top of page

Le scénario du pire ?


Victorieux à Orléans (0-1) le 10 mai pour la 32e journée du championnat, la confiance était largement de mise pour acter du maintien, même virtuel, du Mans FC ce soir-là. Oui mais voilà, la défaite à Villefranche (1-0) hier a rebattu toutes les cartes. A l’aube de la réception finale de Dunkerque, Le Mans est-il désormais en grand danger ?


La bonne nouvelle reste la même que la journée précédente : Le Mans a son destin en main. Autrement dit, si les Sang & Or font le boulot, rien est à craindre. Une victoire vendredi prochain face à l’USLD fait rempiler sans aucun risque les Sarthois pour une 4e saison consécutive en National. Mieux, un match nul suffirait même puisque la bande de Réginald Ray, avec 3 points d’avance sur le premier relégable, conserverait a minima une longueur de plus quels que soient les résultats adverses.


Mais… chaque match se joue à 2 équipes. Et l’adversaire au menu de l’ultime journée n’est pas anodin. Dunkerque survole littéralement cette dernière partie de championnat. Avec 9 victoires lors de ses 11 derniers matchs, rien ne semble arrêter l’équipe entrainée par Mathieu Chabert. Co-leader avec Concarneau (mais derrière les Bretons par la différence de buts) avec 59 points, soit deux de plus que Martigues et le Red Star, ses poursuivants, les Nordistes ne peuvent se contenter d’assurer un nul. Pour un retour express en Ligue 2, la victoire est impérative. Voilà de quoi ne pas arranger l’affaire des Manceaux, qui ne pourront en aucun cas compter sur une démobilisation de l’opposant.


Et si… si Le Mans venait à s’incliner, pour la seconde fois de la saison, au stade Marie-Marvingt ? Son sort ne serait donc plus entre ses mains, et il faudrait se tourner vers les résultats de ses concurrents directs.



Actuellement 10e, il faudrait, pour que l'équipe du Mans finisse à la 13e place, que les trois équipes qui la suivent la dépasse, à savoir dans l’ordre Avranches (11e avec 42 points), Châteauroux (12e avec 41 points) et Nancy (13e avec 40 points).


Le scénario du pire ? Couplé à une défaite mancelle contre Dunkerque :

- Avranches, qui reçoit Cholet, gagne ou fait match nul (à égalité de points avec les Manceaux, Avranches passe devant aux confrontations directes)

- Châteauroux s’impose sur le terrain du Paris 13 Atletico, scénario très envisageable car l’équipe parisienne est déjà reléguée

- Nancy bat Bourg au stade Marcel-Verchère. Avec 3 points en plus, les Lorrains reviendraient à hauteur des Manceaux, et leur passeraient même devant s’étant imposés à l’aller comme au retour.


Si l’une de ses trois conditions n'est pas respectée, Le Mans sera maintenu. Si les planètes s’alignent contre les Sarthois et voient ses trois poursuivants s’imposer (ou faire nul pour concernant Avranches), alors les Sang & Or tombent au 13e rang, synonyme de descente sportive en N2. Un vrai cataclysme pour une équipe qui n’est plus apparue dans la zone rouge depuis la défaite à Cholet en novembre.


Et quand bien même, le pire se produirait? Rien ne serait encore totalement terminé. Le Conseil d’Etat pourrait par exemple, dès la semaine suivante, décider de réattribuer à Avranches et Concarneau les points perdus sur tapis vert en début de saison. Si les Manchois reprenaient 4 points, ce qui les feraient repasser automatiquement devant les Sarthois, cela entrainerait par conséquent un retrait de 3 points pour Cholet. Actuellement à 45 points, les Choletais repasseraient virtuellement derrière les Manceaux s’ils ne réalisent pas un bon résultat lors de la dernière journée (à Avranches justement). Idem dans l’autre dossier similaire qui verrait cette fois Orléans perdre 2 points, et là aussi retomber un point derrière les Sarthois. Les Orléanais recevant Concarneau lors de la dernière journée, leur résultat sera aussi à scruter en ce sens.


Dernière possibilité : la DNCG est intransigeante cet été et décide de refuser l’engagement en National d’un ou plusieurs clubs dont on suppute quelques soucis financiers. Si aucune victime n’est encore désignée, on ne serait pas forcément les plus sereins du côté de Châteauroux, de Nancy, de Versailles, voire même de Dunkerque ou Martigues en cas de non-montée, pas plus qu’à Niort ou Valenciennes si les Nordistes venaient à descendre. Le premier non-relégable serait alors l’heureux bénéficiaire d’un repêchage, statut parfois miraculeux mais présentant l’énorme inconvénient d’entacher l’intersaison et le mercato qui va avec.


On ne va pas se mentir, vendredi prochain, personne en Sarthe ne souhaite sortir la calculette ou avoir l’œil fixé sur son application de résultats sportifs. Une victoire ou un nul des partenaires d’Edwin Quarshie est à souhaiter pour regarder sereinement vers la prochaine saison.



489 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page