Krasso, un Vert pour l’espoir

Drogba, Gervinho, Lamah, Diarra, Bakari, Soro… Les attaquants ivoiriens ont souvent écrit les plus belles pages de l’histoire du club. Alors comment ne pas voir la venue de Jean-Philippe Krasso comme une bonne nouvelle ? La Tribune Mancelle vous présente le nouveau membre des Sang & Or.


Thierry Gomez avait annoncé la couleur au début du mois de janvier au Maine Libre quand la question du mercato hivernal avait été posée : « S'il y a une opportunité qui nous semble intéressante, sur un joueur, on l’étudiera avec attention. On ne ferme pas de porte ». L’opportunité est donc venue du Forez. Jean-Philippe Krasso sera, sans doute, le seul nouveau venu en Sarthe pour cette seconde partie de saison, sous forme d’un prêt accordé par l’AS Saint-Etienne. Un attaquant débarquant de Ligue 1, une bonne pioche pour les actuels 4e de National ?


Ce qui est sûr c’est que la carrière de Jean-Philippe Krasso n’a rien de banale. Né à Stuttgart, en Allemagne, c’est de l’autre côté du Rhin qu’il découvre tout jeune le football, d’abord au poste de défenseur. Après avoir déménagé à Schiltigheim, dans la banlieue strasbourgeoise, il se repositionne comme attaquant pendant les trois ans passés là-bas. Suivant ses parents au gré de relocalisations professionnelles, on le retrouve ensuite du côté de Chartres, mais c’est quand il pose ses valises au Pôle Espoirs de Châteauroux que sa carrière prend un premier tournant. Repéré par plusieurs clubs professionnels, il choisit le centre de formation de Lorient pour faire ses gammes. Il a alors 14 ans. L’idylle durera cinq années, où il passera du statut d’aspirant à celui de stagiaire professionnel. Il participe de façon plus ou moins régulière à trois saisons de National 2, sous la houlette de Franck Haise puis de Régis Le Bris, cumulant une quarantaine de matchs.


Ses prestations lui valent d’être sélectionné à plusieurs reprises par les U20 de Côte d’Ivoire (nation d’un de ses ascendants), avec qui il va s’illustrer notamment lors du 45ème Festival International Espoirs de Toulon 2017, en inscrivant 2 buts et allant jusqu’en finale (battu aux tirs aux buts par l’Angleterre).



A 19 ans, son parcours en Bretagne s’arrête pourtant. Si JPK impressionne par ses qualités physiques, « les exigences étaient de plus en plus importantes et Jean-Philippe n’a pas su étoffer son profil mais je ne doutais pas beaucoup qu’il puisse y arriver un jour », dira le directeur du centre de formation lorientais.


Schiltigheim, déjà connu dans sa jeunesse, lui offre la possibilité de se maintenir au niveau National 2. Il n’y restera qu’une saison, en 2017/2018, mais celle-ci se passe de manière positive, avec une lutte pour la montée intense, qui s’achèvera malheureusement de peu au pied du graal pour le club alsacien. Individuellement, il joue plus d’une vingtaine de matchs et inscrit 5 buts, mais son positionnement au milieu droit ne lui convient pas. Son poste, pour lui c’est clair : c’est l’axe de l’attaque. C’est donc naturellement qu’il répond aux sirènes d’Epinal qui en fait son choix n°1 pour porter les offensives de son équipe.


Pendant deux saisons, toujours en National 2, il est un des titulaires du collectif spinalien, participant à 42 matchs de championnat et marquant 10 buts. Mais c’est évidemment par la Coupe de France que Krasso va se faire connaître nationalement. D’abord face à Sochaux au 7e tour où il délivre 2 passes décisives. Puis particulièrement ce jour du 29 janvier 2020 où il inscrit un doublé d’anthologie face au LOSC de Christophe Galtier scellant la qualification historique des Vosgiens pour les ¼ de finale. Face aux Verts, Krasso sera de nouveau décisif, inscrivant le penalty de l’espoir (1-2), mais l’aventure s’arrêtera là pour les Boutons d’Or.



Tout n’est pas perdu pour l’attaquant. L’ASSE semble sous le charme du grand ivoirien d’1m87. Et comme en cette période de restrictions budgétaires, tous les bons coups sont à tenter, Claude Puel donne sa bénédiction pour la venue de Krasso dans le Forez. Il signe un contrat de 3 ans et débarque début juillet 2020.


Des débuts plus que satisfaisants. Il marque au bout d’un quart d’heure pour sa première apparition en amical. Son bilan sera même de 3 buts en 3 matchs de préparation. Par le jeu des reports, il peut participer à la finale de Coupe de France, sous les couleurs du club qu’il l’avait éliminé six mois plus tôt ! Il ne jouera que 7 minutes face au PSG, mais aura goûté néanmoins au Stade de France. Une forme d’apothéose après un parcours incroyable, qui va malheureusement s’obscurcir les mois suivants. Car difficile de se faire une place dans le XI stéphanois. Krasso va y apparaître à 6 reprises (pour 238 minutes), dont 2 titularisations contre Nice le 18 octobre, et à Strasbourg le 17 janvier dernier. Pas de but, pas de passe décisive… Suffisant pour que ses détracteurs estiment que la marche entre National 2 et Ligue 1 était résolument trop haute.


C’est ainsi qu’intervient Le Mans FC. Premier stéphanois à faire le trajet direct vers la Sarthe depuis Claude Fichaux en 1999, la proposition de redescendre un peu de niveau pour retrouver des bonnes sensations semble être une solution gagnant-gagnant. C’est l’avis par exemple du site spécialisé sur les Verts Envertetcontretous: « Son prêt au Mans est une bonne idée, il a besoin de jouer, d'une étape intermédiaire entre la N2 et la L1. Le contexte à Saint-Etienne n'est pas propice de surcroît. Du peu qu'on a pu voir, il semble à minima en mesure de s'imposer en N1 ».


Peut-être en a-t-il aussi discuté avec Denis Bouanga, l’un de ses potes dans le Chaudron et qui a fait ses classes plus jeune du côté du Mans. Peut-être a-t-il contacté Maxime Etuin pour savoir s’il serait bien accueilli ? Les deux hommes ont en effet été coéquipiers du temps de la réserve lorientaise (tout comme Tom Viard, un autre ancien manceau).

Reste à savoir comment Didier Ollé-Nicolle souhaitera utiliser le gaucher au sein du collectif manceau. Sa position préférentielle, on l’a compris, est la pointe de l’attaque, où Ghislain Gimbert a posé ses valises depuis quelques mois. Un binôme devant pourrait être une possibilité, même si ce système ne semble pas avoir les préférences du coach. Mais l’Ivoirien a prouvé aussi dans le passé qu’il pouvait s’adapter à d’autres positionnements si besoin. Ce qui est sûr c’est qu’il devrait apporter une belle plus-value pour les Sarthois dans l’optique d’une montée, mathématiquement toujours espérée.


233 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout