus-value !

La dernière qualité que je peux citer, c’est tout simplement l’entraîneur que nous avons. J’ai une grande confiance en lui pour redresser la barre.


Si tu devais citer un joueur de Saint-Brieuc qu'il faut surveiller, ce serait lequel ?


Si je ne dois en choisir qu’un, ça serait Amir Nouri. Il est arrivé récemment au club, il était libre, ce que je trouve surprenant tant il a fait du bien au milieu de terrain Briochin ! Techniquement, il est pour moi au-dessus. C’est un joueur expérimenté, capable de faire des bons choix dans la passe mais aussi d’aider à la récupération. C’est simple, il n’a joué que quatre matchs et en est déjà à deux buts et une passe décisive !


Pour finir, comment vois-tu cette rencontre face au Mans et sur quel score miserais-tu ?


Je vois des buts et des deux côtés ! Je rêve bien sûr d’une victoire, d’autant plus que Le Mans a été très en difficulté à l’extérieur malgré la récente victoire contre La Berrichonne. Mais vu les qualités offensives du Mans… Je doute ! je vais partir sur un 2-2, on se quitte bons amis même si c’est un résultat qui n’arrange personne !

63 vues0 commentaire
bottom of page