top of page

Jérôme Drouin

125px-Logo_Le_Mans_Union_Club_72_1995.svg.png
Sans titre.png

Né le 25 juillet 1977 au Mans

Taille : 1,80m

Nationalité : Française

Poste : Milieu de terrain

Situation sportive :

Entraîneur du Sablé FC

Carte d'identité

terrain.PNG
Défenseur latéral

Statistiques

cliquez sur l'icône "info" pour avoir le détail

Statistiques toutes compétitions confondues

1

BILAN

85

VICTOIRES

NULS

77

DÉFAITES

67

SON PREMIER MATCH OFFICIEL

J15 de D2 - contre Beauvais (2-1) le 19/10/96

asbo.PNG

SON DERNIER MATCH OFFICIEL

J6 de L1 - contre Marseille (0-5) le 13/09/03

5mNWGQuQMMvub1YR0PmyaUz7iSA.png

SON PREMIER BUT MARQUÉ

J1 de D2 - contre Beauvais (1-1) le 08/08/98

asbo.PNG

Biographie

L’histoire qui liait Jérôme Drouin au MUC 72 pendant de nombreuses années était presque idyllique, tellement son parcours ressemblait à un conte de fée. Bourru de travail, cet infatigable compétiteur né, il haïssait la défaite, a tout connu avec son club formateur, ce qui rend son parcours tellement atypique.

Sarthois pure souche et fier de l’être, c’est du côté de Brûlon qu’il tapa ses premiers ballons avant de rapidement bifurquer par le Sablé FC et rejoindre Le Mans à l’adolescence, à l’ouverture du centre de formation, nouvellement créé. 

Tout doucement mais surement, sans être vraiment au-dessus du lot malgré d’indéniables qualités et un mental à toutes épreuves, ce dernier gravira tous les échelons patiemment avant de pointer le bout de son nez chez les grands, au cours de la saison 1996/1997, lancé par Thierry Froger d’abord face à l’AS Beauvais pour ses premières minutes en Division 2 puis face à l’AS Chantepie en Coupe de France.

Milieu de terrain travailleur, c’est à l’âge de 19 ans et alors qu’il n’était encore que stagiaire professionnel, que son aventure « sang et or » prit alors véritablement son envol avant que quelques semaines plus tard, le staff d’alors, ne décide de le titulariser au stade Geoffroy Guichard, un signe avant-coureur sans équivoque, sur les grands espoirs placés en lui.

La suite leur donnera raison, Jérôme, sans complexes, enchaînera les bonnes prestations au sein du « onze manceau », devenant au fil des années, un titulaire indéboulonnable pour la plus grande fierté de tout un département !

Élément incontournable du MUC 72, sa présence ne souffrait d’aucun doute et ce n’est certainement pas un hasard si  a toujours été l’un des joueurs les plus utilisés de l’effectif, quelque soit l'entraîneur, qui chacun leur tour, ont tous loué les qualités de ce milieu de terrain « box to box »

De toutes les aventures qui ont marqué l’histoire de notre club, l’épopée en Coupe de France (1998/99) où il sera de la partie pour la première victoire face à un club de l’élite (il marquera d’ailleurs face au Stade Rennais, à l’issue d’une chevauchée fantastique), à la montée en Ligue 1 un beau soir de mai 2003, cet infatigable ratisseur de ballon, touchera du doigt le plus haut niveau, lui qui en avait tant rêvé à ses débuts.

Si son rêve deviendra réalité, son passage dans l’élite sera de courte durée, une blessure face à l’Olympique de Marseille, mettra malheureusement, un terme définitif à sa magnifique carrière malgré une ultime tentative pour revenir après une énième opération du genou.

Il était certainement écrit quelque part, que l’histoire entre l’enfant du club et le MUC 72 ne pouvait s’arrêter ainsi, après tant d’années passées sous nos belles couleurs “Sang et Or” !

Le temps de faire son deuil et d’aller de l’avant, le président Legarda lui proposera d’intégrer l’équipe d’éducateurs dont le soutien total (Laurent Peyrelade, Régis Beunardeau et Stéphane Guedet) dans ces moments difficiles ainsi que celui de ses proches, fut primordiale pour Jérôme, dont on connaissait l’esprit de gagneur en toutes circonstances.

Après avoir fait toute sa carrière de joueur sous le même maillot, de son propre aveu, il était temps de tourner définitivement la page et de redonner à son tour, tout ce qu’il avait appris durant ces sept années passées dans le groupe professionnel pour le plus grand plaisir de tous. 

Son parcours

1983-1987 : Brûlon

1987-1990 : Sablé FC

1991-2003 : MUC 72

Archives

Cyril Yvon Archives
press to zoom
Cyril Yvon Archives
press to zoom
Cyril Yvon Archives
press to zoom
Cyil Yvon Archives
press to zoom
1/1
© Archives Cyril Yvon

Le saviez-vous

Courtisé un moment par les Girondins de Bordeaux (D1) ainsi que les Chamois Niortais (D2), la régularité et l’abattage de notre ancien milieu de terrain, ne laissait personne indifférent dans l'hexagone, à la fin des années quatre-vingt-dix !

Attaché à son club, Jérôme préféra rester au Mans, persuadé en son fort intérieur, que la montée en puissance du MUC 72, le mènerait un jour tout en haut alors pourquoi aller voir ailleurs.

Le destin lui donnera raison et le clin d'œil voudra que quelques années plus tard, les bordelais reviennent à nouveau le courtiser, pas sur le terrain cette fois-ci mais sur le banc de touche des U19 nationaux du club au scapulaire dont il prendra la charge en juin 2019 !

Sa carrière en bref

Vous pouvez aller sur Google et taper la fiche de Jérôme Drouin, un nom sortira du chapeau : le MUC 72 puis Le Mans FC ! 

 

Forcément, passer plus de vingt ans dans la même entité, ne passe pas inaperçu et sort des sentiers battus même si au Mans, un certain Régis Beunardeau ou Willy Bolivard, n’ont rien à envier à Jérôme en terme de fidélité, cumulant à eux trois, quelques dizaines d’années et des souvenirs indélébiles sous les couleurs “Sang et Or”...

Le chiffre... 13

Certains détesteront ce chiffre qui à tendance pour les plus superstitieux à porter malheur, paraît-il. Mais pour Jérôme Drouin, cela correspond à sa première sélection en équipe nationale sous les couleurs de l’équipe de France des -20 ans.

C’était le mardi 13 mai 1997 dans les Yvelines au Centre Technique National de Clairefontaine où les Bleus affrontaient la Malaisie. Dans les 17 retenus pour cette rencontre amicale, figuraient certains noms qui feront une belle carrière au plus haut niveau quelques années plus tard, à l’image d’un Jeremy Henin, Grégory Paisley et Didier Domi, l’ancien joueur du Paris Saint Germain.

bottom of page