Le Mans pique la guêpe !


© Giani Moreno


L’enchaînement des matchs est une habitude au Mans avec un déplacement à Orléans, quelques jours après leur brillante victoire face à Créteil (3-1). Un déplacement dans le Loiret qui peut paraître capital pour les deux équipes.


Les Orléanais, bien en place dans ces premières minutes vont avoir la première occasion avec une frappe du remuant Gaëtan Perrin (3’).

La réaction mancelle ne se fait pas tarder avec une belle combinaison entre Avounou et Youssouf, ce dernier voit sa tentative de frappe avortée par le retour de Talal (8’).

A la 12ème minute, ce sont nos Manceaux qui ouvre la marque par l’intermédiaire de Georges Gope-Fenepej qui reprend le ballon suite à une mauvaise appréciation de la défense de l’USO dans la surface (1-0, 12’).

Suite à l’ouverture du score, le match va davantage s’équilibrer, on ne devine pas quelle équipe domine le plus tant les joueurs sont attentifs.

Cependant, les joueurs de Claude Robin tremblent sur un coup-franc lointain de Brahimi détourné par Soumaré, le ballon passe à travers toute la défense. Si un joueur du Mans est à la retombée, cela peut faire mouche (33’).

Les Manceaux se procurent le plus d’opportunités avec notamment un gros travail technique de Billal Brahimi qui se débarrasse de son vis-à-vis avant de centrer, le cuir passe juste devant Bendjaloud Youssouf, positionné au point de penalty (35’).

La dernière occasion de cette première période est à l’initiative de Talal qui adresse une tête sur un centre de Lambese mais le ballon ne peut inquiéter Pierre Patron (39’).


Les hommes de DON rentrent au vestiaire avec l’avantage au score malgré une rencontre très équilibrée.


En seconde période, les Orléanais poussent naturellement avec une première occasion à la suite d’un centre d’Antoine dévié par Vardin, Patron reste solide dans ses buts (46’).

Profitant des espaces laissés par les locaux, Brahimi profite d’un ballon donné par Gope-Fenepej pour se défaire de la défense orléanaise et battre L’Hostis (2-0, 52’). La tournure de ce match commence à se dessiner.

Un second but qui pique les Orléanais qui d’un coup d’un seul se réveillent avec de multiples occasions emmenés par Carnejy Antoine (54’) ou encore Soumaré (62’ et 66’) mais c’est sans compter sur un Patron digne de ce nom !