ESOF La Roche vs Le Mans FC: Le Labo

Nouveau déplacement en Vendée pour nos Manceaux, cette fois à La Roche-sur-Yon pour affronter l'ESOF, club de R1. Objectif: retrouver le 8e tour.


Le 7e tour

Le Mans dispute ce samedi le 7e tour de la Coupe de France pour la 25ème fois de son histoire, il s’agit du tour que les Sarthois ont le plus souvent joué, devant les 1/32e (23 fois) et le 8e tour (22 fois).

Cette étape ne pose généralement que peu de problème à nos Sang et Or, qui voient leur taux de qualification avoisiner les 85% de réussite. Au final, ils n’ont chuté qu’à 4 reprises, et notamment lors de leurs 3 premières tentatives, contre Mantes-la-Ville en 1986 (1-1 tab), contre Rennes en 1987 (1-2 à Bollée, pour le record d’affluence du stade à l’époque avec 5828 spectateurs) et contre le Cercle Paul Bert de Rennes l’année suivante (2-4 toujours à Bollée).

Les Sarthois enchaineront de suite 19 qualifications au 8e tour avant de rechuter en 2018 contre Bastia, alors en National 3, à Furiani (2-1). La dernière tentative remonte à deux ans avec une victoire face à Gennevilliers (2-0).


 

Niveau 3 vs Niveau 6

L’adversaire du jour joue cette saison en Régional 1, soit le sixième niveau national. Il est arrivé à 6 reprises par le passé que Le Mans, pensionnaire du 3e échelon, affronte un club de niveau 6. Pas de mauvaise surprise jusqu’ici, les Mucistes se sont toujours sortis d’affaire et ont éliminé l’équipe hiérarchiquement inférieure.

Si les 4 premiers affrontements de ce type ont eut lieu dans les années 80, 2 précédents plus récents sont encore en mémoire. En octobre 2018, les Manceaux s’imposaient à Changé (1-3) pour le 6e tour, grâce à Vincent Créhin et Romain Montiel (doublé).

Encore plus récemment, la saison passée, les Sang et Or évitaient le piège tendu par Saint-Sébastien-sur-Loire au 5e tour, sur le même score (1-3), avec notamment un doublé de Victor Glaentzlin.


Avec 4 buts, Victor Glaentzlin (à gauche) est le meilleur buteur en Coupe de France de l'actuel effectif sarthois (© Mickaël Bruneau Photographie)

 

L'adversaire

C’est la toute première fois de son histoire que Le Mans FC affronte en match officiel l’équipe de l’ESOF, de son nom complet Étoile sportive ornaysienne de football.

Ce club a été fondé en 1938, à Saint-André d’Ornay, ancienne petite commune rattachée à la ville de La Roche-sur-Yon à partir de 1964. L’équipe est plutôt réputée pour sa section féminine, qui joue en fonction des saisons en 1e ou 2e division nationale. Son pendant masculin reste à un niveau plus régional, évoluant au mieux en Division d’Honneur, ou Régional 1, comme cette saison.

Actuellement 4e du groupe B, les Yonnais ont concédé leur première défaite de la saison le week-end dernier à Mayenne (4-2), tombant ainsi du podium d'un championnat dans lequel on retrouve notamment des clubs sarthois comme La Suze, La Ferté et la réserve sabolienne.

Côté individualités, deux joueurs seront à surveiller de prêt, en l’occurrence les deux buteurs du dernier match de championnat: Dylan Amokrane et Christopher Nsingi, respectivement 5 et 3 buts depuis le début de la Coupe de France.

Attention à cet homme, le goleador yonnais (© Facebook @esofootball)

6e tour : AS Sautron (N3) 2-4 ESOF (buts de Christopher Nsingi et Dylan Amokrane x3)

5e tour : JS Allonnes (R3) 2-3 ESOF (buts de Nsingi, Amokrane sur penalty et Nikiema)

4e tour : Rouans (D1) 0-4 ESOF (buts de Amokrane, Baudouin et deux csc)

3e tour : Christophe Séguinière (R3) 1-1 ESOF (4-5 tab) (but de Nsingi)


 

La Roche

Ce n’est bien entendu pas la première fois que Le Mans va se rendre à La Roche-sur-Yon. L’ESOF sera même la 4e entité de la ville à recevoir nos Sarthois.

Dans les années 80, les Sang et Or ferraillaient ainsi avec les deux clubs rivaux locaux : le FC Yonnais (en Division 3), fondé en 1932, et l’AEPB, fondé en 1947 dans la commune voisine de Bourg-sous-la-Roche (absorbé comme Saint-André en 1964 par La Roche), qui croisa les Mucistes en D3 et D2.

Les deux antagonistes fusionneront sur décision de la ville pour devenir La Roche Vendée Football, club phare désormais de la préfecture vendéenne, qui fut notre adversaire en D2 au début des années 1990 puis plus récemment en CFA2.


Bilan contre le FC Yonnais: 4 matchs, 2 victoires, 1 nul, 1 défaite

Bilan contre l'AEPB La Roche: 4 matchs, 2 nuls, 2 défaites

Bilan contre La Roche VF: 11 matchs, 5 victoires, 4 nuls, 2 défaites


 

Le petit nouveau

Patron suspendu, Hatfout blessé... c'est donc Mickaël Bod qui assurera le rôle de dernier rempart dans les buts du Mans FC. L'habituel goal du groupe post-formation deviendra ainsi le 31e gardien de l'histoire du club à jouer un match officiel.

Originaire de Guyane, il va rejoindre d'illustres prédécesseurs du département amazonien qui, comme lui ont porté le maillot Sang & Or, parmi lesquels Ludovic et Loïc Baal, Gilles et Cédric Fabien, Sylvio Joseph ou encore Albert Falette.

A 19 ans et 7 mois, il ne sera toutefois pas le plus jeune à débuter dans les cages pour les Sarthois. Au contraire, 5 autres portiers ont démarré plus jeunes: Quentin Beunardeau, le recordman (18 ans et 5 mois), mais aussi Elouan Bervas (18 ans et 6 mois), Tom Pédémas (18 ans et 9 mois), Vincent Viot (19 ans et 3 mois) et Giorgi Makaridze (19 ans et 5 mois).


Très performant avec la réserve, Mickaël Bod aura l'occasion de montrer tout son talent avec l'équipe première (© La Tribune Mancelle)

Mickaël Bod a passé une partie de sa formation de gardien à Toulouse, où il est arrivé à l'été 2018 pour intégrer les U19, en provenance de l'US Plaisance du Touch. Comment dès lors ne pas penser à un autre portier manceau formé dans la Ville Rose et qui fera le bonheur de Léon-Bollée: Olivier Pédémas, toujours détenteur du record de matchs joués avec les Sang et Or pour un gardien (324).


 

Série en cours

En évitant la défaite pour ce match, les Manceaux pourraient alors aligner une 9e rencontre consécutive d’invincibilité toutes compétitions confondues. Les Manceaux n’ont plus perdu depuis le derby à Laval le 17 septembre (2-1) et ont enchainé depuis 4 nuls et 4 victoires (dont 2 en Coupe de France).

Cette série viendrait égaler celle réalisée il n’y a pas si longtemps entre le 16 avril 2021 (contre Avranches) et le 13 août dernier (face à Créteil), où les Sarthois avaient cumulé sur deux saisons 7 victoires en 2 nuls en championnat.


Ibrahim Cissé s'interpose devant son adversaire de Concarneau: les Manceaux n'ont plus connu la défaite à partir de ce match (© Mickaël Bruneau Photographie)

 

L'arbitre

Un petit nouveau au sifflet pour ce match : Léo Beulet arbitrera pour la première fois les Manceaux. Il faut dire qu’il exerce actuellement dans la catégorie Fédéral 4, en N2 ou N3. Âgé de 24 ans, et licencié dans la Vienne, ce fils d’un ancien footballeur de Poitiers fait donc ses premières armes ces derniers mois à un plus haut niveau. Il a ainsi pu être 4e homme en noir en Ligue 2 et a aussi dirigé un match du 32e de finale de coupe la saison passée entre Les Herbiers et Châteaubriant.


© FFF


118 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout