Le Labo de la Tribune Mancelle : SC Lyon






Le Labo vous présente les chiffres à connaitre avant le dernier match de 2020 entre le SC Lyon et Le Mans FC...


2. Comme le nombre de confrontations passées entre les 2 clubs. Encore appelée Lyon-Duchère, l’équipe entrainée alors par Karim Mokkedem s’était inclinée les 2 fois contre les Manceaux lors de la saison de National 2018/2019. Le match aller, joué le 23 novembre 2018, à Balmont, avait tourné rapidement en faveur des Sangs et Or, grâce à un but de Gope-Fenepej (0-1). Dans les rangs lyonnais on retrouvait l’éphémère attaquant manceau Franck Julienne. A noter qu’au retour, remporté 2-1 au MMArena (buts de Soro et Lemonnier), c’est Julio Donisa qui composait l’attaque de la Duchère, toujours en compagnie de Julienne.


5. Le Mans FC est-il un bon père Noël pour ses supporters ? Peu évident si on regarde les performances réalisées par le club lors du dernier match de chaque année civile, quelques jours avant d’ouvrir nos cadeaux. Au XXIe siècle, le bilan est morose : seulement 5 victoires, contre 6 nuls et surtout 9 défaites ! Les plus optimistes remarqueront toutefois que ces deux dernières années, le club a fait un effort en allant s’imposer au Paris FC (0-3) en 2019, et contre Marignane (2-0) en 2018. On espère donc la passe de trois pour passer des fêtes sereines.


7. Toute série positive est bonne à prendre. Alors même si les performances mancelles ne sont pas à la hauteur des espérances légitimes, un nul ou une victoire du Mans signerait un 7e match consécutif sans défaite (et le 6e en championnat). Une telle série ne s’est plus produite depuis la période novembre 2018-février 2019 lorsque le club sarthois avait aligné 8 matchs sans défaite entre la victoire contre… Lyon-Duchère (23 novembre 2018), et celle à Pau le 8 février 2019.


7. C’est aussi le nombre de joueurs à avoir évolué dans les deux clubs. Si la plupart l’ont été dans un passé récent (Archimbaud, Suchet ou encore Fofana), un des précurseurs fut le serbe Samid Beganovic. Si son nom n’est pas forcément resté dans les annales mucistes, cela s’explique par la durée de son court passage : une seule saison en 1988/1989. Recruté par Christian Gourcuff, en provenance directe depuis la Yougoslavie (il a été notamment demi-finaliste de la Coupe UEFA en 1982), il terminera la saison-ci comme meilleur buteur du club sarthois, pour le premier passage sang et or en deuxième division (12 buts en 34 matchs toutes compétitions confondues). Après un passage par Evry puis Créteil, il pose ensuite ses valises à la Duchère pendant 3 ans (de 1991 à 1994) et participera activement aux meilleures années du club, qui terminera deux fois à la 3e place de Division 3. De retour dans son pays, il aura plusieurs fonctions d’entraineur et de dirigeant, notamment au FK Karađorđevo. Il décèdera subitement d’une attaque cardiaque en 2009, à l’âge de 49 ans.

12. Comme le nombre d’entraineurs du Mans limogés en cours de saison, depuis le premier Christian Gourcuff jusqu’au plus récent Richard Déziré, en passant entre autres par Westerloppe, Goudet, Cormier ou encore Zanko. Si l’on en croit une partie des supporters manceaux, la solution pour que le club retrouve de l’allant serait de se débarrasser de Didier Ollé-Nicolle. On peut constater que seulement 3 coachs dans l’histoire du club ont été virés lors de leur première saison sur le banc. Le premier était Slavo Muslin, remplacé au bout de 18 journées en octobre 1997, le second fut Yves Bertucci qui tint 21 matchs de championnat en 2008-2009. Mais le record du passage le plus court est détenu par Paulo Duarte, qui fut limogé en décembre 2009 après seulement 15 matchs de championnat. En s’asseyant sur le banc manceau contre Lyon ce vendredi pour la 16e journée de National, DON est déjà assuré de faire mieux que le Portugais !

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout