• Franck

5 chiffres avant Le Mans/SC Lyon

Le Labo de la Tribune Mancelle a choisi 5 chiffres pour vous présenter le match de la 32e journée entre Le Mans FC et le Sporting Club de Lyon, ce vendredi au MMArena..


-3-

Il est certaines équipes que l’on aime bien affronter. Et jusqu’à aujourd’hui le SC Lyon figure parmi celles-ci. Car les 3 premières oppositions dans l’histoire des deux clubs ont toujours tourné à l’avantage des Sarthois : en 2018-2019, Le Mans prenait l’ascendant à Balmont (0-1) grâce à un but de Gope-Fenepej, alors qu’au retour au MMArena, Mamadou Soro et Pierre Lemonnier permettaient aux Sang et Or d’engranger 3 points fondateurs, qui allaient lancer le club sur une série de victoires le qualifiant in extremis pour les barrages.


Enfin, on se rappelle aussi qu’au match aller avant Noël, les Manceaux s'étaient imposés de nouveau (1-3), avec notamment 2 penaltys et 2 buts de Billal Brahimi (seul doublé en championnat des mucistes jusqu'à aujourd'hui).

Les clubs contre qui Le Mans a remporté 100% de ses matchs sont rares. D’ailleurs, en cas de victoire mancelle, le SC Lyon deviendrait la seule équipe rencontrée plus de 3 fois à avoir un bilan composé uniquement de défaites.


-4-

Cela peut paraitre anodin, mais remporter une 2e victoire consécutive en championnat, après celle obtenue à Saint-Brieuc lundi, serait presque une performance pour nos Manceaux… Car depuis deux saisons maintenant, il n’est arrivé qu’à 4 reprises que les Sang et Or prennent 6 points sur 6, en près de 60 matchs disputés! Deux fois en Ligue 2 (contre Niort puis à Clermont en octobre-novembre 2019, et Orléans-Paris FC en décembre). Et seulement deux fois cette saison : les victoires 1-0 contre Bourg puis Villefranche les 25 septembre et 2 octobre, et un peu plus tard contre le SC Lyon (tiens tiens) en décembre suivi par la victoire contre Cholet à la reprise de janvier. Difficile donc d’espérer jouer les premiers rôles sans enchainer de séries victorieuses. Heureusement, il reste 5 matchs pour changer la stat.


-12-

Si recevoir la lanterne rouge est un fait plutôt rassurant, il ne faudrait pas voir en Lyon une victime expiatoire. Car s’il est un paradoxe chez les joueurs de la Duch', c’est qu’ils sont bien plus à l’aise loin de leur stade qu’à Balmont. D’ailleurs, si on ne prend en compte que le classement à l’extérieur, les Lyonnais seraient classés 12e du championnat, à 3 points seulement des Manceaux, et donc sans la crainte d'une relégation en National 2

S’ils ne se sont imposés qu’à 2 reprises pourtant, à Bourg (0-1) en janvier et à Créteil (0-2) en février, ils ont également très peu perdu. Entre septembre et mars, ils n’avaient même chuté qu’une seule fois avant de céder lors des deux derniers déplacements, mais contre les deux clubs promus en Ligue 2, QRM (3-1) et Bastia (1-0).


-15-

Le Mans ouvre ce soir contre Lyon le sprint final de sa saison, qui s’apparente plutôt à un marathon. En seulement 15 jours, les Sarthois vont affronter 5 adversaires (Lyon, Créteil, Orléans, Cholet et Annecy). Un enchainement violent au terme d’une saison gruyère, imposé par deux matchs en retard à caser en urgence. Pour trouver dans le passé une telle succession de 5 rencontres rapprochées dans le calendrier des Manceaux, il faut remonter à janvier 2008. Entre le 12 et le 26 de ce mois-là, les Sang et Or avaient disputé 4 rencontres de championnat et un quart de Coupe de la Ligue, le tout en 14 jours (pour 2 victoires et 3 défaites)! Quant à aligner 5 matchs de championnat le plus rapidement possible, le record est également de 14 jours, entre le 26 août et le 9 septembre 2000, en Division 2 (pour 1 victoire, 3 nuls et 1 défaite). Enfin, notons que le record ultime pour le club est de 5 matchs joués en 13 jours ! C’est arrivé à deux reprises, et à chaque fois composé de 3 matchs de championnat, un de Coupe de France et un de Coupe de la Ligue (entre le 15 et le 28 janvier 2003 avec 2 nuls et 3 défaites, puis entre le 4 et le 17 janvier 2006 pour 2 victoires, 1 nul et 2 défaites).



-50-

Un soir d’octobre 2019, alors que Le Mans livrait un début de partie d’anthologie face à Nice (Ligue 1) en Coupe de la Ligue, Pierre Patron, le gardien n°3 des Sarthois apparaissait sur la pelouse pour suppléer un Jérémy Aymes blessé, qui lui-même gardait les cages depuis l’indisponibilité de Yohann Thuram. Ce qu’on pensait n'être qu’un court intérim s’est depuis transformé en contrat longue durée. Car depuis cette date, l’ancien Clermontois n’a laissé sa place dans les cages mancelles qu’à 3 reprises (à chaque fois au profit d'Aymes) dont une seule fois en championnat.

Résultat le voilà qui va aligner contre Lyon sa 50e apparition en Sang et Or ! Seul 8 gardiens ont dépassé ce cap dans l’histoire du club. Et il va de plus enchainer son 29e match consécutif en championnat, une première pour un gardien muciste depuis Didier Ovono en 2010-2011.


29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout