Créteil vs Le Mans : Le Labo

Le Mans n'a plus joué depuis le 3 décembre dernier. Sauf contre-temps, l'année 2022 va enfin pouvoir démarrer ce vendredi à Créteil...



Nous étions au coeur de l'été... Alex Vardin et Kelly Irep étaient alors titulaires pour leur équipe (© Mickaël Bruneau Photographie)

Repartir du bon pied

Au cours de ses 37 saisons d’existence, Le Mans a démarré l’année par un match de championnat à 19 reprises, les autres fois étant traditionnellement réservées aux tours de Coupe.

Et la bonne nouvelle c’est que les Sang et Or sont plutôt habitués à bien démarrer le calendrier! Ils restent ainsi sur 4 victoires : contre Cholet en 2020 (2-0), à Avranches en 2019 (0-2), contre Oissel en 2017 (1-0) et contre Tours B en 2016 (2-1).

Si on veut être encore plus optimiste, on notera que les Sarthois ne se sont inclinés que 2 fois lors de ses 19 précédents, et cela remonte désormais : en 1992 (à Dunkerque, 3-1) et en 1999 (à Nice, 2-0).


 

Face-à-face

Vieux compagnon de route des années 1990 et du début des années 2000, Le Mans se plait à réaffronter les Cristoliens depuis la saison dernière. Ce sera la 19ème fois que les deux équipes se retrouvent en match officiel. D'une courte tête, les Sarthois sont passés devant à l'aller avec un bilan de 8 victoires à 7 (pour 3 nuls).

Point d'optimisme démesuré pour autant: les Manceaux ne se sont jamais imposés à Dominique-Duvauchelle et sont même repartis 5 fois sur 8 avec la défaite.

La dernière prestation, en novembre 2020, avait vu les Sang & Or rapporter un point miraculeux grâce à un penalty accordé dans les dernières minutes et transformé par Bendjaloud Youssouf.




 

L'arbitre

Les suiveurs sarthois ne seront sans doute pas ravis d'apprendre que l'homme en noir désigné pour le match est Cédric Dos Santos. Car, en plus d'avoir pu, par le passé, prendre des décisions assez controversées, il faut surtout constater que les 6 dernières fois où l'arbitre limougeaud a dirigé les Sarthois, cela s'est soldé par une défaite de nos protégés.

C'est bien simple, en neuf matchs sous sa direction, Le Mans ne s'est imposé qu'une fois, face à Bourg en octobre 2018 (1-0). Ironie du sort, c'est le seul match où il avait expulsé un Sarthois (Tom Duponchelle en l'occurrence).

Du côté de Créteil, on ne peut pas dire que les souvenirs soient meilleurs. Cette saison, M. Dos Santos était au sifflet pour la défaite à Sète (3-1, 5e journée) où il avait expulsé le francilien Yamadou Fofana. L'an passé, il arbitrait lors de l'échec à Villefranche (3-0) avec un penalty sifflé contre les Béliers. Idem en 2016 avec deux autres penalties sifflés contre des adversaires (Lyon-Duchère et Dunkerque).


© FFF



 

Les hommes de la phase aller

Alors que s'est achevée la première moitié de la saison (avec 2 matchs en moins pour les Sarthois certes), faisons un petit point sur les recordmans du côté manceau...

Avec 18 matchs disputés, c’est Félix Tomi qui a été le plus présent toutes compétitions confondues. En championnat en revanche, il s’agit de Maxence Derrien, avec 15 capes. Derrien mène également au tableau des titularisations, avec 17 démarrages au total et 15 en National.

Tomi, le plus utilisé, et Glaentzlin, le super sub... deux des hommes de la première partie de saison sarthoise (© Mickaël Bruneau Photographie)

Avec 8 entrées en cours de match, Victor Glaentzlin s’apparente au super sub de ce second semestre 2021. A l’inverse, c’est Boubakar Camara qui a fait le plus souvent les frais du coaching avec 9 sorties en cours de match.

Au rayon des hommes décisifs, les chiffres restent relativement faibles… Issouf Macalou est le meilleur buteur toutes compétitions avec 7 réalisations, alors que Camara est celui qui a le plus scoré en championnat (4 fois). Peu utilisé, Alexis Gouletquer est celui qui possède le meilleur ratio de but marqué en temps de présence (1 toutes les 120 minutes). Amadou Dia N’Diaye est leader au classement des penaltys (2 réalisations) alors que Alexandre Lauray est le seul à avoir scoré contre son camp jusqu’ici.

Pour les passes décisives, là encore cela reste très bas. Camara en a délivré 3 au total, ce qui fait de lui le meilleur passeur actuel, y compris en championnat où il en a réalisé 2, au même titre que Durel Avounou.

Avec ses 7 buts ajoutés à une passe décisive, Macalou est l’homme le plus décisif numériquement depuis le début de saison (8 fois).

Enfin, au rayon des cartons, Ibrahim Cissé trône aussi bien sur les avertissements (7 cartons jaunes reçus) que sur les expulsions (2 rouges).


 

Le petit nouveau

Arrivé le 20 décembre dernier, Hassimi Fadiga est (pour le moment) l'unique recrue du mercato hivernal sarthois. Il pourrait, à Créteil, être le 28e homme utilisé par Cris cette saison, et notamment venir renforcer un secteur offensif qui, s'il est gâté en nombre de joueurs, reste peu prolifique en comparaison.

Né le 19 avril 1997, le même jour que Thibault Rambaud, il est donc âgé de 24 ans, soit pile dans la moyenne d'âge de l'équipe. L'attaquant est né à Bourges et sera le 2e berruyer de naissance à porter le maillot sang et or, après Eric Ménesguen, défenseur lors de la première saison du club en 1985/1986.

Parmi ses anciens clubs, on trouve d'abord Châtellerault, son club formateur, et Montmorillon. Dans les deux cas, ce sera la première fois qu'un joueur passé par ces équipes débarque en Sarthe. Il a également porté les couleurs de Bayonne, comme l'ont fait avant lui Victor Elissalt et Jérémy Choplin. Son plus récent port d'attache était en N2 avec Le Puy où il côtoyait Loïc Baal. Le dernier et unique ex-ponot à être arriver sur les rives du Maine était Jean-Luc Lemonnier, en octobre 1988.


Fadiga, ici aux côtés du président Gomez, porter le n°17, vacant depuis le départ de Youssouf (© lemansfc.fr)

54 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout