Le Mans vs Annecy: Le Labo

Vaincus à Orléans, les Manceaux reçoivent le deuxième du championnat ce vendredi. Si les incurables optimistes sortent les calculatrices pour trouver encore un espoir de montée, il est surtout temps de terminer dignement ces six derniers matchs pour pouvoir terminer le chapitre 2021/2022.

Il faudra un groupe plus que soudé pour terminer la saison motivé | © Giani Moreno


Face-à-face

L’histoire entre Le Mans et Annecy est très récente. Les deux clubs ne se sont affrontés que trois fois, la première en août 2020. Notons toutefois que le FCA est, avec Avranches, la seule équipe du National à n’avoir jamais battu les Manceaux à ce jour !


La seule réception des haut-savoyards au MMArena eut lieu lors de l’ultime journée 2020/2021 pour une remontada mancelle spectaculaire mais malheureusement inutile puisque que Villefranche, dans le même temps, assurait l’essentiel pour décrocher la place de barragiste.



On se rappellera également que le match aller entre les deux équipes avaient été plutôt houleux. Monsieur Chapapria, l’arbitre de la rencontre, avait exclu deux joueurs sarthois (Alexandre Vardin et Pierre Patron) et le coach Cris, ainsi qu’un Annécien (Rocchi). Un match que les Manceaux avaient maitrisé jusqu’ici, ouvrant le score par Julien Bègue, mais dont l’issue avait glissé entre les doigts sarthois (1-1 score final). Un des tournants de cette saisons sans nul doute.


 

L'arbitre

C’est Romain Delpech qui sera au sifflet pour cette rencontre. Pas un bon souvenir pour Le Mans FC, qui a déjà croisé l’homme en noir une fois cette saison. C’était à Boulogne pour la 9e journée, le 1er octobre. Il avait exclu ce soir-là Durel Avounou dès la demi-heure de jeu. Un carton rouge qui obligera les Sarthois à batailler pour finalement récupérer le point du match nul au final (0-0).


M. Delpech était également l’arbitre à Bastia-Borgo l’an passé (1-1, expulsion de Cropanese) mais aussi il y a plus longtemps du 8e tour de Coupe de France en décembre 2012 à Evreux (victoire mancelle 1-0).


L’arbitre de 42 ans a également dirigé Annecy une fois cette saison, lors de la 4e journée face à Boulogne (victoire 2-0).


© FFF
 

Top 50

S’il foule la pelouse du MMArena ce vendredi, Durel Avounou aura l’occasion d’inscrire une 50e cape dans sa carrière avec Le Mans FC. Une belle performance pour le Congolais, apparu pour la première fois avec les Sang & Or le 21 août 2020… à Annecy.


Il sera le 133e joueur dans l’histoire du club à passer cette barre, et le 4e seulement dans l’effectif actuel après Hamza Hafidi, Alexandre Vardin et Pierre Patron. Félix Tomi devrait le suivre d’ici la fin de l’exercice si tout va bien pour lui.


Avounou a, de plus, inscrit 6 buts pour les Sarthois. Il a connu davantage de succès (20) que de nuls (15) ou de défaites (14).



 

Une question de possession?

Il en a fait une marque de fabrique. Cris veut une équipe avec la possession. Comme le technicien aime le rappeler : « Je crois en la possession. On peut perdre avec la possession mais il est plus probable de perdre avec moins de possession».


Et dans les faits, il faut avouer que son plan est parfaitement exécuté. En moyenne, sur l’ensemble de la saison de National jusqu’ici, Le Mans est une équipe de possession : 54% pour être exact. Et ce aussi bien à domicile (55%) qu’à l’extérieur (52%).


C’est bien simple, depuis le début de la saison, les Sang & Or n’ont été dominé en possession que lors de 6 rencontres. D’une courte tête contre Cholet (49/51), ce fut un peu plus net contre Chambly à l’aller (45/55), à Concarneau (42/58) et au Red Star (41/59). Quant aux deux autres matchs, les Manceaux étaient réduits à 10 une bonne partie du temps ce qui explique un taux de possession très faible (34%) à Boulogne et Bourg.


Mais l’autre constat à faire est plus nuancé. En règle générale, plus les Manceaux ont une bonne possession du ballon, moins le résultat est positif. En témoignent les 3 plus hauts taux, qui correspondent tous à des défaites : 67% contre Sedan à l’aller, 65% contre Sedan au retour et 64% à Bastia-Borgo. Ce fut à nouveau le cas aussi à Orléans la semaine passée (55%).


Au contraire, les Sarthois récupèrent bien plus de points quand ils sont dominés (voir les exemples mentionnés plus hauts, qui ne contiennent aucune défaite).


Finalement, une seule rencontre fait figure d’exception. Contre Sète lors de la 3e journée, les hommes du président Gomez avaient à la fois cumulé forte possession (62%) et efficacité offensive (3-0). C’est cette rencontre qu’il faudrait désormais réitérer jusqu’à la fin de l’année.

Contre Sedan à l'aller, Hafidi et les Manceaux n'ont jamais eu autant la possession, mais ont perdu | © Mickaël Bruneau

43 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout