top of page

Le Mans/ESOFV La Roche : cruelle désillusion...

Samedi, la réserve du Mans FC se rendait à Montreuil-Juigné (49) pour disputer les barrages de R1 contre l'ESOF Vendée La Roche-sur-Yon. L'enjeu : une (re)montée en National 3 pour les deux équipes, chacune leader de leur poule, qui avait quitté ce niveau à l'issue de la saison 2022-2023.



L'avant match


Depuis notre dernier coup d'œil porté sur la "bande à Loulou" et une victoire contre Carquefou (5-1), deux matchs se sont déroulés. D'abord, un faux-pas du côté de Nantes Bellevue (2-1, but de Yakine Saïd), qui permettait à Cholet B de revenir à égalité de points suite à sa victoire (7-0) acquise face à une équipe de Saint-Sébastien-sur-Loire pas des plus motivées. Mais ensuite, les Manceaux ont assuré leur première place en disposant de Pouzauges Bocage sur le score de 4 à 0 (doublé de Nohan Traoré, buts de Titouan Caro et Yakine Saïd).


Malgré cette première place obtenue, il fallait maintenant passer par les barrages pour valider la montée en N3. Et en face se présentait l'ESOF Vendée La Roche-sur-Yon, qui a également terminé en tête de son groupe après une longue lutte avec l'US Changéenne (également relégué de N3...).


L'ex-Manceau Mattéo Morin face à l'ESOF la saison dernière | Archives - La Tribune Mancelle

Côté sarthois, Olivier Pignolet pouvait compter sur Adam Hammoudi, titulaire, et Khaled Mesbah, sur le banc, de retour de blessures. Le seul absent notable était Yakine Saïd, écarté du groupe après être allé passer des essais à Grasse sans prévenir le club. Quasiment tous les joueurs de l'effectif n'ayant pas été convoqués étaient présents à Montreuil-Juigné pour encourager leurs coéquipiers.


  • La compo' : Delbecque - Boissé, Tronchet (c), Gallice, Matumona - Martin, Liri - Caro, I. Hammoudi, Traoré - A.Hammoudi

Remplaçants : Bekhti, Bernardeau, Mesbah


Entrée des 22 acteurs sur la pelouse | © Antoine Fraysse

Le résumé


Après un joli craquage de fumigènes de quelques supporters manceaux présents sur place, la partie peut débuter. L'ESOF est la première équipe à se montrer aux avant-postes, mais sans aucun danger pour la défense mancelle. Réponse du Mans avec Izhak Hammoudi, aligné sur l'aile en cette fin de saison, qui adresse un centre ne trouvant pas preneur. Mais deux minutes plus tard, c'est encore lui vient gratter un ballon très haut dans le camp adverse, avant de fixer le gardien et décaler son frère Adam qui n'a plus qu'à marquer dans le but vide (1-0, 7').


La domination des Sang et Or se met en place, avec des Vendéens méfiants après s'être fait surprendre très tôt dans la rencontre. Le match se ferme peu à peu, on notera tout de même une frappe non cadrée qui n'inquiète pas Delbecque (17'). Le tournant du match à lieu juste avant la demi-heure de jeu, avec l'explosif Titouan Caro qui s'infiltre dans la surface avant d'être violemment accroché par l'arrière. Si la faute paraît grossière et évidente aux yeux de tous, ce n'est pas l'avis de l'arbitre qui ne siffle pas de penalty... Sérieusement touché à l'épaule, le numéro 11 manceau est contraint de sortir sur civière, remplacé par Gabin Bernardeau. On apprendra plus tard qu'il souffre d'une contusion.


Titouan Caro, une seconde avant l'impact... | © Antoine Fraysse

Loin de se démobiliser, les Manceaux continuent à se montrer dangereux avec une tête de Tronchet sur un coup-franc tiré par Traoré, mais c'est hors cadre (39'). Ce même Nohan Traoré tente un retourné acrobatique quelques minutes plus tard, sans succès là aussi (42'). Dans le temps additionnel, l'ESOF obtient coup-franc, c'est d'abord dans le mur puis la seconde frappe est captée sans souci par Augustin Delbecque.


À la pause, le score de 1-0 est amplement mérité pour les Manceaux, qui posent beaucoup de difficultés aux défenseurs vendéens par leur vitesse et leur technique. Izhak Hammoudi aura notamment provoqué deux cartons jaunes par ses accélérations arrêtées irrégulièrement. L'entame de seconde période est plus poussive pour les Sang et Or, qui commencent doucement à rentrer dans une stratégie plus prudente et axée sur les contres, avec l'envie de préserver ce score avant tout. Mauvaise nouvelle, Lucas Martin, touché, doit céder sa place à Matis Bekhti (59').


Matis Bekhti serré de près | © Antoine Fraysse

Lancé à toute vitesse vers le but, Nohan Traoré est taclé par l'arrière par le capitaine yonnais Bastien Baudouin, évidemment exclu immédiatement. Heureusement, l'attaquant manceau a plus de chance que Titouan Caro et peut tenir sa place sur le terrain. C'est d'ailleurs lui qui se charge du coup-franc, qui ne donne rien mais qui lui offre une seconde chance quelques secondes plus tard ; sa frappe frôle le cadre. Même à 10, les joueurs de l'ESOF continuent à y croire et mettent la pression sur corner, c'est dégagé en plusieurs temps.


Les Manceaux continuent à bien défendre et à se projeter en contres. Ils passent proche d'obtenir un penalty avec toujours Traoré accroché à la limite de la surface, mais le coup-franc est repoussé par le gardien. La tension monte, Le Mans n'est toujours pas à l'abris et continue à reculer. Khaled Mesbah, entré en jeu cinq minutes plus tôt, se crée un chemin vers le but mais croise trop sa frappe, alors que le centre en retrait pour Adam Hammoudi s'imposait... sur le contre vendéen, Delbecque sort l'arrêt pour maintenir le but d'avance.


Grosse occasion manquée par Mesbah et les Manceaux... | © Antoine Fraysse

Gabin Bernardeau obtient à son tour une balle de 2-0, mais ça passe au-dessus. Et dans le temps additionnel, ce qui devait arriver arriva... L'ESOF marque sur un but venu un peu de nulle part, et égalise (1-1, 90'+3). Les Manceaux se jettent à l'attaque pour tenter de reprendre l'avantage dans les toutes dernières minutes, mais ni Adam Hammoudi (90'+5), ni Matis Bekhti (90'+6) ne parviennent à inquiéter le portier vendéen. Place à l'épreuve des tirs au but.



Les tirs au but


Les Vendéens ont l'avantage psychologique compte tenu de la fin de match, mais les Manceaux ont l'expérience des tirs au but, par lesquels ils ont dû passer deux mois plus tôt pour venir à bout de la réserve du Poiré-sur-Vie en coupe régionale (2-2, 3-2 t.a.b.).


Il y a deux mois, Augustin Delbecque avait sorti le grand jeu face au Poiré-sur-Vie |© Antoine Fraysse

  1. L'ESOF ouvre la séance par un but (1-0).

  2. Premier tireur manceau, Matis Bekhti ne tremble pas et égalise (1-1).

  3. Premier échec de cette séance, Augustin Delbecque part du bon côté et repousse la tentative vendéenne (1-1) !

  4. Pas en réussite contre l'OM en Gambardella, Gabin Bernardeau sort cette fois-ci vainqueur de son duel avec le gardien (2-1).

  5. L'ESOF égalise, avec un tir d'avance (2-2).

  6. Noa Boissé croise sa frappe mais c'est détourné sur le poteau par le gardien Armand Fauguet, toujours égalité (2-2).

  7. La Roche reprend l'avantage, contrepied parfait (3-2).

  8. La frappe d'Adam Hammoudi termine sa course sur le poteau... Balle de match pour l'ESOF (3-2).

  9. Augustin Delbecque sauve encore les siens d'un très bel arrêt (3-2) !

  10. C'est bien placé par Nohan Traoré, la séance se prolonge (3-3) !

  11. Delbecque part du bon côté, mais le ballon rentre quand même après avoir touché le poteau.

  12. Comme dans un cauchemar, Jérémie Matumona reproduit le même penalty qu'il avait manqué contre Marseille... Fauguet donne la victoire à l'ESOF (4-3).


Les Manceaux sont abattus, conscients d'avoir laissé s'échapper un match qui leur tendait les bras. Malgré une saison quasiment parfaite, les Sang et Or restent au niveau régional tandis que l'ESOF Vendée La Roche-sur-Yon retrouve le National 3.


Joie communicative pour les Yonnais, qui retrouvent le National 3 un an après l'avoir quitté | © Antoine Fraysse

Le bilan de la TM


Si la déception est évidemment ce qui ressort à l'issue de ce match au scénario cruel, il ne faut pas oublier la très belle saison réalisée par les hommes d'Olivier Pignolet. Repartis de rien, ou presque, en début de saison (seulement trois joueurs avec plus de 5 matchs avec la N3 l'an dernier) le jeune groupe manceau (âge moyen à peine supérieur à 19 ans) n'est pas passé loin de réussir son pari fou de remonter directement en N3. Un objectif qui semblait difficilement atteignable en août, mais qui est devenu de plus en plus concret au fil des semaines.


Cet échec final est forcément regrettable, mais il permettra aux joueurs de grandir et de prendre de l'expérience. Les départs seront inévitables compte tenu de la non-montée, mais on espère que le club réussira à conserver certains éléments qui pourront, à terme, se montrer en équipe première à l'image d'un Khaled Mesbah (contre Nîmes) ou d'un Titouan CaroVillefranche). On retiendra aussi l'intégration plus que réussie de certains U18, comme Jérémie Matumona, Noa Boissé ou Gabin Bernardeau, sans oublier le gardien Louis Mezerette qui a récemment annoncé son départ du club.


Alors, peu importe les chemins que chacun prendront, bravo et merci pour cette belle saison !



Mais tout n'est pas encore totalement terminé... Il reste un match à disputer : la finale de coupe des Pays-de-la-Loire, samedi à Thouaré-sur-Loire (44) contre Pouzauges Bocage, que Le Mans a battu (4-0) il y a moins de deux semaines. Un beau lot de consolation, non ?

231 vues0 commentaire

Comments


bottom of page