Châteauroux, à la recherche de la régularité





Le club :


Depuis la disparition du Tours FC du monde professionnel, la Berrichonne de Châteauroux est le nouveau club phare de la région Centre-Val de Loire (en concurrence avec l’US Orléans). Pourtant, ces dernières années n’ont pas été simples à négocier pour les Berrichons, qui connaissent une relégation en National en 2021, quatre ans après leur remontée. Un véritable coup de massue pour ce club qui dispose d’un passé très riche en Ligue 2.


Pour retrouver les premières traces du club castelroussin, il faut remonter en pleine Seconde guerre mondiale. Alors qu’un club omnisport est fondé en 1883, la section football apparaît en 1916. Après plusieurs fusions, la Berrichonne de Châteauroux s’installe parmi les deuxième et troisième divisions du championnat de France, mais ne parvient jamais à s’installer en Ligue 1 malgré une courte apparition lors de la saison 1997-1998 (précédée d’un titre de champion de D2).





En 2004, la Berri passe tout près de s’offrir son plus beau trophée depuis sa création. Atteignant la finale de la Coupe de France, Châteauroux est opposé au Paris Saint-Germain mais doit finalement s’incliner sur la plus petite des marges. En guise de lot de consolation, le club est qualifié pour le premier tour de la Coupe UEFA (ancêtre de la Ligue Europa) et dispute la seule confrontation européenne de son histoire. Largement battu par le FC Bruges (6-1 sur l’ensemble des deux matchs), Châteauroux est déjà éliminé.


Après de nombreuses années passées dans le ventre mou de Ligue 2, Châteauroux est relégué en 2016 mais remonte immédiatement. En 2021, le club est racheté par un groupe saoudien (United World Group) qui détient déjà plusieurs clubs partout dans le monde. Quelques semaines plus tard, la Berrichonne est à nouveau reléguée en National. Malgré les moyens mis en place, Châteauroux n’est pas parvenu à remonter directement…



La saison 2021/2022 :


Relégué en National à l’issue de la saison 2020-2021, Châteauroux disposait d’un statut de favori pour la remontée immédiate. Avec un mercato de feu (Robinet, Roux, Fortuné, Youssouf, Mexique…), la Berri semblait s’être donné les moyens de parvenir à ses fins. Il n’en sera rien, avec une décevante cinquième place venant clôturer une saison trop irrégulière des hommes de Mathieu Chabert.


Tout avait bien débuté avec une entrée en matière réussie face à Cholet (2-0), offrant même aux Castelroussins une anecdotique place de leader. Mais tout le reste de la saison ressemble étrangement à celle de nos Manceaux : une forte irrégularité et une incapacité à mettre en place des séries de victoires. Dès le 11 octobre, le coach Marco Simone est remercié après un nouveau revers contre Concarneau. L’Italien est remplacé par Mathieu Chabert, qui reprend les rênes d’une équipe qui pointe à la neuvième place.





Les six premiers matchs du technicien biterrois sont prometteurs, avec trois victoires et trois nuls permettant à la Berri de remonter à la sixième place. À la trêve, Châteauroux se renforce avec deux arrivées : le milieu Romain Basque (libre) et le latéral Mehdi Beneddine (prêté par l’USM Alger). Malgré ces renforts, les Berrichons retombent dans leurs travers et ne parviennent pas à enchaîner. Battu par le relégable Boulogne à la 27e journée, l’équipe est engluée à la septième place avec seulement 42 points.


Heureusement, le déclic arrive enfin et Châteauroux enchaîne trois victoires de rang et se relance dans la course aux barrages. Mais la joie est de courte durée car deux défaites contre Annecy et Villefranche viennent mettre un terme aux espoirs castelroussins. Après un nul contre Bastia-Borgo et un dernier succès contre Cholet, la Berri achève sa saison à la cinquième position de ce championnat National. La coupe de France n’aura pas non plus sourit à Châteauroux, sorti dès le second match contre le FC Ouest-Tourangeau (N3).



Le mercato :


À l’aube de cette saison 2022-2023, le mercato est plutôt calme côté berrichon. Seulement trois arrivées (si l’on excepte le retour de prêt de Baptiste Canelhas). Le latéral caennais Aloys Fouda arrive du Stade Malherbe de Caen pour venir concurrencer l’ex Sang et Or Benjaloud Youssouf. Deux prêts ont également été enregistrés, celui de Kouadio Ange Ahoussou (défenseur central, Nice) et celui de Yanis Guermouche (avant-centre, Montpellier). Cela paraît trop court pour pallier les nombreux départs.


En effet, pas moins de onze joueurs ont quitté le navire durant l’intersaison, à commencer par les deux joueurs prêtés, Mehdi Beneddine et Aldom Deuro. Alors que Kévin Fortuné a été vendu au voisin orléanais, huit autres joueurs ont vu leur contrat prendre fin. Parmi eux, des éléments importants comme Thibaut Vargas, Yannick M’Bone ou Amir Nouri.


Arrivées : Aloys Fouda (SM Caen), Yanis Guermouche (prêt, Montpellier HSC), Kouadio Ange Ahoussou (prêt, OGC Nice), Baptiste Canelhas (retour de prêt, US Créteil Lusitanos)


Départs : Ilyas Chouaref (libre, FC Sion), Thibaut Vargas (libre, Nîmes Olympique), Yannick M’Bone (libre, USL Dunkerque), Ayoub Ezzaytouni (libre, Stade Bordelais), Kévin Fortuné (transfert, US Orléans), Amir Nouri (fin de contrat), Léandro Morente (fin de contrat), Issa Marega (fin de contrat), Razak Boukari (fin de contrat), Mehdi Beneddine (fin de prêt, USM Alger), Aldom Deuro (fin de prêt, Cercle Bruges)



La pré-saison :


26 joueurs pros étaient donc présents à la reprise, accompagnés par 3 jeunes du centre de formation (Gnakpa, Veillon et Michel) soit un total de 29 “Bleu & Rouge”. Après un premier match amical contre Bourges soldé par le score de 2-2, Châteauroux se rendait en Sarthe pour défier Le Mans à La Suze ! Ce sont bien nos Manceaux qui l’ont emporté (4-1) face à une équipe manquant encore cruellement d’automatismes.





Pour corriger cela et souder davantage le groupe, le staff castelroussin avait planifié un stage de cinq jours à Vichy, avant d’affronter ses quatre derniers adversaires de la pré-saison (dont trois équipes de National). De retour hier, les Berrichons se sont quelque peu rassurés après une victoire nette (4-2) face au rival orléanais.


12 juillet : LB Châteauroux - Bourges Foot 18 (N2) : 2-2

16 juillet : LB Châteauroux - Le Mans FC : 1-4

Stage à Vichy (du 18 au 23 juillet)

23 juillet : LB Châteauroux - US Orléans : 4-2

27 juillet : LB Châteauroux - FC Lorient (L1) : -

30 juillet : LB Châteauroux - FC Versailles 78 : -

05 août : LB Châteauroux - Le Puy Foot 43 : -



Le joueur à suivre :


Malgré la saison peu aboutie des Indriens, un joueur a su se mettre en évidence avec 18 buts et une passe décisive. Il s’agit bien évidemment de l’attaquant Thomas Robinet, qui, à 25 ans, semble être dans une période faste de sa carrière. Son rendement offensif en 2022-2023 sera l’une des clés de la saison castelroussine, car Nolan Roux (34 ans) ne semble plus en mesure d’enchaîner les buts (3 seulement la saison dernière).





Ancien international français U17 et U20, Robinet a été formé à Sochaux où il découvre la Ligue 2. Après 73 matchs de Ligue 2 au compteur, il est laissé libre et rejoint Villefranche où il inscrit 9 buts en une saison. Après un passage d’un an intéressant à Laval (13 buts, 6 passes décisives), il s’est donc engagé avec la Berri pour 3 ans.


Sa première saison a été très concluante avec une place dans l’équipe-type du National, mais aussi une quatrième place au classement des buteurs, derrière Ba, El Khoumisti et Durbant. Sera-t-il capable de faire aussi bien cette année ?



L’effectif :


Gardiens : Paul Delecroix, Tommy Plumain, Killian Le Roy


Défenseurs : Peter Ouaneh, Opa Sangante, Kouadio Ange Ahoussou, Jason Gnakpa, Adama Mbengue, Romain Sans, Aloys Fouda, Benjaloud Youssouf, Nama Fofana


Milieux : Jonathan Mexique, Romain Basque, Baptiste Canelhas, Kenan Toibibou, Ferris N’Goma, Sofiane Daham, Tarek Baïch, Mattéo Veillon, Romain Grange


Attaquants : Gilles Sunu, Nathanaël N’Tolla Thio, Téo James Michel, Thomas Robinet, Siriné Doucouré, Nolan Roux, Yanis Guermouche, François Mendy



Le prono :


Statut envisagé : ultra favori

Classement estimé : 2e


Les sept rédacteurs de la Tribune Mancelle sont plutôt en accord concernant Châteauroux, et placent le club de l’Indre à la deuxième place en moyenne. Si trois d’entre eux voient la Berrichonne monter dès cette année, trois autres l’imaginent davantage terminer un cran en dessous. Enfin, un dernier rédacteur pronostique une saison plus difficile avec une place dans le milieu de tableau. La Berrichonne se montrera-t-elle à la hauteur de ses ambitions ? Réponse bientôt !


126 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout