Laval vs Le Mans FC : Le Labo

Alors qu'une douche froide s'est abattue après la défaite contre Sedan, voilà que se présente au programme un derby, toujours alléchant, contre nos voisins lavallois. Voici quelques chiffres pour remettre le match en perspective.


44

En plus d’un derby, il s’agit aussi de l’affiche la plus souvent proposée par les Sarthois. Le Mans et Laval vont ainsi se retrouver pour la 44e fois en match officiel. Et le moins que l’on puisse dire c’est que personne n’a pris le dessus sur son voisin au fil du temps. C’est bien simple, toutes compétitions confondues, le bilan est de 15 victoires chacun, et 13 matchs nuls ! Même en terme de buts marqués, impossible de les départager : 49 des 2 côtés.


Hamza Hafidi pourrait jouer son 5e derby ce vendredi [© Mickaël Bruneau Photographie]

Pour les différencier il faudra donc signaler que Laval possède une victoire de plus en National (2 contre 1) alors que Le Mans a une unité d’avance en Ligue 2 (12 contre 11).

Si l’on met le focus uniquement sur les 21 rencontres organisées à Le-Basser, les Mayennais font la course en tête mais de peu (8 victoires à 7), et donc les Manceaux pourraient revenir à égalité en s’imposant vendredi.


 

5

Attention cette stat va faire mal… Le Mans ne s’est plus imposé chez les Tangos depuis 14 ans désormais ! C’était en septembre 2007, pour le premier tour de la défunte Coupe de la Ligue. Ce soir-là, la bande à Rudi Garcia, qui évoluait en Ligue 1, était venue se qualifier aux dépens de Tangos alors en National. C'est grâce à Gervinho, qui marquait alors son tout premier but en Sang et Or, que les Sarthois s'imposèrent. Depuis, le constat est violent : 5 défaites consécutives subies par nos Sang et Or en championnat (3 fois en Ligue 2 et 2 fois en National), mais toujours en marquant un but toutefois, auxquelles on peut ajouter une élimination aux tirs aux buts en Coupe de la Ligue en 2012.

S'il est des chiffres qu’il faut effacer, celui-là en est assurément un !


 


21

Cris l’avait indiqué en début de saison, il aime faire tourner l’effectif qu’il a à sa disposition. Et bien que son onze de départ ne bouge que très peu (hormis au milieu), les premières apparitions contre Sedan de Moussadek et Bègue ont fait monter à 21 le nombre de joueurs utilisés en seulement 6 rencontres de championnat.



Il s’agit d’un total assez élevé, comparé aux années précédentes. Il faut en fait remonter à la saison 2012/2013, en Ligue 2 pour trouver trace d’un chiffre plus important (22). L’année précédente avait même vu 25 joueurs être appelés par Arnaud Cormier au cours des 6 premières levées. Depuis le chiffre a oscillé entre 16 et 21.


L’an passé, sur toute la saison, Didier Ollé-Nicolle avait utilisé 26 hommes. Ce chiffre sera-t-il atteint cette année?


 

4

C’est le nombre de joueurs dans l’effectif lavallois à avoir déjà inscrit un but face au Mans FC… Un seul l’a fait avec le maillot tango sur les épaules, en l’occurrence Yohan Brun en mars dernier pour le derby perdu (2-1) à Le-Basser. La saison passée avait également vu Geoffray Durbant égalisé pour Bastia-Borgo au MMArena (1-1) en février, ainsi que Julien Maggiotti venir ternir les espoirs de montée mancelle avec Cholet en mai. Enfin, beaucoup plus lointain, Jimmy Roye y était également allé de son petit but, en février 2013, sous le maillot de Niort. S’il avait trompé Jérémie Janot, son but n’avait pas empêché les Sang et Or de s’imposer (3-2).


4 c’est également le nombre de fois qu’Olivier Frapolli s’est assis sur le banc adverse face aux Manceaux. Et jusqu’ici, il faut avouer que cela lui réussit car il est invaincu, aussi bien avec Laval (1 victoire, 1 nul la saison passée) que lors de son passage à Boulogne (1 victoire, 1 nul en 2018/2019).


70 vues0 commentaire