Armand Gnanduillet, néo-manceau !

Cet hiver, le mot d’ordre était de dégraisser dans un premier temps, pour Thierry Gomez et son équipe, avant d’envisager la finalisation d’une transaction. Le premier renfort, Hassimi Fadiga, est arrivé pour pallier au départ de Bastian Badu, l’arrivée d’Armand Gnanduillet pourrait expliquer davantage le départ de Victor Glaentzlin pour l’US Créteil. Si le positionnement sur le terrain de Fadiga reste un mystère pour les supporters, il n’a pas pu jouer mais pourrait être utilisé en milieu relayeur plutôt qu’en ailier offensif, il n’y aura aucun doute concernant le nouvel arrivant. Découvrons-le davantage !



Un profil atypique


Armand Gnanduillet est né à Angers en 1992 et fêtera ses 30 ans, à la mi-février, avec ses nouveaux coéquipiers au Mans. Mesurant 1,93m, on aurait pu imaginer qu’il arrivait en Sarthe pour faire grincer le parquet d’Antarès aux côtés de Scott Bamforth et Terry Tarpey mais c’est bien à la pointe de l’attaque du Mans FC qu’Armand évoluera. Disposant d’un physique athlétique et d’une grande envergure, il devrait également apporter par son expérience, notamment par son vécu outre-manche.


Style de jeu


La Tribune Mancelle risque de ne rien vous apprendre en vous disant que l’un de ses points forts est son jeu de tête. En effet, il profite de sa taille pour prendre le dessus sur son adversaire direct, cependant la qualité de son jeu de tête lui permet de tromper le gardien adverse et donc, de marquer régulièrement de cette façon. La vitesse d’Armand n’est pas son arme principale pour éliminer un défenseur mais elle n’est pas à déplorer pour autant. Enfin, son pied droit et son sang-froid dans les duels lui permettent de tromper le gardien assez aisément pour envoyer le cuir au fond des filets.



Parcours


Armand Gnanduillet a un parcours plutôt atypique et un CV exotique. Tout commence pour lui au Havre (2009-2010) où il rentre au centre de formation après une saison U18 avec les Ciels et Marine. Durant son apprentissage en Normandie, il effectue trois saisons entre les U19 et la réserve. Encore jeune et soucieux de voir plus haut et pourquoi pas de toucher le monde professionnel, Armand vit une aventure compliquée en Normandie et n’arrivera pas à passer le cap.


Il choisit alors de rejoindre l’Ile-de-France et plus précisément Poissy (National 2) où il effectue une très bonne première partie de saison avec 5 réalisations en 12 apparitions. L’Outre-Manche lui fait les yeux doux et il décide d’aller effectuer un test à Chesterfield en Angleterre, club pensionnaire de League Two (4ème division anglaise). Le club du Derbyshire lui accorde peu de confiance et l’envoie en prêt durant trois saisons successives à Tranmere, Oxford et Stevenage où il joue sous la direction de la légende offensive Teddy Sheringham.



A l’été 2015, il rejoint Leyton Orient où l’aventure sera de courte durée puisqu’au bout de 7 mois il rebondit à Blackpool, ancien pensionnaire de Premier League. Sur les bords de la Manche, le natif d’Angers se découvre et s’éclate puisqu’il inscrit près de 44 buts en 4 saisons.


De plus, lors de sa dernière année dans le Lancashire (2019-2020), il finit meilleur buteur de League One avec 15 réalisations et apparaît dans l’équipe type de la saison.


Avant de retourner en terre britannique, Armand Gnanduillet a tenté une aventure en Turquie à Altay (2ème division turque) sans pour autant trouver le bonheur.


Après une saison, il retourne en Grande-Bretagne, cette fois-ci en Ecosse à Heart of Midlothian, alors en 2ème division et qui aspire à remonter en 1ère division.


Auteur d’une saison 2020-2021 correcte avec 5 buts et 4 passes décisives en 13 rencontres, l’attaquant de 29 ans peine à trouver sa place cette saison et décide alors de rejoindre son partenaire Loïc Damour en Sarthe.


Et au Mans FC ?


Cris devrait utiliser Armand Gnanduillet à son poste de prédilection, celui d’avant-centre. Mais dans quel système sera-t-il aligné ? Deux opportunités semblent aussi probables l’une que l’autre et on vous les présente !


Dans un 4-3-3 à pointe basse, il pourrait se retrouver seul dans l’axe et serait alors aidé par deux ailiers parmi Aïko, Camara et Macalou. Au milieu, nous pourrions imaginer Coulibaly, dont Cris apprécie énormément le profil, en sentinelle qui verrait devant lui deux milieux relayeurs parmi Tomi, Fadiga et Damour.


Autre solution, le 4-2-3-1 puisqu’il permettrait à Bègue ou Donisa, tous les deux à l’aise derrière l’attaquant, de soutenir Gnanduillet. Si le milieu pourrait en subir les conséquences, n’oubliez pas que Fadiga était comparé à Tanguy Ndombélé dans ses qualités et qu’un binôme avec Damour ou Tomi pourrait s’avérer très complémentaire.


Quelques petites anecdotes


Armand Gnanduillet a affronté quelques noms du football mondial comme James Rodriguez, Danilo ou encore William Carvalho. C’était lors du Festival de Toulon avec la sélection ivoirienne en 2011.


L’ancien attaquant du Havre a failli goûter aux joies de la sélection A avec la Côte d’Ivoire. Malheureusement, malgré une présélection lors de la saison 2020-2021, il ne figure pas dans la liste à cause de son faible temps de jeu à Altay.


Au début de l’été 2018, il débarque à Baroka pour jouer dans le championnat sud-africain. Il fait ses valises quelques semaines plus tard sans avoir joué un match officiel, le club ayant mal géré son nombre de joueurs étrangers pouvant être alignés dans l’effectif.


La prononciation du nom Gnanduillet est la suivante : “Non-dwee-yay”.



En bref !


À bientôt 30 ans, c’est un joueur d’expérience qui rejoint la Pincenardière et en quête de sa véritable première expérience en France. Il sera le 22ème ivoirien à défendre les couleurs sang et or, on lui souhaite la même réussite que son prédécesseur Jean-Philippe Krasso et d’autres attaquants éléphants passés par le MUC 72 tels que Didier Drogba et Gervinho.


78 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout