Concarneau vs Le Mans : Le Labo

Après avoir brillamment relevé la tête en remportant le derby dimanche dernier contre Laval (2-0), les Manceaux voient un nouveau défi s'avancer devant eux en se déplaçant sur la pelouse du leader, l'US Concarneau.


On signe de suite pour cette même image lundi soir | © Mickaël Bruneau Photographie

Face-à-face

Ce sera la 11e rencontre officielle entre Le Mans et Concarneau ce lundi. Adversaires dès octobre 1985, les deux équipes se retrouvent depuis 2018 de façon régulière désormais. Et si les Sarthois étaient invaincus lors des 6 premières confrontations, ils ne se sont plus imposés depuis 3 matchs enchainant 2 défaites la saison passée et un match nul lors de la phase aller.


Au bilan global, les Sarthois mènent 3 victoires à 2. Deux fois, ils se sont imposés en terre bretonne, dont une au stade Guy-Piriou, qui s’appelait encore stade de Kerampéru. C’était en 1989 (1-2).



 

L'arbitre

Pour cette rencontre de la 24e journée, c’est William Toulliou qui officiera en tant qu’arbitre. Ce sera déjà la 3e fois qu’il dirige un match des Manceaux cette saison et on peut dire qu’il porte bonheur jusqu’ici puisque les deux fois précédentes, nos Sarthois s’étaient imposés.

Ce fut le cas lors de la réception de Sète en août (3-0) et plus récemment pour la venue de Châteauroux fin janvier (1-0). En revanche, à chaque fois qu’il a dirigé les Sang & Or à l’extérieur, c’était pour une défaite mancelle (à Chartres en 2018 et à Sète la saison passée).


Côté breton, ce sera aussi une troisième fois pour cet exercice après les matchs contre Cholet (J6), perdu 4-2, et Bastia-Borgo (1-1) il y a quelques semaines.


© FFF


 

Ça cartonne

Vous l’aurez sans nul doute constaté… cette saison est placée sous le signe du carton pour les Manceaux. Après le match contre Laval, le total d’avertissements reçus en championnat est passé à 62, quand Loïc Damour recevait le 7e carton rouge.


Alors qu’il reste encore 11 rencontres à disputer, nous sommes partis pour battre les deux records à n’en point douter. Concernant les cartons jaunes, les 62 biscottes constituent déjà le plus haut total récolté depuis la saison 2012-2013 (64). Et seuls 4 autres exercices avaient vu pire. En 2005-2006, le MUC72 avait vu jaune à 70 reprises, ce qui reste pour l’instant le plus haut total jamais réalisé. A coup sur plus pour longtemps.



Quant aux exclusions, la saison 2021-2022 se permet déjà d’être la deuxième au classement des plus sanctionnées. C’est bien simple, seul 2011-2012 avait connu pire série, avec pas mois de 9 cartons rouges reçus (pour un championnat qui comptait 38 journées). S’il est encore possible de ne pas atteindre ce chiffre, il va falloir que les Sarthois soit drastiquement moins sanctionnés d’ici au mois de mai.


 

#Anciens

190… C’est le nombre de matchs disputés par les anciens manceaux de Concarneau sous le maillot Sang & Or. Rares ont été les adversaires des Sarthois à posséder au même moment autant d’anciens joueurs du club.


Vincent Viot (7 matchs avec l’équipe première mancelle en 2013) fait figure de taulier chez les Thoniers. Arrivé la saison passée il est le titulaire indiscutable dans les buts concarnois. Après un passage par Luçon puis Béziers, le natif du Mans va retrouver son ancien club pour la 4e fois.


Après une saison compliquée sous l’ère Ollé-Nicolle, Maxime Etuin lui a retrouvé le sourire en Bretagne. Aligné à toutes les rencontres, parfois au milieu, souvent sur le flanc gauche de la défense, il s’est même payé le luxe d’inscrire un but, chose qu’il n’avait pas pu concrétiser lors de ses 20 rencontres sous la tunique mancelle l’an passé.


A l’inverse, Georges Gope-Fenepej n’a pas encore fait trembler les filets avec l’équipe qu’il a rejoint l’été dernier. Le Kanak, qui a joué 48 fois pour Le Mans et marqué 8 buts, connait malheureusement une saison dans la droite ligne de son passage en Sarthe : hachée par les absences. Il n’a ainsi été titulaire qu’à 2 reprises et n’a du se contenter que de bouts de matchs le reste du temps, quand il était apte à être sur le terrain.


Georges Gope-Fenepej sous le maillot concarnois au match aller | © Mickaël Bruneau Photographie

Enfin, arrivé en janvier, Ludovic Baal commence à apparaitre avec son nouveau club. Entré en jeu contre Cholet et Avranches, nul doute qu’il souhaitera apporter son expérience (forte de 115 matchs avec Le Mans notamment) dans la défense bretonne. Le Guyanais retrouvera son club formateur pour la 4e fois depuis son départ, à chaque fois sous le maillot lensois, mais la première depuis 2013.

47 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout