Freddy Colombo, en quête de gloire

À quelques secondes près, Freddy Colombo aurait sans doute goûté au National avec le maillot de Bergerac. Dépassé sur le fil par Le Puy, c’est finalement sous le maillot du Mans FC que le défenseur central va faire ses premiers pas au 3e niveau national. Présentation.





Avant d’intégrer son premier club professionnel, Freddy Colombo aura connu une trajectoire linéaire, mais sans passer par la case centre de formation. Né à Niort (comme d’autres anciens de la maison, Simon Pontdemé ou Damien Bridonneau) le 7 août 1998, c’est naturellement vers les Chamois que le jeune Freddy se tourne pour faire ses premières armes balle aux pieds, et ce jusqu’à l’âge de 14 ans. Après une petite aventure dans la ville voisine de Chauray, il s’installe pour deux ans à l’Union Athlétique Niort Saint-Florent.


A 18 ans, le premier tournant de sa carrière intervient lorsqu’il choisit de quitter les Deux-Sèvres pour la Vendée voisine. Le voilà désormais joueur de Fontenay. Lors de sa première saison, il intègre l’équipe U19, avec qui il remporte la Coupe d’Atlantique de sa catégorie, s’octroyant même l’honneur d’être l’unique buteur lors de la finale face à La Roche. Progression logique, il joue l’année suivante avec l’équipe réserve qui évolue au niveau Régional 1. Il apparait aussi à 2 reprises avec l’équipe fanion, alors en National 2. Mais c’est en 2018-2019 qu’il s’impose définitivement avec les A, entre temps redescendus en National 3. Au total il dispute 38 matchs, et inscrit 4 buts, lors de l’année et demi qui l’emmène jusqu'à la pause Covid, où il côtoie notamment un ex-Sang & Or, Cédric Tangatchy.


Ses solides performances dans la défense fontenaisienne, alliées à un physique avantageux (1m96!) lui valent de se faire remarquer au-delà du département. En Dordogne, le Bergerac Foot monte un projet qui fait la part belle à la jeunesse. À l’été 2020, le Niortais débarque donc dans le Périgord pourpre. Si la première saison se retrouve vite écourtée pour tout le monde amateur, il a le temps de prendre ses marques et joue 8 matchs. L’arrivée du nouveau coach Erwan Lannuzel, qui avait déjà repéré le défenseur central lors d’un match de Coupe de France quand il entrainait Bayonne, ne fait que conforter sa position de titulaire quasi-indiscutable. Ce sera en tout 28 matchs de National 2 de disputés, sans compter un incroyable parcours en Coupe de France qui le verra notamment éliminer Metz (L1) en 32e puis Créteil (N1) en 16e. S’il est absent du choc victorieux contre Saint-Etienne, il entrera en jeu lors du quart-de-finale historique contre Versailles, malheureusement perdu aux tirs aux buts.




Malgré une saison aboutie, vécue notamment aux côtés de l’ancien manceau Victor Elissalt, la montée en N1 longtemps promise et espérée est finalement manquée de peu. Arrivant en fin de contrat en juin, Freddy Colombo allait sans nul doute avoir l’occasion de continuer sa progression. Et c’est Le Mans qui a flairé la bonne affaire en signant le droitier qui se positionne plutôt axe gauche dans la charnière. Il devient ainsi le premier joueur à effectuer les 500 km entre les deux clubs.


Nul doute que Cris a su déceler dans ce joueur de 23 ans toutes les qualités nécessaires pour devenir un grand défenseur central, lui qui a su mettre en exergue cette saison les talents des Moussadek, Cissé et Ebene Talla. Colombo, déjà décrit comme très fort dans les duels, a encore quelques marges de progression, notamment dans l’apport offensif ou la communication avec le collectif, lui le discret, mais c’est la saison ou jamais pour définitivement franchir un nouveau cap vers les sommets.


En Sarthe, il arborera fièrement le n°3, laissé vacant depuis le départ de Mathieu Gonçalves, et jadis porté par d’illustres prédécesseurs comme Denis Arnaud, Dan Eggen, Saber Ben Frej ou plus récemment Enzo Ebosse.


Bienvenue Freddy !

193 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout