À la rencontre d'un fidèle de l'USO

Avant le choc important entre Orléans et Le Mans FC ce vendredi, La Tribune Mancelle est partie à la rencontre de Christophe, fidèle supporter de l'USO, à qui il a même consacré une page Facebook Arago d'hier, USO d'aujourd'hui. L'occasion de faire le point avec lui sur la saison de son club, le passage de Didier Ollé-Nicolle ou encore la place du football dans sa ville de cœur.



Bonjour Christophe ! Ce vendredi, nos deux formations s’affrontent pour un duel «sang et or» qui est important pour Le Mans, tu t’en doutes bien…


J’ai toujours pensé que ce championnat était loin d’être terminé ! Si Villefranche réalise un sans faute jusqu’au terme de cet exercice, c’est certain que personne ne pourra aller les chercher mais si votre équipe venait à s’imposer au stade de la Source, la pression pourrait changer de camp dans la dernière ligne droite et ça peut avoir son importance. Il vaut mieux être à la place du chasseur que du chassé, c’est bien connu.


Cette rencontre va marquer le retour d’un certain Didier Ollé-Nicolle…


Le retour de Didier Ollé-Nicolle peut être un paramètre, un défi pour certains mais en même temps, la plupart des joueurs de l’effectif actuel ne le connait même pas ! Ce dernier est toujours en conflit avec notre club et son licenciement est entre les mains des prud’hommes, ce n’est toujours pas réglé. En revanche, on va accueillir avec plaisir d’autres anciens Orléanais comme Durel Avounou et Bendjaloud Youssouf qui sont passés chez nous, il n’y a pas si longtemps que cela.


On a souvenir d’un conflit avec l’ancien directeur sportif…


Avec Antar Yahia, le directeur sportif, et beau-frère de Karim Ziani, l’ancien capitaine de l’équipe, ça n’a pas été l’entente cordiale, c’est certain. Cependant, il y a une histoire à tout ça. Au bout de sa première année chez nous, DON a eu des contacts sérieux pour partir dans un club plus huppé. Sur le départ, les dirigeants ont donc travaillé en conséquence sur le recrutement et finalement Ollé-Nicolle est resté… Il n’avait donc pas la main sur le choix des nouvelles recrues et ça a joué au ping-pong comme ça une bonne partie de la saison jusqu’à son éviction, l’un et l’autre se rejetant la faute et on sait ce qu’il est advenu.


Qu’est-ce qu’il arrive donc à l’USO, pourtant une des équipes favorites, il y a encore quelques semaines ?


Alors que l’équipe était sur une bonne dynamique, la COVID est passé par là avec des conséquences assez néfastes sur la suite des évènements. De deux-trois joueurs touchés au départ, c’est finalement une partie de l’effectif qui sera contaminée à son tour… Nous sommes quelques-uns à Orléans, à connaître ce qu’il s’est passé avec des évènements extra-sportifs liés à cette pandémie, qui auraient dû être évités »


Est-ce la seule raison d’après-toi ?


Bien sûr que non ! Le problème de l’US Orléans ces dernières saisons, c’est un problème latent avec le président Boutron, qui depuis quelques temps, collectionne les mauvais choix sportifs et se retrouve mêlé à des affaires avec la justice: licenciement de Didier Ollé-Nicole ainsi que Cédric Cambon et le fidèle Thomas Renault, 17 années de fidélité au club orléanais par exemple.


Sur le plan sportif, qu’a-t-il manqué à cette équipe alors ?


Un peu de tout finalement. Ce n’est pas en allant chercher des joueurs en National 2/National 3, sans leur faire injure, que tu peux arriver à monter en Ligue 2 tout simplement. Réaliser quelques bons coups, c’est une chose mais ça ne suffit pas sur la durée. Un joueur comme Carnejy Antoine (voir notre VAR), que l’on était allé chercher à Saint-Pryvé, est une exception mais ça ne marche pas à tous les coups. On était habitué également à se faire prêter de jeunes joueurs de L1/L2 mais ce n’est pas une science exacte malgré quelques grosses satisfactions comme Armand Laurienté à Lorient et ce qui nous arrive finalement, n’est pas une surprise.

Il y a des joueurs aujourd’hui qui n’ont plus leur place dans cette équipe. Pour moi, seul cinq/six joueurs ont montré de belles choses cette saison et méritent de repartir avec nous la saison prochaine.


Quelle est la véritable place du football au sein de la ville d’Orléans et son agglomération ?


A Orléans, nous avons le basket qui marche très bien avec un gros public comme vous avec Le Mans Sarthe Basket, puisqu’ils jouent l’un comme l’autre en Pro A. Nous avons également le judo qui marche très bien avec des représentants pour les prochains JO, Pierre Rolland en cyclisme ainsi que le handball. Après le football a sa place également mais en hiver, les gens sont frileux pour venir au stade ! Il nous faut un nouveau projet et le public reviendra sans problème, le potentiel est là, reste à développer ce nouveau projet que l’on attend avec impatience.


Enfin, un petit mot sur ta page Facebook « Arago d’hier, USO d’aujourd’hui » ?


Cette page, je l’ai créée au départ pour faire la promotion de mon projet, à savoir la rédaction d’un livre souvenir sur l’histoire du football à Orléans. Dans mes recherches de nouveaux documents, je me suis amusé à publier presque tous les jours d’anciennes photos pour faire revivre l’histoire du club, de l’Arago à l’USO.

De fil en aiguille, partant d’un défi, j’ai rencontré d’anciens joueurs comme Martial Sesniac, Bruno Coupan, Gérard Lanthier, Antoine Ponroy, Jacky Lemée, l’ancien entraîneur, qui m’a fourni pleins de choses intéressantes et puis un supporter passionné qui a tout consigné dans des classeurs depuis de nombreuses années, une trentaine aujourd’hui !.



Merci Christophe... et bon match!




192 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout