Alexandre Vincent, un bourguignon en terre sarthoise

Hier, Le Mans FC a annoncé les arrivées d'Alexandre Vincent et Lilian Njoh (voir dans un autre article). Après les frères Quarshie, le board manceau continue de densifier le secteur offensif avec une troisième recrue.





Formé à Grenoble, le natif d'Auxerre fait ses classes dans l'Isère avant de rejoindre le centre de formation d'Auxerre, sa ville natale en 2011. Un club qu'il adore puisque pendant sa jeunesse, il collectionnait les vignettes, les goodies de l'AJA et il rêvait de porter le même maillot que son idole, Djibril Cissé.

En 2012, il remporte le championnat de France U19 en battant le Paris-Saint-Germain (3-2) qui restait sur deux titres consécutifs puis il permet à la réserve yonnaise de monter en CFA.




Le jeune milieu auxerrois continue son ascension avec l'AJA jusqu'au 24 avril 2015 où il va connaître un tournant dans sa carrière. En effet, ce soir là, il inscrit son premier but en professionnel à Châteauroux malgré la défaite de l'AJA (1-2).

Derrière tout va très vite pour Alexandre Vincent qui signe son premier contrat professionnel avec l'AJA au lendemain d'une finale perdue de Coupe de France face au géant parisien.





Le séjour sur ses terres s'arrête à l'été 2018 après une saison pâle statistiquement (2 rencontres jouées), il effectue un stage à l'UNFP avant de rebondir à Laval en National.

En Mayenne, il arrive avec un profil expérimenté puisqu'il a disputé plus de 50 matchs de Ligue 2, 7 buts et 7 passes décisives.

Malgré quelques touches en Ligue 2, il a opté pour les Tangos dans un championnat qu'il ne connaissait pas.

Malheureusement, les attentes placées autour de lui n'ont pas eu le résultat escompté puisqu'il sort un bilan de seulement 2 buts et 3 passes décisives.

En juin 2019, un an après sa signature au Stade Lavallois, il quitte la Mayenne à la fin de son contrat.


Une période de chômage s'installe alors pour Alexandre Vincent qui était décrit comme un prodige lors de sa formation à Auxerre. Il est loin le temps de la finale de Coupe de France face à Cavani ou encore Ibrahimovic.


En janvier 2020, il décide alors de faire une pige au FC Rouen en National 2, histoire de se refaire une santé. Il y dispute seulement trois matchs car le COVID est passé par là et les compétitions se sont arrêtées. Un arrêt qui tombe mal pour Alexandre Vincent qui comptait bien renouer avec le football.





Après cette dure période épidémique, l'ancien joueur de Grenoble passé par le Pôle Espoirs de Dijon tape dans l'oeil de l'US Concarneau qui lui accorde un essai de trois semaines lors de la préparation de la saison 2020-2021. Après cet essai, il convainc Stéphane Le Mignan qui décide de lui signer un contrat.

En Bretagne, il retrouve de bonnes sensations et termine la saison avec sept passes décisives, faisant de lui, le troisième meilleur passeur du championnat. Une statistique qui attire le regard de son ancien club, Auxerre où il effectuera un essai non-concluant.


Malgré l'envie de retrouver la Ligue 2, Alexandre Vincent s'engage à Chambly en octobre dernier. Un exercice galère pour le bourguignon où il finira la saison avec 3 buts et 4 passes décisives. Malheureusement, la relégation sportive des Camblysiens laisse le milieu offensif, libre sur le marché.


Au final, c'est au Mans qu'il effectuera les deux prochaines saisons. Le club sarthois est l'équipe contre qui il aime marquer puisqu'il a trouvé le chemin des filets à 3 reprises en 4 rencontres.


Bienvenue Alexandre !



130 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout