Anciens de National: Bilan de la phase aller

Dernier volet de notre bilan des anciens joueurs du Mans FC, après cette première partie de saison en France. Place à nos concurrents directs qui évoluent en National...


Vincent Viot (Concarneau) : 1530 minutes

17 matchs dont 17 titularisations, 20 buts encaissés, 3 cleans sheets


Il est le seul ancien manceau à avoir disputé l’intégralité des rencontres depuis le début du Championnat. Arrivé cet été en provenance de Béziers, relégué en National 2, Vincent Viot n’a pas mis longtemps à convaincre son coach d’en faire son portier n°1. Souvent décisif, il a pris une belle part dans la bonne première moitié de saison des Thoniers, qui ont occupé un temps le podium avant de se stabiliser au milieu du classement actuellement. Non sans avoir entre temps infligé l’une des deux seules défaites à son ancien club sarthois.


Kevin Schur (Bastia) : 1315 minutes

16 matchs dont 15 titularisations, 3 buts, 4 cartons jaunes


Déçu de ne pas avoir pu évoluer en National avec Le Mans FC, la roue a bien tourné pour Kevin Schur, parti alors à Bastia en National 3 et qui retrouve finalement ce niveau avec les Corses. Un bonheur n’arrivant jamais seul, c’est en position de leader qu’il termine la phase aller. Son apport a, de plus, été déterminant, inscrivant 3 buts (dont un magnifique golazo contre Sète) et participant à la quasi-totalité des matchs. Il est plus que jamais l’ancien manceau le plus proche de rejoindre la Ligue 2 l’an prochain.


Romain Montiel (Bourg) : 1283 minutes

16 matchs dont 14 titularisations, 5 buts, 1 carton jaune


En inscrivant 5 buts dans la première moitié de saison, Montiel n’avait plus réalisé une aussi belle phase aller depuis le temps de la réserve auxerroise en 2015. Son soir de gloire a eu lieu sans nul doute le 27 novembre avec un son premier triplé en professionnel, à Orléans pour une victoire éclatante (1-3). Malheureusement, le reste de la saison burgienne est plus compliquée, avec une place de relégable, mais l’avenir du club est promis à rapidement évoluer avec de nouveaux investisseurs.


Khaled Adenon (Avranches) : 1080 minutes

12 matchs dont 12 titularisations, 2 cartons jaunes


Arrivé en début de saison du côté d’Avranches, après une expérience peu concluante en Arabie Saoudite, Khaled Adenon a d’abord dû soigner une blessure avant d’intégrer le XI de Frédéric Reculeau. Il s’est rapidement installé comme un taulier dans la défense normande. Il faut dire qu’à 35 ans, son expérience est un réel bénéfice pour ses coéquipiers, et ses performances restent toujours très propres. Michel Dussuyer, le sélectionneur béninois, ne s’y trompe pas puisqu’il l’a de nouveau appelé en octobre et novembre lors des fenêtres internationales.


Loïc Baal (Créteil) : 642 minutes

15 matchs dont 7 titularisations, 4 cartons jaunes


Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’y a jamais de certitude avec Loïc Baal. Titulaire pour les trois premiers matchs de la saison, le défenseur va ensuite évoluer vers un statut de remplaçant, puis de nouveau comme titulaire, avant parfois de ne pas être convoqué du tout. Il n’est plus apparu dans le onze de départ depuis la 11e journée, mais participe régulièrement encore aux fins de rencontres. A voir maintenant si la corde mancelle fonctionnera auprès de Richard Déziré pour être aligné plus souvent !


Jason Buaillon (Créteil) : 630 minutes

9 matchs dont 8 titularisations


Le statut de Buaillon dans cette même équipe cristolienne ne souffre d’aucun doute. Il est non seulement un titulaire indiscutable mais en est un capitaine exemplaire. C’est le physique qui l’a empêché de cumuler les minutes de jeu depuis le début de saison. Blessé aux ischios en octobre, il a d’abord rater 5 matchs à cause de cette mésaventure, et notamment ses retrouvailles avec Le Mans. Revenu pour deux matchs début décembre, il a malheureusement rechuté et n’est pas prévu pour reprendre de suite la compétition dans l’équipe de Déziré. Son objectif ? être présent au MMArena début avril.


Tom Duponchelle (Laval) : 556 minutes

9 matchs dont 6 titularisations, 2 cartons jaunes


Ce fut longtemps une interrogation dans le courant du mois d’août. Que devenait Tom Duponchelle ? S’entrainant encore avec la réserve sarthoise, on pouvait s’étonner de ne pas le voir rempiler sur le côté de la défense sarthoise, un temps déplumé. Mais c’est finalement chez le grand rival lavallois qu’il va rebondir début octobre. D’abord utilisé avec parcimonie (comme pour son retour au MMArena) le temps de retrouver une condition physique optimale, il va ensuite aligner les matchs complets, où il sera très souvent crédité des meilleurs notes individuelles.


Anthony Le Tallec (Annecy) : 409 minutes

11 matchs dont 4 titularisations, 1 but, 1 carton jaune


Comme son club, la première moitié de saison de Le Tallec a été très perturbée. Rarement, l’équipe n’a pu jouer ses matchs en temps et en heure, et peut-être cela n’a-t-il pas aidé l’attaquant à se positionner comme titulaire indiscutable en attaque. Un temps mis de côté par l’ancien coach, Le Tallec est revenu fort en décembre, en inscrivant son premier but de la saison contre Concarneau. Pour cette nouvelle année, il va donc devoir convaincre Rémi Dru, le nouveau coach, qu’il peut compter sur son expérience et son flair de buteur, qui seront nécessaires pour l’opération maintien engagée.


Franck Julienne (Bourg) : 135 minutes

3 matchs dont 1 titularisation


Si Franck Julienne est pratiquement présent depuis le début de saison avec l’effectif de Bourg, il aura fallu attendre mi-novembre pour le voir s’engager officiellement. Appartenant au club d’Al Ahli Manama (Bahreïn) après son départ de la Sarthe, l’expérience exotique aura donc tourné court, pas aidé par le contexte sanitaire il est vrai. Depuis sa signature, Julienne a pu connaitre une titularisation et deux autres bouts de matchs, mais n’a pas encore ouvert son compteur. La deuxième partie de saison s’annonce cruciale pour le Bressan, où la concurrence va être à rude épreuve en attaque.

Posts similaires

Voir tout